BCE annonce ses résultats du quatrième trimestre de 2008 et présente ses perspectives pour 2009



    
    Le présent communiqué contient des déclarations prospectives. Pour une
    description des facteurs de risque et des hypothèses connexes, veuillez
    consulter la section intitulée "Mise en garde concernant les déclarations
    prospectives" plus loin dans le communiqué.

    - Hausse de 5 % du dividende sur actions ordinaires, à 1,54 $ par année
    - Perte nette par action de 0,06 $; BPA ajusté(1) de 0,55 $ pour
      le trimestre
    - BAIIA de Bell en hausse de 3 % au quatrième trimestre; en hausse de
      2,2 % pour l'exercice complet
    - Amélioration des ajouts nets de services sans fil postpayés - 80 000
    - Cinquième trimestre consécutif de diminution des pertes de lignes
      résidentielles par rapport à l'année précédente
    

    MONTREAL, Québec, le 11 févr. /CNW Telbec/ - BCE Inc. (TSX, NYSE : BCE),
la plus grande entreprise de communications du Canada, a annoncé aujourd'hui
les résultats de BCE et de Bell pour le quatrième trimestre de 2008 et
présenté son orientation pour 2009, y compris une hausse de 5 % de son
dividende annuel sur actions ordinaires.
    Bell a enregistré une solide croissance du BAIIA, un cinquième trimestre
consécutif de diminution des pertes de lignes d'accès local résidentielles par
rapport à l'année précédente et des progrès soutenus de la performance
d'exploitation de ses secteurs des services sans fil et sur fil.
    "Ce fut un autre trimestre de nets progrès par l'équipe de Bell dans
l'exécution de nos impératifs stratégiques et la poursuite de notre objectif :
que Bell soit reconnue par les clients comme la première entreprise de
communications du Canada, a déclaré George Cope, président et chef de la
direction de BCE et de Bell Canada. Avec une stratégie et un objectif clairs,
une performance d'exploitation qui s'améliore et une solide stratégie
financière, nous sommes bien positionnés pour faire croître nos flux de
trésorerie disponibles et notre bénéfice, et retourner de la valeur à nos
actionnaires maintenant - par exemple avec la hausse du dividende annoncée
aujourd'hui - et dans l'avenir."
    A la fin de 2008, BCE avait à son bilan plus de 3 milliards $ en espèces
et quasi-espèces. En plus de permettre de générer de solides flux de
trésorerie disponibles, cela place BCE dans une position où il lui est
possible, au cours des deux prochaines années, d'autofinancer son plan
d'affaires et de satisfaire aux exigences du financement des régimes de
retraite et de la dette venant à échéance sans avoir à accéder aux marchés de
capitaux. BCE estime que cette approche prudente en ce qui a trait à sa
structure financière est spécialement appropriée à la lumière du contexte
économique actuel.
    Pour démontrer son engagement à retourner de l'encaisse aux actionnaires
par des augmentations régulières et durables du dividende, BCE a annoncé
aujourd'hui que le dividende annuel sur actions ordinaires sera haussé de 5 %,
à 1,54 $ par action. En conséquence, le conseil d'administration a déclaré un
dividende trimestriel de 0,385 $ par action ordinaire, payable le 15 avril
2009 aux actionnaires inscrits au registre à la fermeture des bureaux le 16
mars 2009.
    "BCE établit une politique de dividende claire avec un paiement de
dividende cible de 65 % à 75 % du BPA ajusté, qui offre suffisamment de
flexibilité pour continuer d'investir dans l'entreprise tout en accroissant
les distributions aux actionnaires, a indiqué Siim Vanaselja, chef des
affaires financières de BCE. Les progrès de BCE sur le plan financier et
opérationnel nous donnent confiance dans notre capacité de continuer de
retourner de la valeur aux actionnaires, par exemple au moyen de
l'augmentation du dividende sur actions ordinaires annoncée aujourd'hui et du
programme de rachat d'actions ordinaires dans le cours normal des activités
annoncé le 12 décembre 2008."
    Pour atteindre son objectif, Bell met en oeuvre cinq impératifs
stratégiques : améliorer le service à la clientèle, accélérer le sans-fil,
tirer meilleur parti du sur-fil, investir dans les réseaux et les services
large bande et établir une structure de coûts concurrentielle. Les résultats
de Bell du quatrième trimestre de 2008 révèlent de nets progrès dans
l'exécution de cette stratégie.
    Le secteur Services sans fil de Bell(2) a enregistré 80 000 activations
nettes de services postpayés, soit 3,9 % de plus que l'an dernier, et un total
d'activations nettes de 117 000. Le taux de désabonnement des services
postpayés s'est amélioré, se situant à 1,3 % comparativement à 1,4 % un an
plus tôt. Le BAIIA(3) des Services sans fil de Bell a progressé de 13,6 % et
la marge du BAIIA sur les produits d'exploitation des Services sans fil s'est
accrue, atteignant 43 %.
    Les Services sur fil ont maintenu leur élan avec un recul des pertes de
lignes d'accès local (SAR) résidentielles à 72 000 ce trimestre contre 117 000
au même trimestre l'an dernier, grâce à la vigueur des reconquêtes de clients
et à la demande des ensembles Téléphonie résidentielle. Les activations nettes
de services vidéo ont été de 14 000 pour le trimestre, une nette amélioration
