/C O R R E C T I O N de la source -- Cabinet de la ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles/



    Veuillez noter que dans le communiqué c4296, diffusé le 13 juin à 14:45e,
    un changement a été apporté au premier paragraphe de la section
    concernant M. Joseph Djossou. En effet, le début de la première phrase a
    été retiré. La copie corrigée est la suivante :

    Prix québécois de la citoyenneté - Présentation des finalistes - Prix
    québécois de la citoyenneté

    QUEBEC, le 13 juin /CNW Telbec/ - La ministre de l'Immigration et des
Communautés culturelles, Mme Yolande James, a dévoilé aujourd'hui les noms des
finalistes de la neuvième édition des Prix québécois de la citoyenneté. La
cérémonie officielle de remise des prix se tiendra en la salle du Conseil
législatif de l'hôtel du Parlement le lundi 18 juin prochain où les lauréats
seront dévoilés.
    Créés en 1999 par le gouvernement du Québec, les Prix québécois de la
citoyenneté sont décernés à des personnes et des organismes qui mettent en
valeur la diversité ethnoculturelle et l'adaptation des services en milieu de
travail, qui favorisent l'égalité en emploi des personnes issues des
communautés culturelles et des minorités visibles et qui font la promotion du
rapprochement interculturel et la lutte contre le racisme.

    
                               Les finalistes

       Le Prix Maurice-Pollack pour l'accès à l'égalité en emploi des
    Québécois issus des communautés culturelles et des minorités visibles,
        l'aménagement de la diversité ethnoculturelle et l'adaptation
                      des services en milieu de travail

    Catégorie "entreprises ou organismes des secteurs public et parapublic"

    Ville de Sherbrooke

    En mai 2004, Sherbrooke devient la première des grandes villes québécoises
fusionnées à se doter d'une politique municipale d'accueil et d'intégration
des personnes immigrantes. Depuis, la Ville de Sherbrooke a instauré un plan
de gestion relatif à la prestation de services et à l'employabilité ainsi
qu'un programme de sensibilisation et de formation à l'interculturel qu'elle a
élaboré en collaboration avec le Département de psychologie interculturelle de
l'Université de Sherbrooke. Ce programme a permis, en 2006, de rejoindre 317
personnes rattachées à l'organisation municipale. De plus, la Ville de
Sherbrooke collabore avec les responsables de l'Observatoire pancanadien en
immigration en vue de déterminer les meilleures pratiques à adopter en matière
de gestion de la diversité. Une évaluation des problématiques et des
interventions des employés en cette matière ainsi qu'une analyse des barrières
à l'emploi ont aussi été effectuées. La mise en place d'un programme d'accès à
l'égalité en emploi, d'un programme de mentorat et de jumelage professionnel
au sein de l'organisation municipale est présentement en voie de réalisation.

    Conseil interprofessionnel du Québec

    En février 2006, le Conseil interprofessionnel du Québec a fait adopter,
par les ordres professionnels, un document sur les principes et les bonnes
pratiques en matière de reconnaissance des acquis ainsi qu'une grille
d'évaluation de conformité. Ce document a notamment permis aux ordres
professionnels de réviser les processus et pratiques en matière de
reconnaissance des acquis. Récipiendaire du Prix canadien de la reconnaissance
des acquis 2006 décerné par l'Association canadienne pour la reconnaissance
des acquis, l'organisme a également mis au point des moyens d'adaptation et de
bonification des processus liés à l'intégration des personnes immigrantes au
sein des ordres professionnels. Pour des milliers d'immigrants, la
reconnaissance des acquis et l'accès aux ordres professionnels représente une
étape importante de leur parcours d'intégration à la société québécoise.
Aussi, le Conseil interprofessionnel du Québec joue-t-il un rôle essentiel en
cette matière.

