BMO met plus l'accent sur les ventes des succursales, déclare Bill Downe, président et chef de la direction



    Harris, de Chicago, est particulièrement bien positionnée pour surmonter
    les difficultés du marché de l'habitation aux Etats-Unis.

    MONTREAL, le 11 sept. /CNW/ - Prenant la parole à l'occasion du Sommet
financier 2007 de Scotia Capitaux, Bill Downe, président et chef de la
direction de BMO Groupe financier, a déclaré que son organisation accorde une
plus grande importance au service à la clientèle et à la croissance de ses
secteurs d'activité de base.

    BMO EST BIEN POSITIONNE DANS LA CONJONCTURE ECONOMIQUE ACTUELLE

    Faisant allusion à un discours du président de la Réserve fédérale des
Etats-Unis, Ben Bernanke, qui déclarait récemment que le taux des prêts en
souffrance dans le secteur des prêts hypothécaires à risques à taux variable
avait atteint environ 13,5 % en juin, M. Downe a souligné : "Harris n'octroie
pas de prêts hypothécaires à risques et son exposition directe à des risques
liés à des prêts aux particuliers ayant certaines caractéristiques de prêts à
risques est très faible. Le taux global de prêts en souffrance de Harris était
de 0,4 % en juin."

    NOUVEAU PERSONNEL

    Commentant le renouvellement majeur de la direction des services
bancaires de détail de BMO au Canada, M. Downe a déclaré : "La nouvelle équipe
dirigeante possède une vaste expérience du travail effectué sur le terrain et,
dans l'ensemble de l'organisation, les directeurs sont plus près des clients
et les décisions se prennent plus près du personnel de première ligne. Plus du
tiers des 28 chefs de région occupent leur poste depuis peu."

    DE NOUVELLES SUCCURSALES PLUS VERTES

    "Notre réseau de succursales est au coeur de notre stratégie. Nous
concentrerons nos investissements dans notre réseau de succursales dans des
secteurs à forte croissance. De plus, nous prenons le virage "vert", en
utilisant de l'électricité non polluante en vertu d'un contrat qui pourra
finalement s'appliquer à 53 succursales. Ce qui devrait faire de BMO la
première institution financière au Canada à figurer sur l'indice vert Bullfrog
Power", a ajouté M. Downe.

    DE NOUVELLES OFFRES FREQUENTES ET AMELIOREES

    "Un autre programme conçu pour accroître notre part de marché est notre
programme de fidélisation de la clientèle, qui permet aux adhérents AIR MILES
d'obtenir des milles de récompense à chaque achat qu'ils règlent avec leur
carte de débit. Nous sommes convaincus que cette offre stimulera la croissance
des dépôts. Par exemple, en juillet, soit le premier mois complet depuis le
lancement du programme, les ouvertures de compte ont augmenté de 25 % par
rapport à l'an dernier", a ajouté M. Downe.

    LIBERER LE PERSONNEL POUR QU'IL CONSACRE PLUS DE TEMPS AUX CLIENTS

    M. Downe a déclaré : "Nous avons mis à la disposition de nos banquiers
des outils qui leur permettent de consacrer au moins 40 minutes de plus par
jour à la clientèle."

    REVENU NET RECORD DES SERVICES AUX PARTICULIERS ET AUX
    ENTREPRISES AU CANADA

    Les services bancaires aux particuliers et aux entreprises de BMO au
Canada ont affiché un revenu net record de 350 millions de dollars au
troisième trimestre, soit une hausse de 14 % par rapport à l'an dernier,
abstraction faite du gain provenant du premier appel public à l'épargne lié à
Mastercard International et des recouvrements d'impôts. Le ratio de
productivité avant amortissement se chiffrait à 53,3 %, ce qui constitue aussi
un record. Par rapport à l'an dernier, le revenu des services bancaires aux
entreprises a progressé de près de 7 %, les prêts ont augmenté de 7,7 % et les
dépôts, de 9,6 %, notre part de marché s'étant accrue fortement pour un
deuxième trimestre de suite, progressant de 56 points de base comparativement
à l'an dernier.