par rapport aux 2 000 activations nettes du quatrième trimestre de 2007, grâce
à des ventes améliorées dans les canaux directs et indirects.
    Le total de SAR a diminué de 9,1 % au cours de la dernière année.
Toutefois, le total de SAR n'a diminué que de 5,4 % après normalisation pour
tenir compte de l'expiration précédemment annoncée d'un contrat avec un
important client de gros et d'un rajustement en début d'exercice de la base de
SAR résidentiels de Bell par suite d'une révision des dossiers historiques.
    Les produits d'exploitation de Bell ont progressé de 0,2 % pour le
trimestre, atteignant 3 800 millions $, sous l'effet de hausses des produits
d'exploitation des services sans fil, des services vidéo et des services de
données qui ont contrebalancé des diminutions des produits d'exploitation des
services locaux et d'accès, des services interurbains et de la catégorie
équipement et divers. En excluant les ventes de produits, les produits
d'exploitation de Bell affichent une hausse de 1,2 % pour le trimestre. Pour
l'exercice complet, les produits d'exploitation de Bell ont été de 14 873
millions $, en hausse de 1,5 % par rapport à 2007.
    Le bénéfice d'exploitation de Bell a été de 520 millions $, soit 6,6 % de
moins qu'au quatrième trimestre de 2007, en raison d'une hausse de
l'amortissement et d'une augmentation des frais de restructuration et autres.
Pour l'exercice complet, le bénéfice d'exploitation de Bell a été de 2 143
millions $, une diminution de 19,2 % par rapport à 2007.
    Le BAIIA de Bell a progressé de 3,0 %, atteignant 1 381 millions $, grâce
à la croissance des produits d'exploitation des services sans fil et à une
baisse des coûts d'acquisition et de fidélisation de la clientèle,
partiellement contrebalancées par un BAIIA des Services sur fil de Bell
légèrement inférieur. Le BAIIA des Services sur fil de Bell pour le trimestre
a subi l'effet négatif d'une perte de 28 millions $ relative à un contrat à
long terme d'un client de l'unité Grandes entreprises, conclu en 2006. Si l'on
exclut cet élément, le BAIIA de Bell a progressé de 5,1 % ce trimestre. Pour
l'exercice complet, le BAIIA de Bell a été de 5 638 millions $, en hausse de
2,2 % par rapport à 2007.
    Bell a engagé des dépenses en immobilisations de 854 millions $ ce
trimestre, une hausse de 11,8 % par rapport au quatrième trimestre de 2007.
Pour l'exercice complet, les dépenses en immobilisations de Bell ont été de 2
459 millions $, soit 1,8 % de plus qu'en 2007. L'intensité du capital de Bell,
pour l'exercice dans son ensemble, a été de 16,5 %. Les dépenses en
immobilisations ont visé principalement l'amélioration du réseau sans fil et
la poursuite de l'expansion du programme de fibre jusqu'au voisinage,
soutenant l'engagement de Bell envers ses impératifs stratégiques. Le réseau
de fibre jusqu'au voisinage de Bell atteignait 2,4 millions de foyers à la fin
de 2008. Ce programme est accéléré en vue d'atteindre 5 millions de foyers
d'ici 2012.
    Les flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation de BCE ont
progressé de 5,3 % ce trimestre, atteignant 1 820 millions $, et se sont
accrus de 3,1 % pour l'exercice complet, se situant à 5 912 millions $. Les
flux de trésorerie disponibles(4), à 647 millions $ ce trimestre, ont été de
0,6 % moins élevés qu'au même trimestre l'an dernier en raison de la hausse
des dépenses en immobilisations, partiellement contrebalancée par
l'augmentation des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation. Pour
l'exercice complet, les flux de trésorerie disponibles ont été de 1 689
millions $, en baisse par rapport aux 1 960 millions $ enregistrés en 2007, en
raison en partie de l'achat de licences de spectre des services sans fil
évolués (SSFE) au coût de 741 millions $ au troisième trimestre de 2008.
    BCE a enregistré une perte nette par action (BPA) de 0,06 $ pour le
trimestre, comparativement un BPA positif de 2,93 $ pour la même période l'an
dernier. Le BPA ce trimestre reflète des pertes nettes sur placements de 372
millions $, ou 0,47 $ par action, et des frais de restructuration et autres
représentant 0,14 $ par action. Les pertes nettes sur placements pour le
trimestre sont liées à des réductions de la valeur de placements dans des
activités non principales, attribuables à la baisse des évaluations sur les
marchés des capitaux au dernier trimestre de l'exercice. Au quatrième
trimestre de 2007, le BPA reflétait un gain de 2 300 millions $ sur la vente
de Télésat. Pour l'exercice complet, le BPA a été de 1,02 $ en 2008
comparativement à 4,88 $ en 2007.
    Le BPA ajusté de BCE a été de 0,55 $ pour le trimestre, comparativement à
0,72 $ au quatrième trimestre de 2007, et a été de 2,25 $ pour l'exercice
complet, contre 2,34 $ en 2007. Le BPA ajusté au quatrième trimestre de 2007
reflétait la résolution favorable de positions fiscales passées avec les
autorités fiscales et l'effet de réductions du taux d'imposition prévu par la
loi. Exclusion faite de ces éléments, le BPA ajusté s'est accru ce trimestre
en raison principalement de la hausse du BAIIA, partiellement contrebalancée
par la hausse de l'amortissement.