           Catégorie "entreprises ou organismes du secteur privé"

    TOHU, la Cité des arts du cirque

    La TOHU est située dans le quartier Saint-Michel constitué à 41 % de
personnes des minorités visibles, à 33 % de jeunes de moins de 25 ans et où se
côtoient près de 65 communautés culturelles. Pour contrer les problèmes liés
au décrochage scolaire, à la pauvreté et à la criminalité, la TOHU a élaboré
et implanté une politique d'embauche positive soutenue par un programme de
formation adapté pour faciliter l'intégration socioprofessionnelle des jeunes
du quartier. Elle a aussi réussi à mobiliser et à sensibiliser des organismes
du milieu aux problèmes d'intégration socioprofessionnelle des jeunes issus
des communautés culturelles et des minorités visibles. Les actions de la TOHU
bonifient les services d'intégration déjà offerts dans le quartier et
permettent la réhabilitation d'une clientèle difficilement rejointe par les
programmes existants. La TOHU, en participant au développement économique par
l'inclusion des communautés marginalisées, est reconnue comme un organisme
novateur qui oeuvre au rapprochement des collectivités.

    Créations FOAM

    Créations FOAM, qui se spécialise dans la création d'objets en plastique
expansé, compte près de 800 employés dont 300 sont issus des communautés
culturelles; plus de 40 nationalités se côtoient au quotidien au sein de
l'entreprise. Aussi, afin de permettre à sa main-d'oeuvre issue de
l'immigration de pouvoir s'intégrer aux équipes de travail, l'usine offre
notamment aux ouvriers d'origine latino-américaine deux formations : une
première dans leur langue maternelle afin de faciliter la communication et
l'apprentissage du travail et une deuxième en français. Par la suite, les
ouvriers sont invités à ne communiquer qu'en français. De même, afin de
favoriser l'intégration sociale, l'entreprise évite de regrouper les ouvriers
par communauté culturelle et elle encourage le jumelage. Les personnes issues
des communautés culturelles ont aussi accès à tous les postes au sein de
l'entreprise. Voilà une entreprise qui, en prenant le virage de la diversité,
a su se démarquer.

    Banque Nationale du Canada

    La Banque Nationale du Canada a créé un modèle intégré de gestion de la
diversité qui comporte diverses stratégies regroupées autour de six axes : le
développement du leadership en matière de diversité, la création d'un bassin
de talents diversifiés, l'attraction des membres des communautés culturelles
incluant les médias ethniques, le développement des compétences, la création
d'un bilan de la diversité de la main-d'oeuvre périodique et la gestion de
la diversité comme levier économique. La Banque Nationale fait partie du
conseil des partenaires du Projet international Métropolis-Montréal, un forum
consacré à la recherche et au développement de politiques publiques sur la
diversification ethnoculturelle des métropoles. De concert avec plusieurs
partenaires des milieux gouvernementaux, universitaires et communautaires,
elle a organisé un séminaire portant sur les bénéfices de l'embauche d'une
main-d'oeuvre immigrante à l'intention de sa clientèle de dirigeants de
petites et moyennes entreprises. Grâce à son leadership et son innovation en
matière de gestion de la diversité, la Banque Nationale fait figure de modèle
au sein de la collectivité.

    Le Prix Jacques-Couture pour la promotion du rapprochement interculturel

                       Catégorie "personnes physiques"

    Monsieur Gérard Le Chêne

    M. Gérard Le Chêne et un groupe d'amis, ont décidé, devant la
méconnaissance des cultures africaines au Québec, de fonder l'organisme Vues
d'Afrique. Président-directeur général depuis 23 ans, M. Le Chêne a voulu, en
créant le festival Les Journées du cinéma africain et créole, montrer les
réalités africaines et favoriser la connaissance mutuelle, facteur de
tolérance et d'harmonie sociale. Le festival présente non seulement des films
de cinéastes africains qui portent un regard sur eux-mêmes, mais aussi des
films réalisés par des cinéastes du Nord, dont plusieurs sont Canadiens, ce
qui donne lieu à un regard croisé sur les cultures africaines et créoles.
Depuis près d'un quart de siècle, l'organisme Vues d'Afrique a indéniablement
rapproché et continue de réunir des Québécois et des Canadiens de toutes
origines et de tous horizons.

