Bonne rentrée scolaire sous le thème de la réussite pour tous de l'AQETA

MONTRÉAL, le 1er sept. 2011 /CNW Telbec/ - L'Association québécoise des troubles d'apprentissage (AQETA) profite de la rentrée scolaire pour souhaiter à tous les élèves un retour en classe des plus harmonieux. Il convient de rappeler que près de 18 pour cent des élèves sont handicapés ou sont confrontés à un trouble d'apprentissage (TA), selon les estimations du ministère de l'Éducation (MÉLS). De nouvelles lignes directrices émises par le (MÉLS) concernant l'intégration des élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA) guideront dorénavant les gestionnaires des écoles publiques et privées. Certaines mesures favorisent d'entrée de jeu plusieurs élèves présentant un TA, alors que d'autres restent à peaufiner. L'avantage est de toutes les retrouver au sein d'un document unique.

Parmi les points avantageux, notons la possibilité d'identifier rapidement, dès la fin de la première année, les besoins d'un élève qui présente des difficultés d'apprentissage. Des mesures d'aide pourront ainsi rapidement être mises en place, sans attendre un diagnostic formel,  ce qui constitue un pas de géant pour les élèves présentant un TA et leurs parents. « Il s'agit d'une mesure beaucoup plus efficace que la course à l'étiquette, qui était auparavant la porte d'entrée des services pédagogiques sans pour autant préciser la nature des besoins du jeune », estime Line Laplante, présidente du Conseil d'administration de l'AQETA. L'association souligne également l'importance de mettre en œuvre des pratiques pédagogiques efficaces, prenant appui sur les connaissances scientifiques les plus récentes, pour assurer la réussite de tous les élèves, incluant ceux qui ont un trouble d'apprentissage.

Autre point avantageux, les lignes directrices privilégient d'offrir un continuum de services pour répondre aux besoins identifiés, dont l'intégration à la classe ordinaire, avec mesures d'aide, la classe répit ou la classe ressource. Elles prévoient également que le plan d'intervention pourra être revu et ajusté en cours d'année, selon la réévaluation des besoins et l'évolution de la situation de l'élève. « La crainte de tout parent est que le choix d'une modalité de service considéré comme étant approprié, à un moment donné, ne puisse être reconsidéré à la lumière de l'évolution des besoins de son enfant. Pouvoir reconsidérer en cours d'année le choix du mode de regroupement inscrit au plan d'intervention est essentiel afin d'éviter, par exemple, que la classe spéciale ne devienne un lieu d'où il s'avère pratiquement impossible de sortir. », estime Mme Laplante.

Si les sommes supplémentaires allouées se traduisent par l'ajout de spécialistes, qui manquent cruellement dans plusieurs milieux, les intentions qui émanent du document sont dans l'ensemble positives. Cependant, certains points mériteraient d'être peaufinés et éclaircis.

Rassurée par les principes et orientations du document qui " […] considèrent d'abord la classe ordinaire […] comme le lieu privilégié pour la scolarisation des élèves HDAA ", d'autres énoncés préoccupent l'AQETA.  Par exemple, celui concernant la possibilité pour les instances scolaires de " […] démontrer, s'il y a lieu, la contrainte excessive de l'intégration ou l'atteinte de façon importante aux droits des autres élèves ", ou celui concernant la possibilité de " […] planifier la composition de la classe pour qu'elle soit équilibrée " soulèvent des questionnements. « Telles que libellées, ces mesures peuvent laisser place à des interprétations diverses. Un élève ayant un TA pourrait-il être exclu de la classe ordinaire sous prétexte que la capacité maximale d'intégration est atteinte et se retrouver, par défaut, dans une classe spéciale alors que celle-ci ne permettrait pas de répondre adéquatement à ses besoins? », s'interroge Mme Laplante. Bref, l'AQETA craint qu'un certain flou puisse conduire à des décisions arbitraires et discriminatoires.

À cet égard, l'AQETA, estime que bien que les orientations, qui ont été élaborées en tenant compte des préoccupations de plusieurs représentants du milieu de l'éducation, aient le mérite de susciter l'adhésion, les mesures qui soulèvent des préoccupations devraient être éclaircies afin de réduire au minimum les possibilités d'interprétation dans le but d'assurer la réussite scolaire des jeunes aux prises avec un TA.

Fondée en 1966, l'AQETA est un organisme à but non lucratif dont la mission est de faire la promotion et la défense collective des droits des enfants et des adultes qui ont des troubles d'apprentissage. L'association représente les parents et les personnes qui ont des troubles d'apprentissage, elle les soutient dans leur démarche.

SOURCE Association québécoise des troubles d'apprentissage

Renseignements :

Brigitte Roussy
Responsable des communications, AQETA
514 847-1324 poste 29 (cell) 514 248-0160
communications@aqeta.qc.ca

Profil de l'entreprise

Association québécoise des troubles d'apprentissage

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.