Boycott d'un jour du Journal de Québec



    QUEBEC, le 21 juin /CNW Telbec/ - C'est aujourd'hui jeudi que la
population de Québec est invitée à démontrer à Quebecor son attachement à la
Vieille capitale en boycottant le Journal de Québec. Les appuis et messages
reçus depuis lundi, moment où l'appel au boycott d'un jour a été lancé dans
les pages du MédiaMatinQuébec, laissent croire que l'opération de
mécontentement envers l'entreprise s'avérera un succès.
    Aujourd'hui, l'intérêt pour MédiaMatinQuébec, le quotidien gratuit des
lockoutés, augmente. Il se dégonfle pour le Journal de Québec. La sympathie
démontrée envers les artisanes et artisans du MédiaMatinQuébec nous a
convaincu, pour aujourd'hui seulement, d'augmenter à 28 le nombre de pages et
à 45 000, le nombre d'exemplaires distribués.
    L'appel au boycott du Journal de Québec a été lancé en raison de
l'attitude méprisante de Quebecor envers les 252 travailleurs qui l'ont
toujours bien servi depuis 40 ans. Depuis le début de la négociation,
l'entreprise se campe avec entêtement sur sa position de départ.
    A trois reprises, depuis avril, les syndicats ont invité la partie
patronale à venir s'asseoir à la table de négociations, devant le
conciliateur. A chaque fois, les négociateurs patronaux ont refusé. La
dernière fois, le 4 juin, une nouvelle proposition syndicale a été livrée au
conciliateur, dans les bureaux du ministère du Travail. Cette preuve de bonne
volonté des syndicats a complètement été ignorée par l'employeur.
    Quebecor maintient l'ensemble des demandes qu'elle a déposées le 1er
décembre 2006 et qui se traduisent par des coupes de postes par dizaines.
Plutôt que de consacrer ses énergies à tenter de trouver des solutions en
collaboration avec les syndicats, l'entreprise a préféré préparer de longue
haleine le conflit de travail actuel qu'elle a elle-même déclenché sans que
les travailleurs n'aient fait le moindre moyen de pression. C'est probablement
du jamais vu dans l'histoire des relations du travail au Québec!
    Devant cet entêtement injustifié, les syndicats ont décidé de lancer un
appel à la population. Quebecor fait la sourde oreille aux syndicats.
Peut-être entendra-t-il le grand public.
    Faites de la journée d'aujourd'hui, la plus longue de l'histoire de
Quebecor, à Québec. Refusez de lire le Journal de Québec pour une journée. Ne
l'achetez pas, ignorez-le tout simplement.
    En posant un tel geste, vous exprimerez à Quebecor votre volonté que les
emplois de qualité de Québec demeurent à Québec. Dites non au transfert des
annonces classées à Kanata, en banlieue d'Ottawa. Refusez que votre argent et
celui des annonceurs locaux sorte de la région pour financer des emplois à
l'extérieur, à Montréal, Mirabel ou en Ontario.

    Rappel du lock-out au Journal de Québec

    Les employés de bureau et de la rédaction du Journal de Québec sont sous
le coup d'un lock-out décrété par l'employeur le 22 avril. En solidarité avec
leurs collègues jetés sur le trottoir, les employés de l'imprimerie ont voté
la grève à 97 %. Avant le déclenchement du lock-out, aucun des trois syndicats
n'avaient même demandé de mandat de grève à leurs membres.
    Depuis le 24 avril, les employés en conflit publient et distribuent cinq
jours semaine le MédiaMatinQuébec, un quotidien gratuit, pour rappeler leur
cause à la population de Québec. Aucun piquet de grève n'a été érigé par les
syndiqués. Depuis la fondation du Journal de Québec en 1967, aucun conflit de
travail n'avait eu lieu. Il y a un an et demi, tous les employés syndiqués du
Journal avaient accepté de reconduire la convention collective pour un an en
partenariat avec l'employeur qui faisait face à un concurrent, Le Soleil, qui
passait au format tabloid pour mieux le concurrencer.
    Les employés salariés du Journal de Québec sont tous membres du Syndicat
canadien de la fonction publique (SCFP-FTQ) En plus des employés du Journal,
le SCFP compte 7000 membres dans les communications au Québec et est présent
dans plusieurs autres secteurs, notamment la santé et les services sociaux,
les universités, l'éducation, les transports urbain et aérien, les sociétés
d'Etat et organismes publics québécois, l'hydroélectricité et les
municipalités. Avec près de 100 000 membres, le SCFP reste le plus important
affilié de la FTQ qui, elle-même, est la plus imposante centrale syndicale au
Québec avec 500 000 membres.

    Ce communiqué et d'autres infos sur le site scfp.qc.ca




Renseignements :

Renseignements: Denis Bolduc, porte-parole syndical, cell. (418)
564-8772; Robert Bellerose, Information SCFP, cell. (514) 247-9266; SOURCE :
Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ)

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.