Bioniche accueille des vétérinaires et des représentants de l'industrie alimentaire dans le cadre d'une conférence de deux jours sur le vaccin contre E. coli O157:H7



    - Parmi les conférenciers figurait un spécialiste de E. coli à
    l'Organisation mondiale de la Santé -

    BELLEVILLE, ON, le 27 juin /CNW/ - Bioniche Life Sciences Inc. (BNC à la
Bourse de Toronto), société biopharmaceutique canadienne de recherche axée sur
la technologie, a tenu cette semaine une conférence de deux jours à Toronto,
sous le thème "E. coli O157 Vaccine: Added Value or Added Cost" (le vaccin
contre E. coli O157 : valeur ajoutée ou coûts supplémentaires). Parmi les
participants figuraient des vétérinaires et des représentants de l'industrie
alimentaire, notamment des producteurs de bovins de boucherie, de produits
laitiers et autres produits agricoles.
    Le Dr David Biesenthal, vétérinaire de Walkerton (Ontario), était l'un
des conférenciers. L'exploitation bovine du Dr Biesenthal avait été impliquée
dans la contamination de l'eau de la ville par E. coli O157:H7 en 2000, et ce
vétérinaire est l'un des premiers à avoir adopté un programme de vaccination
au moyen du vaccin bovin contre E. coli O157:H7 de Bioniche. "La vaccination
de tous les bovins pourrait contribuer à éviter que l'affaire Walkerton ne se
reproduise ailleurs. Ce serait également une preuve de diligence raisonnable",
a-t-il fait valoir.
    Kevin Grier, principal analyste de marché au George Morris Centre de
Guelph (Ontario), a pour sa part présenté les résultats d'une analyse
économique coûts-avantages portant sur le vaccin et réalisée pour Bioniche.
L'analyse a permis de conclure que chaque dollar dépensé dans la vaccination
des troupeaux de bovins du Canada peut entraîner des économies de 2 $. Un
résumé du rapport est accessible sur le site Web www.fightecoli.com.
    John Fairbrother, Ph.D., directeur du Laboratoire de référence pour
Escherichia coli (E. coli) à l'Université de Montréal, a exposé diverses
stratégies d'intervention susceptibles de contrer la contamination à E. coli
sur les lieux d'exploitation. Il a conclu son intervention en mentionnant que
la meilleure stratégie à adopter est globale et consiste à miser sur des
stratégies d'intervention combinées pour améliorer la salubrité alimentaire.
Le Dr Fairbrother a été nommé spécialiste de E. coli à l'Organisation mondiale
de la Santé en 2006.
    Le Dr David Smith, professeur et vétérinaire-conseil spécialisé en vaches
laitières et en bovins de boucherie au département de sciences vétérinaires et
biomédicales de l'Université du Nebraska à Lincoln, a présenté un résumé
d'études pratiques menées dans les parcs d'engraissement de l'université au
cours des six dernières années et portant sur le vaccin de Bioniche. Le Dr
Smith a fait remarquer que le vaccin de Bioniche répond aux critères d'une
inoculation efficace.
    Guy Loneragan, Ph.D., professeur agrégé en sciences agricoles et
épidémiologiste au groupe de recherche sur les parcs d'engraissement à
l'Université West Texas A&M, faisait également partie des conférenciers. M.
Loneragan a fait état de son analyse des interventions appliquées contre E.
coli O157:H7 dans le cadre d'études menées dans des conditions réelles et dans
des publications évaluées par des pairs. A la question "Quand peut-on affirmer
qu'une intervention s'avère suffisante?", M. Loneragan a répondu : "Si nous
savions quel est le seuil pathogène qui prévaut dans une usine de
transformation de la viande - soit le niveau acceptable que les installations
de traitement et d'emballage de la viande peuvent assurer avec des
interventions internes -, nous pourrions facilement évaluer l'objectif
d'efficacité d'une intervention préabattage. Malheureusement, ce seuil n'a pas
encore été établi clairement. Cela dit, il appert que la vaccination rend les
taux d'excrétion estivaux semblables à ceux que l'on observe pendant l'hiver.
Des données empiriques issues de la santé humaine témoignent de l'importance
de ce changement. J'estime que la technologie de vaccination est celle qui a
le plus d'applications et qui se prête le mieux à une mise en oeuvre à grande
échelle."
    Doug Powell, Ph.D., professeur agrégé au département de médecine et de
pathologie diagnostiques à l'Université d'Etat du Kansas, a traité de la
nécessité de créer une culture de salubrité alimentaire, de l'exploitation
agricole jusque dans l'assiette du consommateur, 24 heures sur 24, sept jours
sur sept. Il a notamment insisté sur le fait que les stratégies de réduction
du risque jouent un rôle clé dans la salubrité alimentaire. "Le vaccin de
Bioniche est une technologie de réduction du risque. Tous les outils pouvant
contribuer à atténuer ce risque doivent être mis à contribution."
    "Nous sommes ravis de l'intérêt suscité par notre vaccin auprès des
vétérinaires, des chercheurs et de l'industrie alimentaire", a indiqué Rick
Culbert, président de Bioniche Food Safety. "Comme nous cherchons actuellement
à augmenter la notoriété de notre produit, nous faisons connaître notre vaccin
et l'incidence de E. coli O157:H7 sur la santé humaine à divers intervenants
de l'industrie alimentaire."
    Bioniche a mis au point le premier vaccin bovin au monde pouvant être
administré sur place et visant à réduire la quantité de E. coli O157:H7
excrétée par le bétail. Il s'agira du premier produit fabriqué dans
l'installation de production optimisée en cours de construction à Belleville
(Ontario). Le vaccin est unique en ce qu'il contribue à réduire l'excrétion
d'un micro-organisme qui, tout en étant potentiellement mortel chez l'humain,
n'entraîne aucune maladie chez les bovins. La société a obtenu l'approbation
de distribuer son vaccin conformément à la réglementation de l'Agence
canadienne d'inspection des aliments (ACIA) relative au Permis de
dissémination de produits biologiques vétérinaires en décembre 2006. En
février de cette année, le département de l'Agriculture des Etats-Unis (USDA)
a déclaré le vaccin admissible à un permis conditionnel.
    De toute évidence, il demeure urgent de diminuer la quantité de E. coli
O157:H7 excrétée par le bétail dans l'environnement. Des rappels d'aliments
touchant le boeuf ainsi que les aliments préparés et prêts à servir continuent
de se produire de façon régulière. Les interventions sur place visant à
réduire la dispersion de E. coli O157:H7 par le bétail, comme la vaccination,
peuvent permettre de réduire les risques de contamination des aliments et de
l'eau et, par le fait même, de maladies et de décès chez l'humain.
    Près de 100 000 cas d'infection humaine par le micro-organisme E. coli
O157:H7 sont signalés chaque année en Amérique du Nord. De 2 % à 7 % des
personnes infectées développent le syndrome hémolytique et urémique (SHU),
maladie caractérisée par une insuffisance rénale (lors de récentes éclosions,
cette proportion a grimpé jusqu'à 16 %). Cinq pour cent des patients atteints
du syndrome hémolytique et urémique en meurent, dont beaucoup d'enfants et de
personnes âgées, chez qui les reins sont plus sensibles aux lésions.
    Outre la consommation d'eau et d'aliments contaminés, l'infection par E.
coli O157:H7 peut se produire dans le cadre de la visite d'expositions
d'animaux. Les zoos pour enfants, les foires et les expositions agricoles
fournissent de nombreuses voies de transmission de E. coli. Bien que le
contact direct avec un animal soit la voie la plus évidente, le contact avec
des produits contaminés (p. ex., bran de scie, copeaux, chaussures ou
vêtements souillés) peut également provoquer une infection humaine.