    Monsieur Rock Gilbert

    M. Rock Gilbert, agent en relations communautaires et en prévention du
Service de police de Saguenay, s'est donné comme mission de rencontrer les
nouveaux immigrants afin de démystifier le rôle des policiers et de contrer
l'image négative que certains entretiennent à l'égard des forces de l'ordre.
Il renseigne les personnes immigrantes qui s'établissent dans la région sur
les lois en vigueur au Québec, notamment en matière de violence conjugale et
de sécurité routière, de même que sur les règlements municipaux relatifs au
bon voisinage et au civisme. Il rencontre les élèves du primaire et du
secondaire au cours de séances d'information sur la diversité culturelle. M.
Gilbert a aussi mis sur pied, avec le soutien du Service externe de
main-d'oeuvre du Saguenay (SEMO-Saguenay), un service d'interprètes pour
les personnes immigrantes qui font face à la justice. Dépassant largement le
cadre de ses fonctions, les actions de l'agent Rock Gilbert permettent aux
nouveaux citoyens de la région de développer leur sentiment d'appartenance à
la société québécoise.

    Monsieur Normand Brathwaite

    M. Normand Brathwaite a ouvert la porte télévisuelle aux communautés
culturelles. Grâce à l'émission Belle et Bum, des centaines de milliers de
Québécois ont pu découvrir la musique d'une soixantaine d'artistes et de
groupes de diverses origines. L'engagement personnel de M. Brathwaite, avec la
collaboration de Télé-Québec, a permis de donner une voix et un visage à la
nouvelle diversité du Québec. Il a non seulement réussi à mettre en valeur la
richesse du métissage des cultures, mais il a aussi participé au rapprochement
des artistes de toutes origines qui évoluent sur la scène québécoise. Force
est de constater que les artistes des communautés culturelles sont de plus en
plus présents et que le public en redemande.

                  Catégorie "organismes à but non lucratif"

    Comité de Solidarité / Trois-Rivières

    Le Comité de solidarité / Trois-Rivières est un organisme de la région de
la Mauricie qui met tout en oeuvre pour faire la promotion d'un monde plus
juste, plus démocratique et plus équitable. En plus de concevoir divers outils
d'information, tels que des fiches pédagogiques, il met sur pied, en
collaboration avec un réseau de partenaires institutionnels et communautaires,
des ateliers éducatifs en milieu scolaire ainsi que des ateliers de formation
destinés à la population et qui visent le développement d'attitudes positives
qui favorisent une approche d'ouverture et de compréhension à l'égard
d'autrui. L'organisme a aussi mis sur pied le Réseau In-Terre-Actif qui se
veut un outil d'éducation à une citoyenneté active et solidaire. Le Comité de
solidarité / Trois-Rivières est aussi présent dans les médias. En 2005, il a
publié, dans La Gazette de la Mauricie, une série d'articles sur l'immigration
en Mauricie et sur l'apport des personnes immigrantes au développement de
l'économie locale, de la culture et de la société québécoise.

    Union des municipalités du Québec

    L'Union des municipalités du Québec (UMQ) est présente sur tout le
territoire du Québec et surtout très active dans les dossiers liés aux
affaires autochtones. Par exemple, elle a créé, en novembre 2004, le Caucus
des municipalités voisines des Premières Nations afin de favoriser la
cohabitation harmonieuse entre les communautés autochtones et non autochtones
et d'assurer une paix sociale durable. Elle a réalisé, en collaboration avec
le Secrétariat aux affaires autochtones et le ministère des Affaires indiennes
et du Nord canadien, une tournée d'information sur les réalités autochtones du
Québec pour les dirigeants municipaux et les professionnels en développement
économique et régional. Des rencontres entre les chefs autochtones et les élus
municipaux ont aussi été organisées pour promouvoir le dialogue. Grâce au
leadership de l'Union des municipalités du Québec, les actions de
rapprochement interculturel et de lutte à la discrimination réalisées à la
grandeur du territoire donnent d'excellents résultats.

