Bilan de la quatrième année du Plan d'action gouvernemental en matière de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale - Eliminer la pauvreté: il faut faire plus ... et mieux



    QUEBEC, le 3 nov. /CNW Telbec/ - Depuis l'adoption du Plan d'action
gouvernemental en matière de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale
en 2004, le gouvernement s'entête à ne pas en corriger les graves lacunes. En
cette journée de dépôt du bilan de la quatrième année, le Collectif pour un
Québec sans pauvreté et le Front commun des personnes assistées sociales du
Québec (FCPASQ) font remarquer qu'avec ce plan, le gouvernement a programmé
l'appauvrissement des personnes les plus pauvres au Québec en indexant les
prestations de base à l'aide sociale à la moitié de l'augmentation du coût de
la vie. Selon Ian Renaud-Lauzé, porte-parole du Collectif, "le gouvernement a
pratiquement abandonné les personnes en situation de pauvreté qui n'ont pas
d'enfants, il a choisi de les appauvrir, c'est illégal et immoral. Il est
impératif d'apporter des correctifs dès maintenant".
    Le gouvernement doit corriger immédiatement les insuffisances du premier
plan en adoptant ces mesures urgentes:

    
    - l'indexation pleine et annuelle de toutes les prestations d'aide
      sociale;
    - l'introduction d'une prestation de base pour touTEs les prestataires
      d'aide sociale, équivalant à la prestation de solidarité sociale et qui
      ne pourrait être coupée;
    - l'assurance de la gratuité des médicaments prescrits pour toutes les
      personnes ayant un revenu annuel inférieur à la mesure du panier de
      consommation (MPC);
    - l'exemption totale des pensions alimentaires pour enfants du calcul des
      revenus des personnes dans toutes les lois sociales.
    

    Une fois ces mesures mises en oeuvre, le gouvernement doit tenir des
consultations publiques afin de faire le bilan des actions entreprises depuis
2004 et déterminer les prochains pas à faire vers l'élimination de la pauvreté
au Québec. De telles consultations devraient favoriser la participation des
personnes en situation de pauvreté et des organisations qui travaillent avec
elles.
    Déjà, fort de la consultation de plus de 4000 personnes, le Collectif
propose des moyens afin d'en arriver à un Québec sans pauvreté avec sa
campagne MISSION COLLECTIVE : bâtir un Québec sans pauvreté. En effet, un
gouvernement qui aurait le courage et la volonté politiques de maintenir des
services publics universels de qualité, qui hausserait le salaire minimum à
10,43 $ de l'heure (2008) et qui assurerait des protections publiques
(13 472 $ pour 2008) qui garantissent la santé et la dignité, démontrerait un
véritable leadership dans la lutte à la pauvreté.

    La lutte à la pauvreté, une question de droits

    Le Collectif et le FCPASQ profitent de cette occasion pour rappeler que
l'action gouvernementale des cinq prochaines années doit permettre d'atteindre
la cible fixée dans la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l'exclusion
sociale, c'est-à-dire "amener progressivement le Québec, d'ici 2013, au nombre
des nations industrialisées comptant le moins de personnes pauvres" (art.4).
Le gouvernement du Québec doit appliquer cette loi. Il doit également
respecter les obligations internationales prévues au Pacte international
relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) qu'il a ratifié.
Amélie Châteauneuf, coordonnatrice des dossiers lutte au FCPASQ, rappelle que
"des personnes continuent de devoir survivre avec moins de 7 000$ par année au
Québec. Le gouvernement, en maintenant ces personnes dans l'extrême pauvreté,
viole leur droit à un revenu décent et ses propres engagements
internationaux". Tous les Etats signataires au pacte ont l'obligation
d'assurer la réalisation de ces droits.

    Actif depuis 1998, le Collectif pour un Québec sans pauvreté regroupe 32
organisations nationales québécoises, populaires, communautaires, syndicales,
religieuses, féministes, étudiantes, coopératives ainsi que des collectifs
régionaux dans quinze régions du Québec. Toutes ces organisations ont dans
leur mission la lutte à la pauvreté, la défense de droits et la promotion de
la justice sociale. Des centaines d'organisations et d'individus de plusieurs
secteurs de la société civile forment son réseau d'appuis.

    Le Front commun des personnes assistées sociales du Québec est un
regroupement national d'organismes locaux dont la mission première est de
faire la promotion des intérêts des personnes assistées sociales et la défense
de leurs droits individuels et collectifs. Il est membre du Collectif pour un
Québec sans pauvreté.




Renseignements :

Renseignements: Solène Tanguay, responsable des communications,
Cellulaire: (418) 254-7238, communications@pauvrete.qc.ca, www.pauvrete.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.