    Le vaccin bovin contre E. coli O157:H7

    En septembre 2007, ce vaccin a obtenu une reconnaissance internationale
avec le prix "Animal Pharm Industry Excellence" à titre de meilleur nouveau
produit vétérinaire pour le bétail. Il a été mis au point dans le cadre d'une
alliance stratégique formée en 2000 entre l'Université de la
Colombie-Britannique, l'Alberta Research Council (ARC), la Vaccine and
Infectious Disease Organization (VIDO) de l'Université de la Saskatchewan et
Bioniche, qui détient les droits de commercialisation mondiale du vaccin. Le
vaccin empêche la bactérie E. coli O157:H7 de se fixer aux intestins,
réduisant sa prolifération dans l'organisme de l'animal et, ainsi, la quantité
de bactéries dispersées dans l'environnement avec le fumier. Au cours des cinq
dernières années, plus de 30 000 bovins ont été vaccinés dans le cadre de
tests cliniques.

    Bioniche Life Sciences Inc.

    Bioniche Life Sciences Inc. est une société biopharmaceutique canadienne
de recherche axée sur la technologie qui découvre, met au point, fabrique et
commercialise des produits exclusifs destinés au marché mondial de la santé
humaine et animale. La société entièrement intégrée emploie environ 200
personnes qualifiées évoluant au sein de trois divisions : santé humaine,
santé animale et salubrité des aliments. Le principal objectif de la société
est la mise au point de traitements anticancéreux exclusifs dont le
financement est assuré par la commercialisation des produits de santé animale
et humaine. Bioniche a été nommée l'une des 10 plus importantes entreprises
des sciences de la vie au Canada en 2008. Pour obtenir de plus amples
renseignements, veuillez consulter le site www.Bioniche.com.
    Hormis les renseignements de nature historique, le présent communiqué
peut contenir des énoncés prospectifs qui reflètent les attentes actuelles de
la société par rapport aux événements futurs. Ces énoncés prospectifs sont
assujettis à divers facteurs de risque et d'incertitude, notamment l'évolution
de la conjoncture commerciale, la conclusion fructueuse des études cliniques
en temps opportun, la création d'alliances commerciales, l'incidence des
produits et des prix de la concurrence, la mise au point de nouveaux produits,
le processus d'autorisation réglementaire et d'autres risques décrits
périodiquement dans les rapports trimestriels et annuels de la société.

    %SEDAR: 00013159EF




Renseignements :

Renseignements: Jennifer Shea, directrice des communications
d'entreprise et des relations avec les investisseurs et le gouvernement,
Bioniche Life Sciences Inc., Tél.: (613) 966-8058, Cell.: (613) 391-2097,
Jennifer.Shea@Bioniche.com

Profil de l'entreprise

Telesta Therapeutics Inc.

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.