Chantier maritime Verreault - La direction lève le nez sur des concessions syndicales importantes



    RIMOUSKI, QC, le 19 avril /CNW Telbec/ - Le syndicat CSN représentant les
travailleuses et les travailleurs du chantier maritime Verreault, aux Méchins,
a fait de grands pas pour faciliter un dénouement des négociations, en
présence d'un conciliateur. Mais la propriétaire du chantier maritime refuse
catégoriquement de négocier comme elle se doit de le faire.
    Le 18 avril, le syndicat a donné son aval à une suggestion du
conciliateur permettant de dénouer l'impasse. Celui-ci demandait au syndicat
de garantir qu'aucun moyen de pression ne serait effectué au chantier
maritime, jusqu'au premier septembre, voire pour une période plus longue, dans
l'éventualité où le chantier obtiendrait le contrat de réfection du
Camille-Marcoux. En retour, pendant cette trève, les négociations se
poursuivraient sur la base des irritants de l'ancienne convention collective,
tels qu'ils ont été identifiés par le syndicat, au lieu du projet de nouvelle
convention collective qu'il mettait jusqu'alors en avant.
    Ceci constitue un assouplissement sans équivoque de la position
syndicale. Rappelons que le syndicat a toujours lié l'établissement d'une
trève à des progrès significatifs au plan de la négociation sur la base du
projet de convention collective adopté par ses membres. Or, jeudi, au grand
regret du syndicat et du conciliateur, la direction du chantier a rejeté du
revers de la main ces importantes avancées. Si la direction avait accepté la
démarche proposée par le conciliateur, le chantier aurait pu progressivement
reprendre ses activités normales, au bénéfice de toute l'économie de la
région.

    Objectif : affamer les salarié-es

    Il semble plus clair que jamais que la véritable intention de la
direction du chantier est d'acculer les salarié-es au pied du mur afin de les
forcer à accepter l'inacceptable. Le porte-parole patronal à la table de
négociation a même laissé savoir qu'il comptait sur la fin prochaine des
prestations d'assurance-emploi que reçoivent les employé-es sans travail pour
augmenter la pression sur ceux-ci. Rappelons qu'ils ont fait le choix
d'adhérer à un syndicat démocratique comme la CSN afin d'améliorer leurs
conditions de travail et de se faire respecter. Ouvert aux compromis, le
syndicat ne demande que de vraies négociations, ce que refuse encore et
toujours la direction, qui souhaite imposer son diktat à la centaine de
salarié-es du chantier maritime des Méchins. C'est méconnaître la CSN que de
penser qu'elle ne mettra pas tout en oeuvre pour soutenir ses membres en
négociation.

    Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des Industries Verreault
(CSN) est affilié au Conseil central du Bas-Saint-Laurent, qui compte près de
9 000 membres, de même qu'à la Fédération de la métallurgie-CSN, et ce, depuis
mai 2006.




Renseignements :

Renseignements: Mario Guertin, conseiller syndical, Cell: (418)
750-4081; Jean-Pierre Larche, Information-CSN, (514) 598-2264; Source:
Confédération des syndicats nationaux


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.