    
    Faits saillants financiers

    -------------------------------------------------------------------------
    (en millions de dollars, sauf les      T4 2008     T4 2007   Variation
     montants par action) (non vérifié)                                 (%)
    -------------------------------------------------------------------------
    Produits d'exploitation de Bell(i)       3 800 $     3 792 $       0,2 %
    -------------------------------------------------------------------------
    Produits d'exploitation de BCE(ii)       4 488 $     4 518 $      (0,7 %)
    -------------------------------------------------------------------------
    BAIIA de Bell                            1 381 $     1 341 $       3,0 %
    -------------------------------------------------------------------------
    BAIIA de BCE                             1 740 $     1 675 $       3,9 %
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploitation de Bell            520 $       557 $      (6,6 %)
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploitation de BCE             663 $       746 $     (11,1 %)
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux activités
     d'exploitation de BCE                   1 820 $     1 729 $       5,3 %
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie disponibles
     de BCE(iii)                               647 $       651 $      (0,6 %)
    -------------------------------------------------------------------------
    BPA de BCE                               (0,06 $)     2,93 $       n.s.
    -------------------------------------------------------------------------
    BPA ajusté de BCE(iv)                     0,55 $      0,72 $     (23,6 %)
    -------------------------------------------------------------------------

    (i)    Bell comprend les secteurs Services sans fil de Bell et Services
           sur fil de Bell.
    (ii)   Les résultats de BCE pour le quatrième trimestre de 2007
           comprennent Bell, Bell Aliant et Télésat jusqu'à la date de sa
           vente le 31 octobre 2007, tandis que les résultats de BCE pour le
           quatrième trimestre de 2008 comprennent seulement Bell et
           Bell Aliant.
    (iii)  A compter de ce trimestre, BCE a remanié la définition de flux de
           trésorerie disponibles. Voir le point 4 dans la section intitulée
           "Notes" plus loin dans le présent communiqué pour plus
           d'information.
    (iv)   BPA avant frais de restructuration et autres et pertes nettes
           (gains nets) sur placements.
    n.s. : non significatif


    Le 31 octobre 2007, BCE a conclu la vente de Télésat. En conséquence, les
résultats de BCE pour le quatrième trimestre de 2008 ne reflètent plus les
résultats financiers de Télésat, tandis que les résultats de BCE du quatrième
trimestre de 2007 incluent les résultats de Télésat pour octobre.
    Les produits d'exploitation de BCE ont baissé de 0,7 % à 4 488 millions $
pour le trimestre et de 0,3 % à 17 698 millions $ pour l'exercice complet, du
fait que la croissance des produits d'exploitation de Bell a été
contrebalancée par une baisse des produits d'exploitation de Bell Aliant et la
perte de l'apport de Télésat aux produits d'exploitation. Le bénéfice
d'exploitation de BCE a diminué de 11,1 % ce trimestre, se situant à 663
millions $, en raison de la hausse des frais de restructuration et autres à
Bell Aliant et de la perte de l'apport de Télésat au bénéfice d'exploitation.
Pour l'exercice complet, le bénéfice d'exploitation de BCE a diminué de 17,7
%, s'établissant à 2 864 millions $, en raison de la hausse des frais de
restructuration et autres à Bell et à Bell Aliant, et de la perte de l'apport
de Télésat au bénéfice d'exploitation. Le BAIIA de BCE a augmenté de 3,9 %,
s'établissant à 1 740 millions $ pour le trimestre, et de 0,1 %, se situant à
7 004 millions $ pour l'exercice complet, du fait que la croissance du BAIIA
de Bell et de Bell Aliant a été partiellement contrebalancée par la perte de
l'apport de Télésat au BAIIA.