    LA STRATEGIE AXEE SUR LES VENTES DES SUCCURSALES PORTE SES FRUITS

    M. Downe a fait remarquer que l'accent mis par BMO sur les produits
vendus par nos succursales porte ses fruits dans le secteur des services de
cartes, dont les revenus de base ont augmenté de 13 % sur un an. Pour les neuf
premiers mois de l'exercice, le nombre des nouveaux titulaires de carte de BMO
a progressé de 40 % et le nombre des demandes provenant des succursales a
bondi de 118 %. M. Downe a ajouté que BMO est à la recherche de la meilleure
façon de distribuer d'autres produits dans ses succursales. "Dans le marché
des prêts hypothécaires, nous avons quitté le circuit des courtiers, qui offre
des marges moins élevées et moins de possibilités de ventes croisées. Nous
engageons plus de spécialistes des prêts hypothécaires. Nous avons l'intention
d'augmenter nos volumes de prêts et de regagner la part de marché que nous
avons perdue, mais en bénéficiant d'une marge beaucoup plus élevée", a
poursuivi M. Downe.

    LA PROGRESSION DE BMO EST MULTISECTORIELLE

    Commentant les résultats du groupe Gestion privée, M. Downe a expliqué :
"Le groupe Gestion privée obtient des résultats remarquables. Le niveau
d'efficience de ce groupe se situe dans le premier décile et son ratio de
productivité avant amortissement s'établit à 68,4 %."
    Le revenu net de BMO Marchés des capitaux se chiffrait à 196 millions de
dollars pour le troisième trimestre. "Si on fait abstraction de l'incidence
des pertes sur produits de base, il s'agit là de résultats exceptionnels", a
souligné M. Downe. Après rajustement pour tenir compte de ces pertes, le
revenu net du groupe s'établit à 293 millions de dollars, soit une progression
de 45 % par rapport à l'an dernier.

    AMELIORER LA PERFORMANCE DE HARRIS

    Harris, la société de services bancaires aux particuliers et aux
entreprises de BMO qui est basée à Chicago, a comptabilisé, au cours des trois
derniers trimestres, des coûts d'intégration des acquisitions de 4 à
6 millions de dollars en moyenne. Mais si on fait abstraction de ces coûts,
Harris a accru son revenu net au cours de chacun des trois premiers trimestres
du présent exercice, l'augmentant de 19 % depuis le quatrième trimestre de
2006. M. Downe a ajouté : "Nous avons une filiale très solide, qui est dotée
d'un réseau enviable d'établissements de grande qualité, qui affiche des
niveaux de satisfaction et de fidélité de la clientèle élevés et qui offre une
gamme de services que ses concurrentes de plus petite taille ne peuvent
égaler. Nous voyons une réelle possibilité de développement dans le secteur
des services bancaires aux entreprises. Et nous pourrons nous appuyer sur un
levier vraiment plus puissant en ajoutant d'autres succursales à notre
réseau."

    La présentation de M. Downe ainsi que le compte rendu de la période de
questions et réponses seront conservés pendant un an après la conférence sur
le site www.bmo.com/relationsinvestisseurs.