    Terres en vues, Société pour la diffusion de la culture autochtone

    Terres en vues s'est donné comme mission de faire connaître l'héritage
unique des Premières Nations. Depuis sa fondation, en 1990, l'organisme crée
des liens de solidarité et de partenariat entre les peuples autochtones et la
société québécoise. De grandes institutions culturelles montréalaises
collaborent de façon régulière avec lui pour organiser des activités
artistiques et de grands événements culturels. Par son action citoyenne,
Terres en vues répond aussi aux besoins de connaissance et d'harmonie qui
constituent la base d'un sentiment d'appartenance fondé sur des valeurs
communes. Le festival Présence autochtone demeure la réalisation la plus
spectaculaire de l'organisme. Son site extérieur, en plein coeur de
Montréal, est devenu au fil des ans un carrefour de rencontres entre les
Premières Nations et les Québécois de toutes origines.

             Le Prix Anne-Greenup pour la lutte contre le racisme

                       Catégorie "personnes physiques"

    Monsieur Habib El-Hage

    M. Habib El-Hage est engagé depuis plusieurs années dans un travail de
sensibilisation et de lutte contre le racisme et la discrimination. Il a
notamment été coordonnateur d'une instance de concertation vouée à la
réalisation de projets et d'activités destinés aux citoyens du quartier
Rosemont. Engagé dans le réseau communautaire, cet intervenant social du
Collège de Rosemont milite contre le racisme dans son milieu d'enseignement.
En effet, grâce à M. El-Hage, le Collège a adopté une politique
institutionnelle pour contrer la nature systémique du racisme et de la
discrimination. Plus de 10 000 élèves, les membres de la direction et du
personnel enseignant et non enseignant, les citoyens et les représentants
d'organismes communautaires ont été rejoints par l'un ou l'autre de ses
projets de prévention, de connaissance des mécanismes de construction et de
déconstruction du racisme et de développement d'outils d'éducation aux droits
et à la lutte contre la discrimination.

    Monsieur Bernard Rivest

    M. Bernard Rivest milite pour la justice sociale et l'égalité en
favorisant l'accès en emploi aux personnes vulnérables. Il a à coeur
l'intégration socioprofessionnelle des personnes victimes d'une double
discrimination du fait de leur appartenance à une minorité visible et de leur
handicap intellectuel. Aussi M. Rivest s'est-il engagé depuis plusieurs années
à offrir à ces personnes des stages de formation en milieu de travail afin de
leur donner accès à des emplois durables. Il a d'ailleurs si bien sensibilisé
ses collègues et les dirigeants de la Commission scolaire de Laval à sa cause,
que ceux-ci sont devenus ses partenaires dans la poursuite de sa mission. Pour
plusieurs organismes communautaires, dont une grande partie de la clientèle
est issue des communautés culturelles, M. Rivest est un véritable allié et un
précieux collaborateur. Par son engagement et son dévouement, M. Rivest fait
la preuve qu'un simple citoyen peut changer les mentalités et toucher les
gens.

    M. Mazen Houdeib

    M. Houdeib s'emploie, depuis plusieurs années, à trouver des solutions aux
difficultés d'intégration que vivent les immigrants et qui sont engendrées par
la discrimination, le racisme et la marginalisation. Présent au sein de
plusieurs organismes, M. Houdeib oeuvre, entre autres, à contrer
l'inégalité en emploi dans les entreprises où les critères de compétences
culturelles sont rarement pris en compte. A titre de membre du Centre de
recherche-action sur les relations raciales, il fait en sorte que les
personnes des minorités ethniques puissent surmonter les problèmes auxquels
elles font face surtout dans le secteur des communications. En tant que membre
du Comité de vigile arabe du Service de police de la Ville de Montréal, il
travaille à promouvoir de meilleurs échanges entre le Service de police et la
population multiethnique. La feuille de route de M. Houdeib est
impressionnante, car en plus d'être vice-président et porte-parole de la
section Québec de la Fédération canado-arabe - organisme voué à
l'établissement et l'adaptation des nouveaux arrivants arabes sur le
territoire québécois - il anime des forums axés sur la réalité et les
préoccupations actuelles des communautés arabes et musulmanes.