    Secteur Services sans fil de Bell

    Le secteur Services sans fil de Bell a enregistré une croissance du BAIIA
dans les deux chiffres au quatrième trimestre, ainsi que de solides
activations nettes de services postpayés et une amélioration du taux de
désabonnement des services postpayés.

    - Le total des produits d'exploitation des Services sans fil de Bell a
      augmenté de 2,3 % ce trimestre, atteignant 1 135 millions $, grâce à
      un accroissement des produits d'exploitation des services sans fil,
      partiellement contrebalancé par une baisse des produits d'exploitation
      des produits sans fil. Les produits d'exploitation des services sans
      fil ont progressé de 5,4 %, se situant à 1 033 millions $, grâce à un
      accroissement de la clientèle. Les produits d'exploitation des produits
      sans fil ont diminué de 17,9 %, s'établissant à 92 millions $, sous
      l'effet d'une baisse des activations brutes due au ralentissement
      économique et à une intensification de la concurrence, notamment dans
      le marché des services prépayés. Pour l'exercice complet, les produits
      d'exploitation des Services sans fil de Bell se sont accrus de 7,6 %
      pour atteindre 4 481 millions $, reflétant une progression de 7,6 % des
      produits d'exploitation des services sans fil, qui ont atteint
      4 058 millions $, et une augmentation de 13,6 % des produits
      d'exploitation des produits sans fil, qui ont été de 377 millions $.
    - Le produit moyen par unité (PMU) des services postpayés et le PMU des
      services prépayés ont diminué de 1,06 $ et de 1,24 $, s'établissant à
      65,69 $ et à 16,40 $ respectivement, en raison d'une baisse de
      l'utilisation attribuable à la réaction des clients au ralentissement
      économique, partiellement contrebalancée par une croissance sensible
      des produits d'exploitation des services de données sans fil. Le PMU
      pondéré a diminué de 0,43 $, se situant à 54,22 $. Pour l'exercice
      complet, le PMU pondéré a augmenté de 0,7 % pour atteindre 54,29 $, le
      PMU des services postpayés augmentant de 0,3 % pour s'établir à
      66,09 $ et le PMU des services prépayés progressant de 0,2 % pour se
      situer à 17,14 $.
    - Le bénéfice d'exploitation des Services sans fil de Bell a progressé
      de 3,9 % pour atteindre 294 millions $ ce trimestre, et s'est accru de
      3,6 %, se situant à 1 241 millions $ pour l'exercice complet, grâce à
      la hausse du BAIIA, partiellement contrebalancée par une augmentation
      de l'amortissement et une hausse des frais de restructuration et
      autres. Le BAIIA des Services sans fil de Bell s'est accru de 13,6 %
      ce trimestre, atteignant 444 millions $, grâce à une hausse des
      produits d'exploitation et à une baisse des coûts d'acquisition et de
      fidélisation de la clientèle. La hausse des produits d'exploitation et
      la baisse des coûts d'acquisition et de fidélisation de la clientèle
      ont également entraîné une contribution au BAIIA de 100 % ce trimestre.
      Pour l'exercice complet, le BAIIA des Services sans fil de Bell a
      progressé de 7,9 % pour atteindre 1 770 millions $.
    - Les marges du BAIIA sur les produits d'exploitation des services sans
      fil ont atteint 43 % ce trimestre, soit une hausse de plus de trois
      points de pourcentage par rapport à la même période l'an dernier.
    - Le total des activations brutes a été de 470 000 ce trimestre, en
      baisse de 7,8 % par rapport au sommet record de l'an dernier.
    - Les activations nettes de services postpayés se sont accrues de
      3,9 % pour s'établir à 80 000 ce trimestre. Les activations nettes de
      services prépayés ont été de 37 000, comparativement à 118 000 un an
      plus tôt, en raison d'une baisse des activations brutes de services
      prépayés et d'une hausse du taux de désabonnement. Le total des
      activations nettes a été de 117 000 ce trimestre, comparativement à
      195 000 l'an dernier.
    - La clientèle des Services sans fil de Bell a atteint 6 497 000, en
      hausse de 4,5 % par rapport à l'an dernier. Ce total reflète le
      retrait des 37 000 abonnés du service analogique restants, par suite
      de la mise hors service du réseau analogique, qui a eu lieu au
      quatrième trimestre. En outre, le resserrement des processus de
      crédit et d'activation de Virgin Mobile Canada a fait en sorte que
      32 000 abonnés des services postpayés de Virgin ont été retranchés
      de la clientèle. Ces ajustements ne sont pas reflétés dans les mesures
      des activations nettes ou des taux de désabonnement.
    - Le taux de désabonnement des services postpayés s'est amélioré,
      s'établissant 1,3 % comparativement à 1,4 % l'an dernier, tandis que
      le taux de désabonnement des services prépayés est passé à 3,3 %,
      comparativement à 2,7 % un an plus tôt. Le taux de désabonnement
      pondéré a été stable à 1,7 %.
    - Le coût d'acquisition a diminué de 4,8 %, se situant à 373 $ par
      activation brute, sous l'effet d'une baisse des subventions sur les
      appareils et d'une diminution des commissions.

