/C O R R E C T I O N de la source -- Aile parlementaire du Parti québécois/



    Dans le communiqué c4832 diffusé le 19 décembre 2007 à 17:35e, une erreur
    s'est glissée dans le 4e paragraphe. En effet au lieu de lire "programme
    de stabilisation des revenus agricoles" nous aurions dû lire "programme
    de stabilisation des revenus". La copie corrigée est la suivante:

    Bilan de la session parlementaire - UNE SERIE DE RENDEZ-VOUS MANQUES

    QUEBEC, le 19 déc. /CNW Telbec/ - "Le premier ministre du Québec, le chef
de notre Etat, Jean Charest, n'a plus l'oreille et l'attention du gouvernement
fédéral. De son côté, le chef de l'opposition officielle, Mario Dumont,
réussit à rencontrer le premier ministre canadien non pas pour les intérêts
supérieurs du Québec mais pour ses intérêts partisans. C'est le malheureux
constat que nous faisons des derniers mois : une série de rendez-vous
manqués."
    C'est ce qu'a déclaré la chef du Parti Québécois et députée de
Charlevoix, Pauline Marois, alors qu'elle faisait le bilan de la dernière
session parlementaire, accompagnée du député d'Abitibi-Ouest et leader
parlementaire, François Gendron.

    LES CONTENTIEUX AVEC OTTAWA SE MULTIPLIENT

    Mme Marois a dressé une longue liste de contentieux entre le gouvernement
Charest et le gouvernement fédéral de Stephen Harper. "Ce qui devrait être la
priorité par les temps qui courent, c'est une intervention musclée, une
attaque en règle du gouvernement du Québec envers le fédéral qui se croise les
bras devant la pire crise forestière et la crise manufacturière. Les ministres
du gouvernement Charest ont beau crier fort, le résultat est nul et les
travailleurs écopent. Où est le fédéralisme d'ouverture dont se targue Jean
Charest?", a questionné la chef du Parti Québécois.
    Elle constate que les dossiers en litige avec le gouvernement fédéral
s'accumulent dont, notamment, les discussions sur le pouvoir fédéral de
dépenser, le financement de l'éducation postsecondaire, le registre des armes
à feu, le respect de Kyoto, la Bourse du carbone, la Commission des valeurs
mobilières, le programme de stabilisation des revenus, l'indemnité pour la
crise du verglas, le financement pour lutter contre les gangs de rue, le
financement des festivals et la réforme du Sénat. "Dans plusieurs cas,
l'Assemblée nationale a unanimement pris position mais le gouvernement Harper
s'en fiche", a-t-elle ajouté.
    Mme Marois s'inquiète par ailleurs que le premier ministre Charest ait eu
une position contraire à une motion unanime de l'Assemblée nationale, en
appuyant l'Ontario, sur la réduction du poids démocratique du Québec à la
Chambre des communes selon le projet conservateur. "Pourquoi est-il allé à
l'encontre de l'Assemblée nationale? En quoi les intérêts du Québec sont-ils
protégés et défendus en agissant de la sorte?", se demande la chef du Parti
Québécois.
    Pauline Marois estime que le gouvernement Charest demeure trop passif
devant la perte de sièges sociaux sur le territoire québécois, à commencer par
la Bourse de Montréal. "Plusieurs Etats sont intervenus pour lutter contre
l'exode des sièges sociaux. Pourquoi ne le ferait-on pas ici? Depuis quatre
ans, plusieurs fleurons de l'économie québécoise sont passés à l'étranger,
notamment Sico, Molson, Cambior, Van Houtte, Aliments Carrière, Domtar,
Provigo, Alcan. Il faut mettre fin à cette politique libérale de laisser-faire
économique", a poursuivi la chef du Parti Québécois

    MARIO DUMONT N'A PAS REUSSI SON RENDEZ-VOUS AVEC LA POPULATION

    Elle dénonce avec vigueur le rôle que joue le chef de l'opposition
officielle, Mario Dumont, vis-à-vis Ottawa. "Il a l'attention de Stephen
Harper mais préfère faire passer les intérêts de l'ADQ d'abord plutôt que d'en
faire bénéficier les Québécois. Ca manque de courage, ça manque de conviction,
ça manque cruellement d'ambition pour le Québec. Si c'est ça l'autonomie, je
dis non merci parce que le résultat, c'est quoi? Ce sont les Québécois qui
écopent", a affirmé Pauline Marois.
    La chef du Parti Québécois reproche aussi à Mario Dumont de n'avoir rien
à proposer et de s'opposer pour s'opposer. "Sa seule proposition de la session
parlementaire, c'était de renverser le gouvernement sur la structure des
commissions scolaires. C'est de l'irresponsabilité pure. Il ne propose jamais
de plan et se garde bien de proposer des solutions", a-t-elle avancé.
    De son côté, au cours de cette session parlementaire, l'équipe du Parti
Québécois a soumis diverses propositions d'envergure, notamment avec le projet
de loi sur l'identité et une série de mesures pour le secteur forestier. "Nous
avons eu le courage de présenter des solutions concrètes qui pourraient être
mises de l'avant, tant pour mieux affirmer l'identité québécoise que pour
venir en aide aux travailleurs et à l'industrie forestière. Dans ce cas-ci,
nous sommes aussi heureux que le gouvernement ait donné le signal qu'il
retenait notre proposition avancée en septembre dernier pour que le Québec se
dote d'une charte de la construction avec maximisation du bois québécois", a
poursuivi Mme Marois.
    "Ce sont les citoyens qui sortent gagnants des travaux parlementaires et
du bilan législatif. A titre d'exemple, nous avons dit non au projet de loi du
ministre Claude Béchard sur l'essence parce que ce projet de loi, s'il avait
été adopté, aurait pu contribuer à une hausse du coût de l'essence. Nous avons
soumis plusieurs propositions que la ministre Julie Boulet a acceptées pour
accroître la sécurité routière. On pourrait même ajouter que ce projet de loi
porte la signature du Parti Québécois! En somme, l'équipe du Parti Québécois,
avec son expérience et sa force, a permis concrètement d'améliorer la qualité
de vie des citoyens et nous en sommes heureux. La présence d'un gouvernement
minoritaire pose aux parlementaires de nombreux défis mais nous estimons avoir
tiré notre épingle du jeu parce qu'au coeur de nos décisions, nous avons placé
le citoyen au centre du débat", a conclu François Gendron.
    -%SU: CPN
    -%RE: 37




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 644-9318


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.