Cabinet du chef de l'opposition officielle - Scandale financier Norbourg - L'ADQ demande une enquête publique



    QUEBEC, le 13 juin /CNW Telbec/ - Le chef de l'opposition officielle,
M. Mario Dumont, veut faire toute la lumière sur le scandale Norbourg. Il
refuse de croire qu'il n'y a qu'un seul coupable et que Vincent Lacroix ait pu
orchestrer le plus grand scandale financier de l'histoire du Québec sans
complice et sans négligence des autorités gouvernementales. Alors que le
gouvernement a refusé jusqu'à aujourd'hui de mettre en place une enquête
publique, le chef adéquiste a annoncé la création d'un groupe d'investigation
pour fouiller le dossier et a divulgué une première série de questions pour
lesquelles l'opposition officielle veut obtenir des réponses de la part du
gouvernement.

    Un groupe d'investigation de l'opposition officielle

    Mario Dumont a annoncé la création d'un groupe d'investigation pour faire
la lumière sur l'implication des instances gouvernementales et réglementaires
dans le scandale financier Norbourg. Le chef adéquiste a mandaté ce groupe
d'action pour obtenir des réponses et comprendre comment 9 200 petits
épargnants québécois ont pu être floués sans qu'un seul voyant rouge ne se
soit allumé sur le tableau de bord du gouvernement du Québec.
    Le groupe sera composé de Sébastien Proulx, leader de l'opposition
officielle, Jean-François Roux, porte-parole de l'opposition officielle en
matière de revenu, Sylvie Roy, porte-parole de l'opposition officielle en
matière de sécurité publique, d'aviseurs légaux et de comptables.

    Cinq questions sur le rôle joué par certains organismes gouvernementaux

    Le chef de l'ADQ a aussi divulgué une première série de cinq questions
sur le rôle joué par l'Autorité des marchés financiers (AMF) et la Caisse de
dépôt et placement du Québec (CDPQ) dans la création de Norbourg et le
transfert des Fonds Evolution à Vincent Lacroix. Selon le chef adéquiste, le
gouvernement et ses organismes doivent répondre de leurs actes devant les
Québécois :

    
    1. Pourquoi, entre 2001 et 2005, l'Autorité des marchés financiers (AMF),
       ou ses auteurs, n'ont pas mis à l'abri les économies des petits
       investisseurs en ouvrant les yeux sur les malversations et fraudes de
       Vincent Lacroix et pourquoi a-t-elle approuvé, les yeux fermés, tout
       ce que Norboug lui présentait?

    2. Pourquoi l'AMF ne s'est-elle pas rendu compte que, très rapidement
       après la naissance de Norbourg, c'est l'argent des investisseurs de
       Norbourg qui a servi d'appât pour les futures victimes innocentes?

    3. Pourquoi l'AMF, ou ses auteurs, deux semaines à l'avance, ont informé
       Vincent Lacroix qu'elle allait effectuer une inspection dans les
       locaux de Norbourg le 28 octobre 2002?

    4. Pourquoi, en 2004, l'AMF a-t-elle facilité la vente des Fonds
       Evolution à Norbourg par la Caisse de dépôt et placement du Québec
       (CDPQ) en contournant le délai de 90 jours prévu pour informer les
       investisseurs afin de leur laisser le temps de retirer leurs économies
       s'ils le désiraient?

    5. Pourquoi la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) n'a-t-elle
       pas protégé ses investisseurs, lors de la vente des Fonds Evolution,
       en exigeant un plan d'affaires ainsi que des états financiers et la
       preuve que Norbourg était expérimenté, compétent ou même solvable?
    

    Alors que Vincent Lacroix conteste aujourd'hui sa sentence et veut
obtenir une réduction de peine, Mario Dumont a cru bon de rappeler l'ampleur
du scandale et la négligence des autorités gouvernementales pour protéger les
petits investisseurs. "Le gouvernement investit des millions annuellement dans
le contrôle et la réglementation des marchés financiers. Pourtant, il y a eu 9
200 petits investisseurs floués, 130 M $ ont disparu et il n'y a qu'un seul et
unique coupable. Comment un gouvernement peut-il fermer les yeux sur la
négligence de ses instances réglementaires et refuser d'enquêter ? L'AMF et la
CDPQ ont été des acteurs importants dans le scandale Norbourg."
    Selon Mario Dumont, ces organismes ont le devoir d'ouvrir leurs livres et
de répondre aux questions. Pour le chef adéquiste, un seul homme sans complice
ne peut pas être l'auteur d'un aussi vaste scandale financier. "On veut savoir
si le gouvernement a alimenté Vincent Lacroix en ressources humaines,
financières et réglementaires. L'AMF et la CDPQ doivent ouvrir leurs livres et
faire la lumière sur toutes les lacunes qui ont permis à Vincent Lacroix de
frauder des milliers d'honnêtes citoyens. Une enquête publique est nécessaire
pour resserrer les mailles du filet et éviter, entre autres, que d'autres
petits investisseurs soient victimes de fraude dans l'avenir."
    -%SU: CPN,TAX,LAW
    -%RE: 37




Renseignements :

Renseignements: Stéphanie Desforges, Attachée de presse, Cabinet du chef
de l'opposition officielle, (418) 643-2743

Profil de l'entreprise

Cabinet du chef de l'Opposition officielle

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.