    Secteur Services sur fil de Bell

    Le secteur Services sur fil de Bell a continué de réduire le nombre de
pertes de SAR résidentiels et a enregistré des améliorations continues des
ajouts nets de services vidéo ce trimestre.

    - Les produits d'exploitation des Services sur fil de Bell ont diminué
      de 0,7 %, se situant à 2 726 millions $ pour le trimestre, et de 0,7 %
      pour s'établir à 10 640 millions $ pour l'exercice complet, les gains
      des produits d'exploitation des services vidéo et des services de
      données ayant été plus que contrebalancés par des diminutions des
      produits d'exploitation des services locaux et d'accès, des services
      interurbains et de la catégorie équipement et divers.
    - Le bénéfice d'exploitation des Services sur fil de Bell a diminué de
      17,5 %, s'établissant à 226 millions $ ce trimestre, en raison de la
      baisse du BAIIA et de la hausse de l'amortissement. Pour l'exercice
      complet, le bénéfice d'exploitation des Services sur fil de Bell a
      été de 902 millions $, en baisse de 38 %. Le BAIIA des Services sur
      fil de Bell a diminué de 1,4 % ce trimestre, se situant à
      937 millions $, en raison de la perte de bénéfice reliée à l'érosion
      continue de notre clientèle des SAR et de la charge de 28 millions $ au
      titre de coûts précédemment reportés relatifs au contrat d'un client
      de l'unité Grandes entreprises, partiellement contrebalancées par la
      réduction de coûts résultant des initiatives du plan de 100 jours de
      Bell. Pour l'exercice complet, le BAIIA des Services sur fil de Bell a
      diminué de 0,3 %, s'établissant à 3 868 millions $.
    - Les produits d'exploitation des services locaux et d'accès ont diminué
      de 6,5 % ce trimestre, se situant à 825 millions $, en raison de
      l'érosion continue des SAR.
    - La baisse des SAR résidentiels a été de 72 000 pour le trimestre, une
      amélioration de 45 000 par rapport au recul de 117 000 enregistré en
      2007 qui reflète la vigueur des reconquêtes de clients et la demande
      visant les ensembles Téléphonie résidentielle. Le nombre de SAR
      d'affaires a diminué de 28 000 ce trimestre, comparativement à une
      baisse de 22 000 pour le même trimestre l'an dernier.
    - Le total des SAR a diminué de 9,1 % en 2008. Toutefois, après
      normalisation pour tenir compte de l'expiration du contrat avec un
      important client de gros et d'un rajustement en début d'exercice des
      SAR résidentiels par suite d'une révision des dossiers historiques, la
      diminution du total des SAR a été de 5,4 %.
    - Les produits d'exploitation des services interurbains ont diminué de
      5,7 %, se situant à 279 millions $ pour le trimestre, en raison
      principalement de l'érosion continue des SAR, partiellement
      contrebalancée par des initiatives tarifaires.
    - Les produits d'exploitation des services de données ont augmenté de
      5,3 % pour le trimestre, atteignant 1 009 millions $, grâce à une
      croissance des produits d'exploitation des services Internet, des
      services IP-large bande et des solutions de TIC, facteurs partiellement
      contrebalancés par une poursuite de l'érosion des services de données
      traditionnels.
    - Le nombre de connexions clients des services Internet haute vitesse a
      augmenté de 8 000 ce trimestre comparativement à 29 000 au quatrième
      trimestre de 2007, sous l'effet d'une baisse de la demande du marché
      dans son ensemble due à l'affaiblissement de l'économie et au taux de
      pénétration relativement élevé des services Internet haute vitesse. A
      la fin du trimestre, Bell comptait 2 054 000 connexions clients des
      services Internet haute vitesse, une hausse de 2,5 % par rapport à
      la fin de 2007.
    - Les produits d'exploitation des services vidéo ont été de
      375 millions $ pour le trimestre, soit 6,8 % de plus que l'an dernier,
      en raison largement d'une hausse de 3,59 $ du PMU, qui a atteint
      67,15 $. Le PMU a augmenté en raison du passage des clients à des
      forfaits de programmation de prix plus élevé, d'une augmentation des
      frais de location et d'initiatives tarifaires.
    - Le BAIIA des services vidéo a été de 82 millions $ ce trimestre, soit
      6,5 % de plus que l'an dernier, en raison de la hausse du PMU et de
      l'accroissement de la clientèle.
    - Le nombre d'abonnés des services vidéo a augmenté de 14 000 ce
      trimestre, pour atteindre un total de 1 852 000. Pour l'exercice
      complet, il y a eu 30 000 activations nettes, comparativement à 2000 en
      2007.
    - Le taux de désabonnement des services vidéo, de 1,3 %, est demeuré
      inchangé par rapport à l'an dernier.
    - Les produits d'exploitation de la catégorie équipement et divers ont
      diminué de 13,2 %, s'établissant à 145 millions $, en raison d'une
      baisse des ventes d'équipement privé d'abonné reflétant le maintien de
      la stratégie consistant à délaisser les ventes d'équipements à faible
      marge.