                  Catégorie "Organismes à but non lucratif"

    Opération Surveillance Anjou

    Afin de prévenir et de combattre l'exclusion, l'intolérance, la
discrimination et la violence chez les adolescents, Opération Surveillance
Anjou a élaboré un outil d'intervention sous forme de jeu de cartes qui est
accompagné d'un guide d'animation pour les intervenants et les enseignants.
Interactif, cet outil réussit à capter l'attention d'une clientèle difficile à
rejoindre par les moyens traditionnels. En plus d'être distribué dans plus de
45 écoles de Montréal, une cinquantaine d'intervenants scolaires ont été
formés pour animer des activités. Cet outil pourrait être utilisé à la
grandeur du Québec.

    Le Prix Charles-Biddle pour l'apport exceptionnel à la société québécoise

    Monsieur Jacek Litwin

    M. Jacek Litwin a quitté sa Pologne natale pour s'installer au Québec en
1987. Depuis 1990, il est professeur titulaire au Département de génie
mécanique du Cégep de Saint-Laurent. De 1993 à 1996, il a dirigé un groupe
franco-québécois de recherche sur l'usinage assisté par laser. Les résultats
de ces recherches ont permis de démontrer la possibilité d'accroître la
productivité et la qualité des pièces mécaniques en éliminant une opération
coûteuse dans la chaîne de production. M. Litwin s'est aussi fait connaître
dans le milieu scientifique et dans le réseau scolaire montréalais. Il dirige,
depuis 1994, les Olympiades québécoises en formation professionnelle et
technique organisées par Compétences Québec. Membre du Consortium de recherche
en fabrication industrielle de haute performance, il a mis sur pied un
laboratoire de tribologie, équipement unique au Québec, qui sert à documenter
la résistance au frottement des pièces mécaniques. Il compte à son actif 28
publications. Nul doute que les réalisations de M. Litwin ont contribué au
développement du milieu éducatif et technique du Québec.

    Monsieur Alix Renaud

    Né à Port-au-Prince, M. Alix Renaud vit au Québec depuis 1968. Il a fait
des études de linguistique et une maîtrise avec spécialisation en terminologie
à l'Université Laval. Dès 1970, M. Renaud commence à donner des récitals de
poésie et à publier de façon régulière; il a d'ailleurs à son actif près d'une
vingtaine de publications : poèmes, romans, nouvelles, manuels de linguistique
et dictionnaires spécialisés. Ses premiers ouvrages, en l'occurrence des
recueils de poèmes, ont été sélectionnés par l'Anthologie Poésie vivante
(Genève, 1970), et l'International Who's Who in Poetry (Londres et Cambridge)
lui a rendu le même honneur en 1975. De 1972 à 1979, le ministère des Affaires
culturelles a fait appel à ses services comme lecteur et conseiller littéraire
dans le cadre de son programme d'aide à l'édition. Il a également formé
plusieurs journalistes aujourd'hui en poste partout au pays. Depuis 1992, M.
Renaud enseigne l'expression orale au Collège radio-télévision de Québec
(CRTQ). Sa contribution sur le plan littéraire est remarquable et son apport à
la langue française est indéniable. M. Renaud représente pour tous les jeunes
issus des communautés culturelles et des minorités visibles un véritable
modèle de réussite.

    Monsieur John Asfour

    Né au Liban en 1945, M. John Asfour a immigré au Canada à l'âge de 22 ans.
Il a obtenu un baccalauréat en littérature anglaise à l'Université Concordia
et a fait une maîtrise et un doctorat à l'Université McGill dans le même
domaine. M. Asfour a enseigné la littérature anglaise au niveau collégial puis
au niveau universitaire. Délégué à la Conférence mondiale contre le racisme
des Nations Unies, en 2001, il est aussi le cofondateur de la section
montréalaise de l'Association des droits de l'homme canado-arabe. Depuis trois
ans, M. Asfour organise des conférences et des ateliers sur la citoyenneté et
la participation civique, la cohabitation entre les Néo-Québécois d'origine
arabe et les Québécois d'origine, les difficultés vécues par les jeunes de la
deuxième génération d'immigrants et les problèmes de gangs de jeunes au sein
des communautés culturelles. Poète connu partout au Canada, il s'est vu
décerné trois distinctions littéraires. M. Asfour a aussi été membre du comité
consultatif du ministre du Multiculturalisme et de la Citoyenneté à la suite
des événements du 11 septembre 2001 et a donné plus de 300 entrevues à des
médias locaux, nationaux et internationaux. Les réalisations de M. Asfour ont
touché beaucoup de gens, tant du point de vue social que du point de vue
culturel.

