Budget fédéral: Les femmes laissées pour compte dans le budget



    MONTREAL, le 27 janv. /CNW Telbec/ - Les groupes de femmes déplorent le
fait que le budget du gouvernement Harper prévoie des milliards pour les
infrastructures "de béton" mais rien pour les infrastructures sociales. Une
amélioration des transferts aux provinces aurait permis de créer des emplois
pour les femmes et de répondre aux besoins de la population en matière de
santé, de services de garde, de l'assistance sociale, de soutien à domicile et
de nouveaux logements sociaux.
    Outre une modeste augmentation de la Prestation canadienne pour enfants,
ce budget n'a rien pour les plus pauvres. Plus les revenus sont élevés, plus
les ménages bénéficieront des baisses d'impôt et les plus pauvres n'en
profiteront pas du tout. Pour profiter des crédits à la rénovation des maisons
ou les Comptes d'épargne libre d'impôt (CELI), en vigueur depuis janvier 2009,
il faut déjà avoir de l'argent.
    La seule mesure prévue pour les personnes à bas salaire, une injection de
580 millions dans la Prestation fédérale pour revenu du travail (PFRT), vise
les personnes qui ont un emploi. Une personne qui perd son emploi, perd
également cette prestation.
    Il n'y aura aucune amélioration significative de l'assurance-emploi. Les
femmes y sont particulièrement pénalisées car elles constituent la grande
majorité des personnes qui travaillent à temps partiel et qui retournent sur
le marché du travail après une absence prolongée. Les conditions
d'admissibilité ne seront pas assouplies, le taux de remplacement du revenu ne
sera pas augmenté, il y aura toujours deux semaines de carence et les
programmes de formation demeureront inaccessibles aux personnes qui ne se
qualifient pas pour l'assurance-emploi. On doit s'attendre à ce que six
chômeuses ou chômeurs sur dix restent non admissibles.
    On ne relève pas une seule fois le mot "femme" dans ce budget. Par
contre, le gouvernement réitère son intention de suspendre le droit au recours
juridique dans les causes d'équité salariale alors que certains groupes de
femmes ont lutté pendant des années pour faire valoir ce droit fondamental. Le
gouvernement veut faire de l'équité salariale un droit négociable, ce qui va à
l'encontre de la Charte des droits et des recommandations du Groupe de travail
sur l'équité salariale.
    Au cours des dernières années, le gouvernement conservateur a sabré dans
les subventions accordées aux groupes de défense des droits ainsi que dans le
programme de contestation judiciaire. Ce budget ne rectifie pas le tir. Dans
ce contexte de crise économique, les groupes de femmes soussignés considèrent
que ce budget ignore les vrais besoins des femmes et des personnes à faible
revenu.




Renseignements :

Renseignements: Stéfany Ranger, LCOM Communication, (514) 393-3178,
cellulaire: (514) 679-7583; Source: Afeas; Conseil d'intervention pour l'accès
des femmes au travail (CIAFT); Fédération des associations de familles
monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ); Fédération des femmes du
Québec (FFQ); L'R des centres de femmes du Québec; Regroupement des tables
régionales de groupes de femmes


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.