Budget 2008 de la Ville de Montréal - L'administration Tremblay-Zampino maintient son engagement de ne pas augmenter le fardeau fiscal général pour une troisième année consécutive



    MONTREAL, le 28 nov. /CNW Telbec/ - L'administration Tremblay-Zampino a
déposé, ce matin, le budget 2008 de la Ville de Montréal qui respecte son
engagement de 2005 de ne pas augmenter le fardeau fiscal général des
contribuables montréalais. "Nous avons réussi ce défi, notamment par le
recentrage de la Ville sur ses activités et sur ses missions essentielles", a
déclaré le président du comité exécutif et responsable des finances, M. Frank
Zampino. "Bien que nous opérions dans un contexte financier serré, avec nos
efforts, nous réussissons une fois de plus avec le budget 2008 à améliorer le
niveau des services aux citoyens, tout en respectant la capacité de payer des
contribuables montréalais", a souligné le maire de Montréal, M. Gérald
Tremblay.
    Le compte de taxes de chacun des contribuables peut cependant diminuer ou
augmenter, en raison notamment de l'effet du rôle d'évaluation foncière
2007-2010, qui fait croître la valeur des propriétés et qui entraîne des
déplacements fiscaux importants. Rappelons que c'est à la suite d'une demande
de l'administration municipale montréalaise auprès du gouvernement du Québec
que les variations de ce rôle s'étaleront jusqu'en 2010, soit pour une période
de quatre ans au lieu de trois comme ce fut le cas dans le passé, et que les
taux de taxes foncières ont été globalement ajustés à la baisse pour
neutraliser l'impact de ces hausses.

    Contribution spéciale au Fonds de l'eau

    Conformément aux orientations qui découlent de la création, en 2003, du
Fonds de l'eau, la Ville de Montréal continue, en 2008, de prélever une
contribution spéciale de 20 millions $ pour l'amélioration du service de
l'eau. La contribution de la Ville à ce fonds s'élève donc à 105 millions $ en
2008.
    Doté d'une mise de fonds initiale de 25 millions $, ce fonds, qui doit
atteindre 200 millions $ en 2013, sert à articuler et à coordonner un
ambitieux programme de réhabilitation des infrastructures et de
restructuration des services de l'eau sur l'île de Montréal.

    Abandon de la taxe d'eau et de services de l'ancienne Ville de Montréal

    L'année 2008 voit également l'élimination complète de la taxe d'eau et de
services sur la valeur locative qui est imposée aux occupants d'immeubles non
résidentiels situés dans les neuf arrondissements de l'ancienne Ville de
Montréal. L'abolition de cette taxe s'inscrit dans le processus
d'harmonisation de la taxation sur l'ensemble du territoire montréalais.
    Les deux programmes de subvention, mis en place en 2007 pour atténuer les
effets de ce changement fiscal, sont reconduits en 2008. L'un de ces
programmes vise à compenser les propriétaires des immeubles non résidentiels
de 5 millions $ ou moins de l'ex-Montréal de toute hausse excessive du niveau
de taxation qu'entraîne ce changement de régime.
    L'autre programme s'adresse à certains organismes qui sont locataires et
exemptés de taxes locatives et qui oeuvrent dans les domaines de l'art et de
la culture, du développement social et communautaire et des loisirs.

    Nouvelles taxes d'arrondissement

    Par ailleurs, comme le permet la Charte de la Ville de Montréal,
l'arrondissement de Verdun se prévaut pour l'année 2008 de la disposition qui
lui permet d'imposer une taxe d'arrondissement pour améliorer son niveau de
services. Trois autres arrondissements, Montréal-Nord, Ville-Marie et Anjou,
majorent pour leur part leur taxe d'arrondissement. L'imposition de ces
nouvelles taxes d'arrondissement entraîne des charges fiscales additionnelles
de 3,5 millions $, et ce, uniquement pour les contribuables de ces quatre
arrondissements.

    Permettre à Montréal de disposer des outils fiscaux dont elle a besoin

    Même si l'administration municipale montréalaise a réussi, une fois de
plus cette année, à geler le niveau des charges fiscales générales, M. Frank
Zampino a tenu à rappeler cependant qu'il est toujours aussi important et
impératif de diversifier les sources de revenus de la Ville pour assurer sa
santé financière et son développement.
    C'est pourquoi d'ailleurs le maire de Montréal, M. Gérald Tremblay, tout
comme le président du comité exécutif, a réitéré, le 15 novembre dernier, lors
du dépôt du mémoire de la Ville pour le projet de loi 22 sur les règles de
gouvernance de l'agglomération de Montréal, la demande de diversifier les
sources de revenus de la métropole de façon stable et récurrente. "Montréal
doit détenir les leviers administratifs et financiers qui correspondent à son
rôle de métropole et de moteur économique du Québec. Les contribuables
montréalais paient déjà leur part en taxes foncières. Nous devons diminuer la
pression sur l'impôt foncier puisque présentement 72 % des revenus de la ville
proviennent de cette source. Si Montréal n'a pas les moyens de diversifier sa
fiscalité et d'engendrer des rentrées de fonds supplémentaires, c'est non
seulement sa santé financière et sa capacité de répondre à ses obligations qui
seront affectées, mais également sa capacité de concurrencer les autres
grandes villes d'Amérique du Nord", plaidait M. Tremblay pour l'occasion.




Renseignements :

Renseignements: Isabelle Poulin, Relations avec les médias, (514)
872-4641; Patricia Lowe, Relations avec les médias, (514) 872-5467; Source:
Cabinet du maire et du comité exécutif


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.