    Monsieur Alain Nonat

    Ténor d'origine française, M. Alain Nonat s'installe de façon permanente
au Québec en 1976. L'année de son arrivée, il crée un programme d'initiation à
l'opéra à l'intention des jeunes Si l'opéra m'était conté qui obtient le
soutien des ministères de l'Education et de la Culture du Québec, du Conseil
des Arts du Canada et de Bell Canada. La même année, il fonde le théâtre
Lyrichorégra 20, organisme culturel consacré à la promotion de l'art lyrique.
Il organise aussi des échanges culturels entre le Canada, la France et
d'autres pays européens en présentant des expositions internationales sur
l'opéra, la danse ainsi que des concerts avec de jeunes artistes de la relève.
En plus de participer, depuis 1990, à divers concours internationaux européens
comme membre de jury, M. Nonat donne des classes de maîtres au Canada, en
Europe et en Asie. Nommé membre du comité permanent de l'Association
internationale des théâtres lyriques en 1993, il lance, l'année suivante, en
collaboration avec la Banque Royale du Canada, le programme Les jeunes
ambassadeurs lyriques qui permet à des jeunes chanteurs canadiens de se faire
connaître sur la scène canadienne et européenne. L'engagement de M. Nonat a
assurément contribué au développement culturel du Québec et sa notoriété est
reconnue partout dans le monde. En créant des programmes qui permettent aux
arts lyriques de prendre leur essor au Québec, M. Nonat a certes été un
précurseur.

    Les membres des jurys

    Pour le Prix Maurice-Pollack

    Présidente
    ----------

    Mme Françoise Bertrand
    Présidente-directrice générale
    Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ)

    Diplômée en sociologie de l'Université de Montréal et détentrice d'une
maîtrise en études environnementales de l'Université de York à Toronto, Mme
Françoise Bertrand possède plus de 25 années d'expérience dans la haute
direction et la gestion.
    Tout au long de sa carrière, elle a siégé à de nombreux conseils
d'administration au sein de divers organismes. Elle est actuellement membre du
conseil d'administration de Québécor inc., de la FIDEC, de TV5 ainsi que du
Club Saint-Denis à Montréal.
    Elle est également récipiendaire de nombreux prix et distinctions dont les
insignes des Chevaliers de la Légion d'honneur qu'elle a reçus en France, en
2001, en reconnaissance de ses efforts pour favoriser la collaboration des
entreprises et des institutions canadiennes et françaises oeuvrant dans
l'industrie des communications.

    Membres
    -------

    Mme Marjolaine Loiselle

    Mme Loiselle possède une maîtrise en administration des affaires (MBA) de
l'Ecole des Hautes Etudes commerciales de l'Université de Montréal. Depuis
1973, elle a occupé diverses fonctions en administration publique et
parapublique, aux niveaux fédéral et provincial.
    Elle a d'abord oeuvré en gestion des ressources humaines avant
d'exercer différentes responsabilités de direction dans les domaines de la
santé et des services sociaux. Par la suite, elle a travaillé dans le domaine
de la main-d'oeuvre et de l'emploi et occupé le poste de directrice
générale adjointe des opérations régionales d'Emploi-Québec, au ministère de
l'Emploi et de la Solidarité sociale, d'avril 1998 à septembre 1999.
    De septembre 1999 à février 2005, elle a été sous-ministre adjointe aux
opérations d'Emploi-Québec. Elle a également assuré l'intérim au poste de
sous-ministre associée d'Emploi-Québec et secrétaire générale de la Commission
des partenaires du marché du travail, de septembre 2003 à juillet 2004. Depuis
février 2005, elle remplit les fonctions de présidente de la Commission des
partenaires du marché du travail.