    Bell Aliant Communications régionales

    Les produits d'exploitation de Bell Aliant ont diminué de 4,2 % ce
trimestre, se situant à 815 millions $, en raison principalement de l'abandon
des activités d'Atlantic Mobility Products (AMP) par suite de l'annonce de la
décision de Bell de mettre fin à son contrat prévoyant le recours à AMP à
titre de distributeur exclusif dans le Canada atlantique. Le bénéfice
d'exploitation a diminué de 19,7 %, se situant à 143 millions $, en raison
d'une hausse des frais de restructuration et autres reliés à la réduction
annoncée d'environ 500 postes de cadres.

    Offre publique de rachat dans le cours normal des activités

    Le 12 décembre 2008, BCE a annoncé qu'elle retournerait du capital aux
actionnaires au moyen d'une offre publique de rachat dans le cours normal des
activités. En vertu de l'offre, BCE rachètera jusqu'à environ 5 % de ses
actions ordinaires en circulation, soit quelque 40 millions d'actions
ordinaires. En fin de journée le 10 février 2009, BCE avait racheté 20,0
millions d'actions ordinaires, soit environ 50 % du nombre d'actions
ordinaires qu'elle vise à racheter en vertu de l'offre.

    Perspectives

    L'orientation financière de BCE pour 2009 est la suivante :

    -------------------------------------------------------------------------
                                                       Orientation de 2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Bell(i)
    -------------------------------------------------------------------------
    Produits d'exploitation                                         Stable
    -------------------------------------------------------------------------
    BAIIA(ii)                                                       Stable
    -------------------------------------------------------------------------
    Intensité du capital                                         15 % - 16 %
    -------------------------------------------------------------------------
    BCE
    -------------------------------------------------------------------------
    Croissance du BPA ajusté(iii)                            supérieur à 5 %
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie disponibles(iv)                   1 750 M$ - 1 900 M$
    -------------------------------------------------------------------------
    Dividende sur actions ordinaires annualisé                        1,54 $
    -------------------------------------------------------------------------

    (i)   L'orientation financière de 2009 de Bell pour les produits
          d'exploitation, le BAIIA et l'intensité du capital exclut
          Bell Aliant.
    (ii)  Le BAIIA inclut la charge de retraite.
    (iii) BPA avant frais de restructuration et autres et pertes nettes
          (gains nets) sur placements.
    (iv)  Flux de trésorerie disponibles avant dividendes sur actions
          ordinaires et incluant les distributions de Bell Aliant. Les flux
          de trésorerie liés aux activités d'exploitation sont la mesure
          financière selon les PCGR du Canada la plus comparable. Pour 2009,
          BCE s'attend à dégager des flux de trésorerie disponibles de
          l'ordre de 1 750 à 1 900 millions $. Ce montant tient compte de
          flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation de BCE prévus
          d'environ 4,9 à 5,1 milliards $.

