Bilan de la semaine de grève UQAM: Activités créatives et pacifiques invisibles médiatiquement



    MONTREAL, le 16 nov. /CNW Telbec/ - Les associations étudiantes de l'UQAM
font un bilan positif de leur semaine de grève et des activités qui y ont été
tenues. Toutefois, la couverture médiatique qui a insisté sur les
affrontements avec les policiers n'a pas mis en valeur la richesse des
activités qui ont eu lieu cette semaine. De plus, les revendications mises de
l'avant par les étudiant-es, soit l'abolition du plan de redressement et un
réinvestissement public pour annuler la dette immobilière de l'UQAM ont
largement été passées sous silence.
    "Plus de 2500 personnes ont participé à l'Université populaire à Montréal
(UPAM) qui offrait une série de 80 activités entièrement libres et gratuites
dans les locaux de l'UQAM laissés vacants par la grève étudiante ainsi que
dans des cafés environnants. Cette université populaire s'est déroulée dans un
climat serein qui favorisait des échanges constructifs", affirme Emmanuelle
Sirois, porte-parole des étudiant-es en grève de l'UQAM.
    Plusieurs manifestations pacifiques et imaginatives ont eu lieu cette
semaine. Rappelons que lundi dernier les étudiant-es ont organisé un cours
dans la rue en sortant quelques bureaux au coin Sanguinet et Ste-Catherine où
un professeur du département de science politique, Francis Dupuis-Déri, a
proposé ses réflexions sur la guerre menée par le Canada en Afghanistan.
Mardi, des étudiant-es ont manifesté avec des syndiqué-es de l'UQAM pour
démontrer leur attachement commun à leur institution. Mercredi, 70 cubes
rouges ont été déplacés jusqu'à l'esplanade de la Place des Arts pour former
un cube rouge gigantesque symbolisant l'endettement étudiant. Le soir même,
des étudiant-es ont défilé pour s'opposer à la brutalité policière dont ils et
elles ont été victimes durant la semaine, aucun incident n'a été rapporté.
Jeudi, la manifestation nationale organisée par l'ASSE a rassemblé deux milles
étudiant-es calmes et festifs devant le bureau du premier ministre Jean
Charest. Enfin, aujourd'hui, plusieurs démonstrations symboliques ont perturbé
le quotidien des Montréalais sans pour autant qu'aucun geste violent ne soit
posé.
    "On est très content de notre semaine, nos actions ont marqué
l'imagination. Les étudiant-es en sortent mobilisé-es et se préparent à
d'autres actions à venir. Bien sûr, il y a eu une intervention policière
violente et malheureuse causée par le refus de l'UQAM de nous laisser
organiser un bed-in, mais c'est loin d'être notre seule action de la semaine",
lance Alexandre Leduc, porte-parole des étudiant-es en grève de l'UQAM.




Renseignements :

Renseignements: Valérie Reine Marcil, attachée de presse étudiant-es en
grève de l'UQAM, (514) 265-8403

Profil de l'entreprise

ASSOCIATION FACULTAIRE ETUDIANTE EN LETTRES, LANGUES ET COMMUNICATION DE L'UQAM

Renseignements sur cet organisme

ASSOCIATION ETUDIANTE DU SECTEUR DES SCIENCES (AESS)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.