    Mme Maudeleine Myrthil

    Mme Myrthil occupe actuellement le poste de conseillère en solution
d'affaires groupe élite pour le Groupe Pages Jaunes, le plus important éditeur
d'annuaires téléphoniques au Canada et chef de file de l'industrie.
    Hormis ses occupations professionnelles, Mme Myrthil est impliquée au sein
de la Jeune Chambre de commerce haitienne depuis près de quatre ans. Femme
engagée, dévouée et passionnée, elle a amené l'entreprise vers des niveaux
jamais atteints à tel point que l'entreprise a remporté, en mai 2006, le prix
Jeune Chambre de l'année décerné par le Regroupement des jeunes gens
d'affaires du Québec.
    Mme Myrthil est née et a grandi à Montréal. Elle parle couramment français
et anglais et elle détient un baccalauréat en gestion de l'Ecole des Hautes
Etudes commerciales.

    M. Denis Giroux

    M. Giroux compte plus de 25 années d'expérience dans le domaine des
ressources humaines au sein de grandes entreprises. Au cours de sa carrière,
il a exercé des rôles importants en matière de gestion des ressources humaines
tant au Canada qu'à l'international. Son expertise est reconnue et lui permet
non seulement d'avoir une vision globale des enjeux auxquels font face les
entreprises d'aujourd'hui, mais aussi de mettre de l'avant des stratégies
gagnantes.

    M. Sylvain Morissette

    M. Sylvain Morissette est président-directeur général de l'Association des
agences de publicité du Québec, regroupant 52 agences de publicité et de
communication marketing qui représentent aujourd'hui 80 % des revenus
publicitaires générés au Québec.
    De 1998 à 2006, M. Morissette a travaillé chez RONA inc. à titre de
directeur national des communications corporatives et des relations publiques
et de responsable de l'ensemble des communications corporatives et des
relations avec les investisseurs. De 1996 à 1998, il oeuvre au sein de
cabinets-conseils en marketing et en relations publiques. De 1988 à 1996, il
cumule différents postes de gestion au sein de la Société des alcools du
Québec (SAQ), notamment au service des communications et au service du
marketing des marques privées de la société d'Etat. Enfin, de 1984 à 1988, M.
Morissette touche au domaine des médias en devenant journaliste.
    Diplômé de l'Université de Montréal en sciences politiques et des HEC en
gestion des relations publiques, M. Morissette a aussi fait une majeure en
administration des affaires à l'UQAM. En plus d'être membre du conseil
d'administration des Normes canadiennes de la publicité (NCP), il siège au
conseil d'administration de l'Association des agences de publicité du Québec
et Conseil de l'industrie des communications du Québec.

    Pour les Prix Jacques-Couture, Anne-Greenup et Charles-Biddle

    Présidente
    ----------

    Mme Sophie Paquet

    Mme Paquet détient un baccalauréat en communication, option relations
humaines, de l'Université du Québec à Montréal.
    Avant de devenir présidente du Conseil permanent de la jeunesse en
septembre 2004, Mme Paquet a occupé divers postes notamment à la Société du
Vieux-Port de Montréal et chez Bell Canada. Elle a été aussi auxiliaire
d'enseignement à l'Université du Québec à Montréal ainsi qu'agente aux
communications pour l'organisme Intégration jeunesse du Québec inc.