    Rencontre de 2009 de BCE avec les analystes

    La rencontre de 2009 de BCE avec les analystes fait l'objet d'une
webdiffusion en direct à compter de 9 h HE aujourd'hui sur le site Web de
l'entreprise à www.bce.ca.

    Notes

    L'information contenue dans le présent communiqué est non vérifiée.

    (1) Le terme bénéfice net ajusté n'a pas de définition normalisée en
        vertu des PCGR du Canada. Il est donc peu probable qu'il puisse être
        comparé avec des mesures similaires présentées par d'autres
        entreprises. Nous utilisons le bénéfice net ajusté, entre autres
        mesures, pour évaluer le rendement d'exploitation de nos activités
        permanentes, avant l'incidence après impôts des frais de
        restructuration et autres et des pertes nettes (gains nets) sur
        placements. Nous excluons ces éléments parce qu'ils ont une
        influence sur la comparabilité de nos résultats financiers et
        peuvent éventuellement donner une fausse représentation de
        l'analyse des tendances en matière de rendement de l'exploitation.
        Le fait d'exclure ces éléments ne veut pas dire qu'ils sont
        nécessairement non récurrents. La mesure financière selon les PCGR du
        Canada la plus comparable est le bénéfice net attribuable aux actions
        ordinaires. Le tableau ci-après présente un rapprochement du bénéfice
        net attribuable aux actions ordinaires et du bénéfice net ajusté, sur
        une base consolidée et par action ordinaire de BCE.


    (En millions de dollars sauf les montants par action)
    -------------------------------------------------------------------------
                T4 2008         T4 2007          2008            2007
    -------------------------------------------------------------------------
                      PAR             PAR             PAR             PAR
             TOTAL  ACTION   TOTAL  ACTION   TOTAL  ACTION   TOTAL  ACTION
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice
     net
     attribu-
     able aux
     actions
     ordin-
     aires     (48)  (0,06)  2 354    2,93     819    1,02   3 926    4,88
    Frais de
     restruc-
     turation
     et
     autres    117    0,14      93    0,11     572    0,71     206    0,25
    Pertes
     nettes
     (gains
     nets)
     sur
     placem-
     ents      372    0,47  (1 870)  (2,32)    420    0,52  (2 248)  (2,79)
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice
     net
     ajusté    441    0,55     577    0,72   1 811    2,25   1 884    2,34
    -------------------------------------------------------------------------


    (2) Conformément aux pratiques de l'industrie nord-américaine, le nombre
        total d'activations brutes, d'activations nettes et d'abonnés des
        services sans fil inclut 100 % des abonnés de Virgin Mobile. Le PMU,
        le taux de désabonnement, l'utilisation par abonné et le coût
        d'acquisition de clientèle des services sans fil continuent d'être
        calculés en incluant 50 % des résultats de Virgin Mobile, un niveau
        correspondant à la participation de Bell dans cette entreprise.
    (3) Le terme BAIIA n'a pas de définition normalisée en vertu des PCGR du
        Canada. Il est donc peu probable qu'il puisse être comparé avec des
        mesures similaires présentées par d'autres entreprises. Nous
        définissons le BAIIA (bénéfice avant intérêts, impôts et
        amortissement des immobilisations corporelles et des actifs
        incorporels) comme les produits d'exploitation moins le coût des
        produits d'exploitation et les frais de vente, généraux et
        administratifs, c'est-à-dire comme le bénéfice d'exploitation avant
        l'amortissement des immobilisations corporelles et des actifs
        incorporels et les frais de restructuration et autres.

        Nous utilisons le BAIIA, entre autres mesures, pour évaluer le
        rendement d'exploitation de nos activités permanentes, avant
        l'incidence de l'amortissement des immobilisations corporelles et des
        actifs incorporels et des frais de restructuration et autres. Nous
        excluons ces éléments parce qu'ils ont une influence sur la
        comparabilité de nos résultats financiers et peuvent éventuellement
        donner une fausse représentation de l'analyse des tendances en
        matière de rendement de l'exploitation. Nous excluons l'amortissement
        des immobilisations corporelles et des actifs incorporels étant donné
        que cet élément est largement fonction des méthodes comptables et des
        hypothèses utilisées par une société, ainsi que de facteurs hors
        exploitation comme le coût historique des immobilisations. Le fait
        d'exclure les frais de restructuration et autres ne veut pas dire
        qu'ils sont non récurrents.

