Chaire de recherche en schizophrénie - Les agendas électroniques peuvent améliorer la condition des schizophrènes



    MONTREAL, le 4 juin /CNW Telbec/ - Les nouvelles technologies s'annoncent
prometteuses dans le suivi des personnes atteintes de schizophrénie. Voilà la
conclusion d'une recherche menée conjointement au Québec et en France et dont
les résultats font l'objet aujourd'hui d'une présentation dans le cadre de la
journée scientifique annuelle de la Chaire Eli Lilly Canada de recherche en
schizophrénie de l'Université de Montréal. Cette activité se tient dans les
locaux de l'organisme Les Impatients (Edifice du Bon Pasteur), au 100 rue
Sherbrooke est, bureau 4000, à Montréal.
    La schizophrénie est associée à des troubles du fonctionnement qui
altèrent la capacité des personnes qui en sont atteintes à organiser leurs
activités de la vie quotidienne. Afin d'améliorer leur autonomie et d'alléger
la charge de leurs aidants, les chercheurs ont remis à des patients des
agendas électroniques (de type BlackBerry) programmés en fonction de leurs
besoins spécifiques. Ces agendas avaient notamment pour fonctions le rappel
des activités quotidiennes à réaliser, l'évaluation de la fréquence des
symptômes et l'acheminement de demandes d'assistance à l'équipe traitante. Les
patients qui participaient à la recherche ont apprécié le recours à cette
technologie qui permettait de rendre leur environnement plus sécurisant et
convivial. Cette assistance leur a permis d'améliorer leur estime d'eux-mêmes,
laissant ainsi présager un meilleur fonctionnement social susceptible de
faciliter leur réinsertion.
    Du point de vue des intervenants, les agendas électroniques ont permis
une amélioration de la communication et du suivi des symptômes des patients,
permettant ainsi d'adapter davantage le traitement aux besoins de chaque
patient. Selon le titulaire de la Chaire de recherche en schizophrénie, le
Dr Emmanuel Stip, psychiatre-chercheur à l'Hôpital Louis-H. Lafontaine, "cette
étude constitue une première étape pour mieux connaître les besoins des
patients et des intervenants". D'ailleurs, bien que l'étude ait démontré que
l'application soit facile à utiliser, quelques modifications devront être
apportées afin d'améliorer son utilité, notamment l'ajout d'un signal (sonore
ou vibrant) pour alerter le patient qu'une tâche doit être réalisée. Une fois
les ajustements apportés, les intervenants se disent très intéressés à
utiliser cet outil et à le proposer à leurs patients. Les patients, pour leur
part, sont persuadés que l'utilisation d'un tel outil leur serait très
profitable.

    Journée scientifique annuelle de la Chaire : les autres thèmes abordés

    Outre cette étude, les participants à la journée scientifique prendront
également connaissance des progrès en recherche concernant le stress, le
trouble métabolique, l'imagerie cérébrale et la douleur. Ainsi, le Dre Sonia
Lupien, directrice scientifique du Centre de recherche Fernand-Seguin de
l'Hôpital Louis-H. Lafontaine abordera, en fin de journée, le thème du stress
et de la schizophrénie.

    Le rôle de la Chaire Eli Lilly Canada de recherche en schizophrénie

    La Chaire Eli Lilly Canada de recherche en schizophrénie consacre ses
efforts à la détection et au traitement de la maladie dès ses premières
manifestations. Elle résulte d'un partenariat entre Eli Lilly Canada, une
entreprise pharmaceutique, l'Hôpital Louis-H. Lafontaine l'Hôpital du
Sacré-Coeur de Montréal et l'Université de Montréal. Ses travaux de recherche
englobent également la pharmacologie, la neuropsychologie cognitive,
l'imagerie cérébrale, l'approfondissement des échelles d'évaluation, l'étude
du sommeil, les psychothérapies cognitivo-comportementale et psychoéducative.
    Le Dr Emmanuel Stip est titulaire de la Chaire; il est
psychiatre-chercheur à l'Hôpital Louis-H. Lafontaine, professeur agrégé au
Département de psychiatrie de l'Université de Montréal et chercheur boursier
clinicien du Fonds de recherche en santé du Québec. Dr Stip a développé,
depuis le début de sa carrière, une expertise unique dans l'évaluation des
fonctions cognitives chez le patient schizophrène.

    La schizophrénie : quelques statistiques

    La schizophrénie est une maladie dévastatrice. Bien que les origines
exactes de cette maladie demeurent toujours inconnues, on croit qu'un
déséquilibre biochimique en est la cause. Caractérisée par des hallucinations,
des pensées incohérentes et un arrêt des activités sociales, la schizophrénie
se développe habituellement à la fin de l'adolescence ou au début de l'âge
adulte. Environ 300 000 Canadiens en seront atteints à un moment ou à un autre
de leur vie. Les coûts directs et indirects de la schizophrénie dépassent les
4 milliards de dollars par année au Canada.




Renseignements :

Renseignements: Jean Lepage, Hôpital Louis-H. Lafontaine, (514)
251-4000, poste 3188

Profil de l'entreprise

Institut universitaire en santé mentale de Montréal

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.