Budget fédéral pour les Premières Nations - "Aucun plan de relance véritable" - Ghislain Picard, Chef de l'APNQL



    WENDAKE, QC, le 28 janv. /CNW Telbec/ - Au-delà des annonces
d'investissement en logement et en infrastructure, l'APNQL dénonce l'absence
de mesure permettant de s'attaquer aux problèmes socioéconomiques importants
qui sévissent dans une très grande proportion de Premières Nations. "La crise
économique, nous la vivons de façon constante et perpétuelle. Pourtant, nous
n'avons jamais pu bénéficier d'un plan de relance véritable. Tous les secteurs
vivent un sous-financement chronique depuis plusieurs années. Le présent
budget ne change aucunement cette situation", déplore le Chef de l'Assemblée
des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard.
    En particulier, l'APNQL est déçue que le gouvernement fédéral n'ait pas
profité de l'occasion pour annuler le plafond de 2 % imposé depuis 1996 sur
les dépenses effectuées dans le cadre des programmes et des services destinés
aux Premières Nations. Ce plafond, dans un contexte de boom démographique dans
les communautés, équivaut à des coupures qui ont des effets catastrophiques
sur les finances de bon nombre de communautés. A titre d'exemple, les pertes
uniquement pour les écoles des Premières Nations non conventionnées au Québec
totalisent près de 235 millions $. Les sommes ajoutées aujourd'hui ne
permettent donc pas de rattraper le retard causé par ce plafond, alors que le
fossé continue de s'élargir entre les conditions des Premières Nations et
celles des autres Canadiens. "Le gouvernement doit absolument abolir ce
plafond et adopter une méthode d'indexation financière appropriée; autrement,
les Premières Nations ne pourront jamais se sortir de la crise", a précisé le
Chef Picard, qui entend inviter les partis de l'opposition à soumettre un
projet d'amendement en ce sens.

    Intentions douteuses

    Le Chef de l'APNQL considère douteuses certaines intentions formulées
dans le budget et qui sont pratiquement passées inaperçues. Notamment, les
Premières Nations et les Canadiens dans leur ensemble doivent être inquiets
face à la volonté du gouvernement conservateur d'éliminer les processus
environnementaux requérant l'approbation du gouvernement fédéral. Aussi,
l'APNQL s'inquiète de la volonté apparente du gouvernement fédéral de
transférer aux provinces plusieurs de ses responsabilités envers les Premières
Nations. "Ce budget est loin de répondre à une vision de développement
durable, est loin de respecter l'environnement et est encore très loin de
reconnaître les Premières Nations comme des partenaires de la société
canadienne", a conclu le Chef Ghislain Picard.

    L'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador est
l'organisme régional qui représente les Chefs des Premières Nations du Québec
et du Labrador.

    Note aux médias : l'APNQL et ses commissions publieront au cours des
prochains jours leurs réactions plus détaillées sur les différentes mesures
contenues dans le budget.




Renseignements :

Renseignements: Claude Picard, APNQL, (418) 842-5020


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.