C'est le moment de stopper la vente d'immeubles du gouvernement fédéral



    OTTAWA, le 12 juin /CNW Telbec/ - C'est aujourd'hui la dernière journée
pour soumettre des offres d'achat pour neuf immeubles de premier ordre dans
des marchés en effervescence du Canada. Ce bazardage est mauvais pour la
population canadienne. Il peut être stoppé et doit l'être, selon l'Alliance de
la Fonction publique du Canada (AFPC).
    Le gouvernement conservateur cherche à vendre des immeubles du
gouvernement fédéral et s'engage à les louer pendant 25 ans.
    "Les Conservateurs sont disposés à échanger un gain à court terme contre
un fardeau fiscal à long terme", déclare le président national de l'AFPC,
John Gordon. "Le loyer pour la durée du bail des immeubles atteindra le double
de leur prix de vente."
    Le gouvernement garantit la location intégrale de l'espace des immeubles
pendant 25 ans. "Où est la motivation de trouver des locataires au Skyline
Complex à Ottawa, dont seulement 10 % de l'espace est occupé, lorsque les
contribuables paient la note?" s'interroge John Gordon.
    Quelle bonne affaire pour le soumissionnaire retenu si la vente se
concrétise! Au bout de 25 ans, il aura récupéré son investissement et
davantage en louant les locaux. Il n'aura rien déboursé pour l'entretien dont
est responsable le gouvernement fédéral et il sera propriétaire d'immeubles et
de terrains de grande valeur à Vancouver, Calgary, Edmonton, Toronto, Ottawa
et Montréal. Au bout de 25 ans, le gouvernement aura dépensé beaucoup plus
qu'il n'aura reçu et se retrouvera devant rien.
    Selon l'AFPC, c'est une affaire tellement mauvaise qu'il n'est pas
étonnant que tout se fasse sous un voile de mystère. Tous les documents sont
confidentiels. Le prix demandé est un secret bien gardé. L'identité de la
troisième partie invitée à se prononcer sur l'équitabilité de la vente n'a pas
été révélée. Bien des questions demeurent sans réponse, entre autres, pourquoi
les banquiers ayant recommandé la vente agissent-ils en tant qu'agents
immobiliers du gouvernement?
    Le Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions
budgétaires de la Chambre des communes, qui n'a pas obtenu de réponse, a
demandé au gouvernement de décréter un moratoire sur la vente des immeubles en
question jusqu'à ce qu'il reçoive les études de l'impact et l'information
pertinentes.
    "Les Conservateurs continuent d'insulter les Canadiennes et les Canadiens
et d'utiliser à mauvais escient le processus du Comité parlementaire en
refusant de donner l'heure juste sur la vente de ces immeubles et la location
qui suivra", déclare le président national de l'AFPC. "Ils refusent d'entendre
quiconque remet leur plan en question."
    L'AFPC exige plus qu'un moratoire. "Nous sommes d'avis qu'il s'agit d'une
mauvaise affaire pour la population canadienne et nous pressons le
gouvernement conservateur de stopper cette vente une fois pour toutes",
poursuit John Gordon. "Les Canadiennes et les Canadiens ne seront pas bien
servis par cette vente. Il est plus sensé sur le plan économique de demeurer
propriétaire et de préserver et de protéger les biens publics."




Renseignements :

Renseignements: Louise Laporte, Communications, AFPC, (613) 558-4975


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.