    Membres
    -------

    Mme Micheline Labelle

    Mme Micheline Labelle, professeure titulaire au Département de sociologie
de l'UQAM, est directrice du Centre de recherche sur l'immigration,
l'ethnicité et la citoyenneté (CRIEC) et de la Chaire Concordia/UQAM en études
ethniques (section UQAM). Elle dirige également l'Observatoire international
sur le racisme et les discriminations du CRIEC.
    Membre du Conseil des relations interculturelles du Québec de 2002 à 2004,
elle est maintenant membre du conseil d'administration de l'Association
internationale des études québécoises.
    Elle est auteure ou coauteure des ouvrages suivants : Le devoir de mémoire
et les politiques du pardon (2005, en coll.); Contestation transnationale,
diversité et citoyenneté dans l'espace québécois (2004, en coll.); Ethnicité
et enjeux sociaux. Le Québec vu par les leaders de groupes ethnoculturels
(1995, en coll.); Histoires d'immigrées. Itinéraires d'ouvrières colombiennes,
haitiennes, grecques, portugaises de Montréal (1987, en coll.); Idéologie de
couleur et classes sociales en Haiti (1979).
    Dans le cadre de la Coalition internationale des villes contre le racisme,
elle a publié, en collaboration avec l'UNESCO d'autres ouvrages : Indicateurs
pour l'évaluation des politiques municipales visant à contrer le racisme et la
discrimination (2005, en coll.); Un lexique du racisme : Etude sur les
définitions opérationnelles du racisme et des phénomènes connexes (2006).

    Mme Patricia Rimok

    Diplômée en communication et en sciences politiques de l'Université
McGill, Mme Patricia Rimok a occupé, depuis 1983, des postes de direction au
sein de divers organismes, notamment celui de directrice exécutive de la
Fondation de l'Hôpital gériatrique Maimonides, à Montréal. Elle a aussi été
consultante en communication et marketing dans le secteur privé.
    Mme Rimok est maintenant présidente du Conseil des relations
interculturelles du Québec depuis octobre 2003. Sa principale fonction est de
conseiller la ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles sur
toutes les questions relatives aux politiques gouvernementales en matière
d'immigration, d'intégration et de diversité ethnoculturelle.
    Après avoir occupé brièvement le poste de directrice de cabinet de la
ministre des Relations avec les citoyens et de l'Immigration en mai 2003, elle
a été nommée au Conseil des relations interculturelles du Québec. De 1998 à
2001, elle a aussi été conseillère politique au cabinet du maire de la Ville
de Montréal et responsable du dossier de la réforme municipale et des
communautés culturelles.
    Mme Rimok a toujours été très active dans le domaine des relations
interculturelles et a siégé à plusieurs conseils d'administration de
nombreuses communautés culturelles à Montréal.

    M. Joseph Djossou

    M. Joseph Djossou partage aujourd'hui sa passion pour la philosophie avec
les étudiants du Cégep François-Xavier-Garneau, où il enseigne depuis près de
vingt ans. En plus de sa tâche d'enseignant, M. Djossou contribue à mettre en
valeur la richesse de la diversité culturelle de la société québécoise
puisqu'il coordonne depuis 2002 un colloque qui est devenu, avec les années,
une pièce maîtresse du calendrier du Mois de l'histoire des Noirs.
    Cet important colloque, qui a lieu à Québec, comporte de nombreuses
activités qui attirent beaucoup de participants dont des élèves, des citoyens
et des représentants de divers pays, d'autres provinces et d'établissements
d'enseignement supérieur. Grâce à cette formidable initiative, M. Djossou
s'est vu décerner le Prix Jacques-Couture pour le rapprochement interculturel
en 2006.

    A noter : Les représentants des médias qui désirent couvrir cet événement
doivent se procurer au préalable une accréditation auprès du Service aux
courriéristes parlementaires au 418 643-1357.

    Source :         Marie-Hélène Paradis
                     Attachée de presse
                     Cabinet de la ministre de l'Immigration
                     et des Communautés culturelles
                     514 873-9940

    Renseignements : Michèle Hudon
                     Direction des affaires publiques et des communications
                     Ministère de l'Immigration et des Communautés
                     culturelles
                     514 873-8624, poste 20393
    
    -%SU: CLT,SOC
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Michèle Hudon, Direction des affaires publiques et des
communications, Ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles,
(514) 873-8624, poste 20393; Source: Marie-Hélène Paradis, Attachée de presse,
Cabinet de la ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles, (514)
873-9940

Profil de l'entreprise

CABINET DE LA MINISTRE DE L'IMMIGRATION ET DES COMMUNAUTES CULTURELLES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.