Budget fédéral : un ramassis de priorités mal choisies



    OTTAWA, le 27 fév. /CNW Telbec/ - Selon l'Alliance de la Fonction
publique du Canada (AFPC), l'idéologie conservatrice l'a emporté sur les
besoins des Canadiennes et des Canadiens dans le dernier budget fédéral.
    "Ce budget est un ramassis de priorités mal choisies, déclare le
président national de l'AFPC, John Gordon. Au lieu d'investir pour répondre
aux besoins des Canadiennes et des Canadiens, le gouvernement Harper, toujours
obsédé par le déficit, s'est évertué encore une fois à le réduire en
consacrant plus de 10 milliards de dollars à la réduction de la dette cette
année.
    "Continuer à réduire la dette alors que le Canada pourrait faire face à
un ralentissement économique n'est pas une politique économique très
judicieuse. Les conservateurs ont une fois de plus raté une occasion
d'utiliser l'excédent pour investir dans la santé et le bien-être de la
population canadienne, c.-à-d. en créant un régime national
d'assurance-médicaments, un programme national de garderies et d'éducation
préscolaire ou un plan détaillé de protection de l'environnement."
    Le budget conservateur prévoit beaucoup d'initiatives pour lutter contre
la criminalité, mais peu pour s'attaquer à ses causes profondes, soit des
mesures concrètes visant à éliminer la pauvreté des enfants et la création
d'un programme national de logements pour remédier au problème croissant de
l'itinérance.
    Les femmes, ce "groupe d'intérêt particulier" qui constitue plus de la
moitié de la population, sont aussi laissées pour compte dans ce budget.
L'avancement de l'égalité des femmes se résume en deux phrases, soit une vague
allusion à l'élaboration d'un plan d'action. Un véritable plan aurait consacré
à la lutte contre la violence faite aux femmes, à l'équité salariale et à
d'autres questions d'équité une bonne portion des 37 milliards de dollars et
plus que les conservateurs ont consacrés à la réduction de la dette.
    "Le bureau fédéral des partenariats public-privé, PPP Canada Inc., qui
deviendra sous peu une société d'Etat ayant un fonds de 1,26 milliard de
dollars pour accorder des prêts, des garanties de prêt et des contributions
remboursables au secteur privé, n'est rien de moins qu'un mécanisme visant à
aider le secteur privé à faire des profits avec les revenus publics, déclare
le président Gordon. Il serait plus sensé et plus économique de tout
simplement affecter des fonds aux infrastructures plutôt que d'enrichir les
entreprises privées à même les deniers publics."
    En attendant, l'examen des programmes gouvernementaux en cours continue
de s'attaquer en douce aux services publics. Prétendant avoir réaffecté
386 millions de dollars au cours des quatre prochaines années, les
conservateurs n'ont pas expliqué pourquoi ils ont jugé que certains programmes
n'étaient plus nécessaires. Ils continuent toutefois de parler du rôle
"central" du gouvernement tout en sous-finançant, en éliminant ou en
privatisant arbitrairement certains programmes essentiels aux Canadiennes et
aux Canadiens de toutes conditions.
    John Gordon se demande également quelles sont les intentions réelles des
conservateurs en ce qui concerne la création de l'Office de financement de
l'assurance-emploi du Canada. En imposant des limites irréalistes sur
l'excédent accumulé dans la caisse d'assurance-emploi et sur les augmentations
de prime, les conservateurs ne peuvent que provoquer un resserrement des
critères d'admissibilité et une réduction des prestations, surtout dans
l'éventualité d'un ralentissement économique ou d'une récession. Ces mesures
annonceraient-elles la fin des prestations de maternité, des prestations
parentales et des prestations de soignant et un retour aux fonctions "de base"
de l'assurance-emploi?
    "Une fois de plus, les conservateurs n'ont pu s'empêcher d'offrir un
autre allégement fiscal aux Canadiennes et Canadiens mieux nantis en
instaurant le compte d'épargne libre d'impôt. De bons programmes sociaux et
non des allégements fiscaux, voilà ce dont bénéficieraient l'ensemble des
Canadiennes et des Canadiens plutôt qu'un petit groupe de privilégiés",
conclut John Gordon.




Renseignements :

Renseignements: Alain Cossette, Section des communications de l'AFPC,
(613) 293-9210 (cellulaire)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.