Caisse de dépôt et placement du Québec - MONIQUE JEROME-FORGET RECLAME UNE ENQUETE PUBLIQUE - Décembre 2002



    QUEBEC, le 13 févr. /CNW Telbec/ - Certains arguments résistent parfois à
l'épreuve du temps. A titre d'exemple, voici ce qui justifiait la tenue d'une
enquête publique aux yeux de la députée de Marguerite-Bourgeois, Monique
Jérôme-Forget, à l'égard d'une perte malheureuse de 30 millions $ à la Caisse
de dépôt et placement du Québec :

    
    "Mme Lévesque (présidente de Montréal Mode) a acheté deux sacs Gucci, des
    lunettes Gucci, des chaussures Gucci, des vêtements Sonia Rykiel et des
    pantalons Prada, pour une somme de 6000$. Est-ce que la ministre des
    Finances ne croit pas qu'à la lumière de ces informations, ça mériterait
    une enquête?"
               - Monique Jérôme-Forget, 4 décembre 2002, Assemblée nationale

    "Est-ce que la Caisse de dépôt a payé 3 millions, 4 millions ou
    5 millions pour acheter Shan, puisque Mme Lévesque vient de racheter Shan
    pour un prix encore qu'on ne connaît pas, mais il semblerait que ce n'est
    pas loin de zéro? Est-ce que la ministre, elle est quand même responsable
    du bas de laine des Québécois, de nos épargnes... Est-ce qu'il n'y a
    aurait pas lieu qu'elle s'interroge et qu'elle dise : oui, je vais faire
    enquête parce que c'est suffisamment sérieux?"
               - Monique Jérôme-Forget, 4 décembre 2002, Assemblée nationale

    "Comment est-ce qu'il fallait de feux jaunes, rouges et de toutes les
    couleurs pour que le gouvernement sorte de sa torpeur et réagisse au fait
    qu'il y avait 30 millions de l'argent des contribuables qui a été
    gaspillé? Ca a été un gaspillage éhonté."
               - Monique Jérôme-Forget, 5 décembre 2002, Assemblée nationale
    

    Voici les réponses de la ministre des Finances de l'époque, Pauline
Marois :

    
    "Je n'ai absolument aucune objection à ce que toutes les informations
    concernant Montréal Mode ou concernant quelque autre filiale de la Caisse
    de dépôt et placement puissent être discutées, puissent être abordées
    avec le président-directeur général de la Caisse, que l'on puisse même
    demander à la Vérificatrice générale par intérim de venir donner son
    point de vue devant la commission des finances publiques. Il me semble
    que c'est l'un des endroits où cela est le plus pertinent en terme
    d'imputabilité."
                      - Pauline Marois, 4 décembre 2002, Assemblée nationale

    "Je souhaiterais déposer un décret adopté par le gouvernement du Québec
    concernant une vérification particulière par la Vérificatrice générale
    par intérim sur l'administration de Montréal Mode inc., filiale à part
    entière de la Caisse de dépôt et placement du Québec."
                      - Pauline Marois, 5 décembre 2002, Assemblée nationale
    

    Voici la demande formulée mardi par le député de Rousseau et porte-parole
de l'opposition officielle en matière de finances et développement économique,
François Legault :

    
    "Nous demandons une commission parlementaire d'urgence pour discuter de
    la mission de la Caisse de dépôt et placement du Québec, ouvrir un débat
    public sur la politique de gestion du risque à la Caisse de dépôt et
    faire toute la lumière sur les pertes importantes subies par la Caisse.
    (...) Les citoyens du Québec ont le droit, via leurs représentants à
    l'Assemblée nationale, de poser toutes les questions à Pierre Brunet et
    Henri-Paul Rousseau sur ce qui s'est passé avec leurs avoirs."
                                         - François Legault, 10 février 2009
    

    Voici la réponse de l'actuelle ministre des Finances, Monique
Jérôme-Forget :

    
    "La Caisse viendra justifier ce qu'elle a fait en temps et lieu, elle le
    fait chaque année, d'ordinaire. Il ne faut pas exagérer ce qui se passe
    actuellement. (...) Il ne faut pas perdre les pédales."
                                    - Monique Jérôme-Forget, 10 février 2009
    

    "Aux yeux des libéraux de Jean Charest, une perte de 30 millions $
justifiait une enquête du Vérificateur général et une commission parlementaire
mais une perte de plus de 30 milliards $ ne justifierait pas une commission
parlementaire d'urgence. Où est la logique, Mme Jérôme-Forget?", se demande le
Parti Québécois.
    -%SU: CPN,TAX
    -%RE: 37




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 643-2743


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.