Budget fédéral: une violation indue des compétences provinciales



    MONTREAL, le 27 janv. /CNW Telbec/ - La Fédération étudiante collégiale
du Québec (FECQ) a constaté le dépôt du budget fédéral avec beaucoup
d'inquiétudes à l'égard du financement des établissements d'éducation
postsecondaire du Québec. L'annonce du plan d'investissement fédéral dans les
infrastructures collégiales et universitaires, contenu dans le budget, est
"une ingérence à peine voilée dans les compétences provinciales" selon le
président de la Fédération, Xavier Lefebvre Boucher.
    Les nouveaux investissements seront dirigés par Industrie Canada dans une
proportion de 70% pour les universités canadiennes et 30% pour les collèges.
Non seulement ces sommes seront attribuées dans une proportion qui ne respecte
pas le traditionnel 60% auquel les collèges s'attendent, mais les collèges
devront en plus effectuer leurs demandes de financement directement à
l'organisme fédéral responsable en déposant un projet. "Le système de
financement québécois a des lacunes, c'est vrai, mais les cégeps n'en sont pas
encore à supplier les ministères pour recevoir les miettes qu'on veut bien
leur concéder! Cette situation est ridicule et absurde, les besoins réels des
établissements ne sont pas pris en compte, on dirait que le gouvernement
fédéral veut lancer une course entre les collèges", s'est indigné Xavier
Lefebvre Boucher.
    S'ajoute à cela l'absence d'une réelle volonté de rétablir les transferts
fédéraux en éducation postsecondaire au niveau de 1994. Les étudiants, comme
les syndicats et les établissements d'enseignement s'accordent pour évaluer
les sommes manquantes en transfert vers les provinces à 3,5 milliards de
dollars par année, un problème qui n'est qu'effleuré dans le budget déposé par
le gouvernement conservateur. Les sommes allouées à cette fin ne totalisent en
effet que 300M$. "Le sous-financement des institutions est criant partout à
travers le Canada et tous s'entendent pour dire que les coupures des
transferts fédéraux de 1994 sont à la base du problème. Le développement
économique est en grande partie tributaire des investissements en éducation
postsecondaire, on ne peut donc pas évoquer la récession pour justifier cette
absence de considération pour nos institutions d'enseignement", a ajouté M.
Lefebvre Boucher.
    Cette situation inquiète d'autant plus les étudiants que le gouvernement
fédéral renoue avec les déficits budgétaires de façon catastrophique, plus de
34G$ sous les revenus appréhendés, ce qu'il justifie en évoquant la crise
économique actuelle. "On comprend mal comment il est possible de présenter un
déficit devant les Canadiennes et les Canadiens tout en ne présentant
absolument rien de valable en éducation, surtout dans le contexte économique
qu'on connaît", a conclu le président de la FECQ.

    La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) représente plus de 40
000 étudiantes et étudiants collégiaux réunis dans 21 associations étudiantes
présentes sur l'ensemble du territoire québécois.




Renseignements :

Renseignements: Merlin Trottier-Picard, vice-président, cell.: (514)
554-0576


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.