    Mise en garde concernant les déclarations prospectives

    Les communications publiques de la Banque de Montréal comprennent souvent
des déclarations prospectives, écrites ou verbales. Le présent document
contient de telles déclarations, qui peuvent aussi figurer dans d'autres
documents déposés auprès des organismes canadiens de réglementation ou de la
Securities and Exchange Commission des Etats-Unis, ou dans d'autres
communications. Toutes ces déclarations sont énoncées sous réserve des règles
d'exonération de la Private Securities Litigation Reform Act, loi américaine
de 1995, et des lois canadiennes sur les valeurs mobilières applicables, et
elles sont conçues comme des déclarations prospectives aux termes de ces lois.
Les déclarations prospectives peuvent comprendre notamment des observations
concernant nos objectifs et nos priorités pour l'exercice 2007 et au-delà, nos
stratégies ou actions futures, nos cibles, nos attentes concernant notre
situation financière ou le cours de nos actions et les résultats ou les
perspectives de notre exploitation ou des économies canadienne et américaine.
    De par leur nature, les déclarations prospectives exigent la formulation
d'hypothèses et comportent des risques et des incertitudes. Il existe un
risque appréciable que les prévisions, pronostics, conclusions ou projections
se révèlent inexacts, que nos hypothèses soient erronées et que les résultats
réels diffèrent sensiblement de ces prévisions, pronostics, conclusions ou
projections. Nous conseillons aux lecteurs du présent document de ne pas se
fier indûment à ces déclarations, étant donné que les résultats réels, les
conditions, les actions ou les événements futurs pourraient différer
sensiblement des cibles, attentes, estimations ou intentions exprimées dans
ces déclarations prospectives, en raison d'un certain nombre de facteurs.
    Les résultats réels ayant trait aux déclarations prospectives peuvent
être influencés par de nombreux facteurs, notamment la situation économique
générale dans les pays où nous sommes présents, les fluctuations des taux
d'intérêt et de change, les changements de politique monétaire, l'intensité de
la concurrence dans les secteurs géographiques et les domaines d'activité dans
lesquels nous oeuvrons, les changements de législation, les procédures
judiciaires ou démarches réglementaires, l'exactitude ou l'exhaustivité de
l'information que nous obtenons sur nos clients et nos contreparties, notre
capacité de mettre en oeuvre nos plans stratégiques, de conclure des
acquisitions et d'intégrer les entreprises acquises, les estimations
comptables critiques, les risques opérationnels et infrastructurels, la
situation politique générale, les activités des marchés financiers
internationaux, les répercussions de guerres ou d'activités terroristes sur
nos activités, les répercussions de maladies sur les économies locales,
nationales ou mondiale, et les répercussions de perturbations des
infrastructures publiques telles que les perturbations des services de
transport et de communication et des systèmes d'alimentation en énergie ou en
eau et les changements technologiques.
    Nous tenons à souligner que la liste de facteurs qui précède n'est pas
exhaustive. D'autres facteurs pourraient influer défavorablement sur nos
résultats. Pour de plus amples renseignements, le lecteur peut se reporter aux
pages 28 et 29 du Rapport annuel 2006 de BMO, qui décrit en détail certains
facteurs clés susceptibles d'influer sur les résultats futurs de BMO. Les 
investisseurs et les autres personnes qui se fient à des déclarations
prospectives pour prendre des décisions à l'égard de la Banque de Montréal
doivent tenir soigneusement compte de ces facteurs, ainsi que d'autres
incertitudes et événements potentiels, et de l'incertitude inhérente aux
déclarations prospectives. La Banque de Montréal ne s'engage pas à mettre à
jour les déclarations prospectives, verbales ou écrites, qui peuvent être
faites, à l'occasion, par elle-même ou en son nom.
    Les hypothèses relatives au comportement futur des économies canadienne
et américaine et aux conséquences de ce comportement sur nos activités étaient
des facteurs importants dont nous avons tenu compte lors de l'établissement de
nos priorités et objectifs stratégiques et de nos cibles financières, y
compris notre dotation à la provision pour pertes sur créances. Selon
certaines de nos principales hypothèses, les économies canadienne et
américaine croîtraient à un rythme modéré en 2007 et le taux d'inflation
demeurerait bas. Nous avons également supposé que les taux d'intérêt
changeraient peu au Canada en 2007 mais qu'ils baisseraient aux Etats-Unis, et
que le dollar canadien conserverait sa valeur par rapport au dollar américain.
Le dollar canadien s'est renforcé par rapport au dollar américain et les taux
d'intérêt ont augmenté aux Etats-Unis, mais nous croyons que nos autres
hypothèses demeurent valides. Dans l'analyse de notre capacité à atteindre nos
cibles pour 2007, nous avons continué à nous fier à ces hypothèses. Pour
élaborer nos prévisions en matière de croissance économique, en général et
dans le secteur des services financiers, nous utilisons principalement les
données économiques historiques fournies par les administrations publiques du
Canada et des Etats-Unis et leurs agences. Les lois fiscales en vigueur dans
les pays où nous sommes présents, principalement le Canada et les Etats-Unis,
sont des facteurs importants dont nous devons tenir compte pour déterminer
notre taux d'imposition effectif normal.





Renseignements :

Renseignements: Relations avec les médias: Ronald Monet, Montréal,
ronald.monet@bmo.com, (514) 877-1101; Relations avec les investisseurs: Viki
Lazaris, Toronto, viki.lazaris@bmo.com, (416) 867-6656; Steven Bonin, Toronto,
steven.bonin@bmo.com, (416) 867-5452; Krista White, Toronto,
krista.white@bmo.com, (416) 867-7019; Internet: www.bmo.com

Profil de l'entreprise

BMO Groupe financier

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.