        Le BAIIA nous permet de comparer notre rendement d'exploitation de
        manière constante. Nous estimons que certains investisseurs et
        analystes utilisent le BAIIA pour évaluer la capacité d'une société
        d'assurer le service de sa dette et de satisfaire à d'autres
        obligations de paiement, et qu'il constitue une mesure courante
        servant à évaluer les entreprises dans l'industrie des
        télécommunications.

        La mesure financière selon les PCGR du Canada la plus comparable est
        le bénéfice d'exploitation. Le tableau ci-après présente un
        rapprochement du bénéfice d'exploitation et du BAIIA.


    (En millions de dollars)

    BCE                        T4 2008     T4 2007        2008        2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploitation        663         746       2 864       3 479
    Amortissement des
     immobilisations
     corporelles et des
     actifs incorporels            870         783       3 269       3 184
    Frais de restructuration
     et autres                     207         146         871         331
    -------------------------------------------------------------------------
    BAIIA                        1 740       1 675       7 004       6 994
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    BELL                       T4 2008     T4 2007        2008        2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploitation        520         557       2 143       2 652
    Amortissement des
     immobilisations
     corporelles et des
     actifs incorporels            715         643       2 685       2 559
    Frais de restructuration
     et autres                     146         141         810         308
    -------------------------------------------------------------------------
    BAIIA                        1 381       1 341       5 638       5 519
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    SERVICES SUR FIL DE BELL
                               T4 2008     T4 2007        2008        2007
    Bénéfice d'exploitation        226         274         902       1 454
    Amortissement des
     immobilisations
     corporelles et des
     actifs incorporels            580         538       2 193       2 121
    Frais de restructuration
     et autres                     131         138         773         304
    -------------------------------------------------------------------------
    BAIIA                          937         950       3 868       3 879
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    SERVICES SANS FIL DE BELL  T4 2008     T4 2007        2008        2007
    Bénéfice d'exploitation        294         283       1 241       1 198
    Amortissement des
     immobilisations
     corporelles et des
     actifs incorporels            135         105         492         438
    Frais de restructuration
     et autres                      15           3          37           4
    -------------------------------------------------------------------------
    BAIIA                          444         391       1 770       1 640
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    (4) Le terme flux de trésorerie disponibles n'a pas de définition
        normalisée en vertu des PCGR du Canada. Il est donc peu probable
        qu'il puisse être comparé avec des mesures similaires présentées par
        d'autres entreprises. A compter du quatrième trimestre de 2008, nous
        définissons les flux de trésorerie disponibles comme les flux de
        trésorerie liés aux activités d'exploitation et les distributions
        reçues de Bell Aliant, moins les dépenses en immobilisations, les
        dividendes sur actions privilégiées, les dividendes/distributions
        versés par des filiales aux actionnaires sans contrôle, les autres
        activités d'investissement et les flux de trésorerie disponibles de
        Bell Aliant. Nous considérons les flux de trésorerie disponibles
        comme un important indicateur de la solidité financière et du
        rendement de nos activités, car ils révèlent le montant des fonds
        disponibles pour rembourser la dette, verser des dividendes aux
        porteurs d'actions ordinaires et réinvestir dans notre entreprise.
        Nous présentons les flux de trésorerie disponibles de manière
        uniforme d'une période à l'autre, ce qui nous permet de comparer
        notre rendement financier de manière constante. Les flux de
        trésorerie liés aux activités d'exploitation sont la mesure
        financière selon les PCGR du Canada la plus comparable. Le tableau
        ci-après présente un rapprochement des flux de trésorerie liés aux
        activités d'exploitation et des flux de trésorerie disponibles sur
        une base consolidée.


    (En millions de dollars)
    -------------------------------------------------------------------------
                               T4 2008     T4 2007        2008        2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés
     aux activités
     d'exploitation              1 820       1 729       5 912       5 733
    Distributions de
     Bell Aliant à BCE              72          71         290         282
    Dépenses en
     immobilisations            (1 022)       (916)     (2 988)     (3 144)
    Autres activités
     d'investissement                1           8        (726)         14
    Dividendes en espèces
     versés sur les actions
     privilégiées                  (31)        (34)       (129)       (124)
    Dividendes en
     espèces/distributions
     versés par des filiales
     aux actionnaires sans
     contrôle                      (92)        (88)       (366)       (404)
    Flux de trésorerie
     disponibles de
     Bell Aliant                  (101)       (104)       (304)       (399)
    Flux de trésorerie
     disponibles de Télésat          -         (15)          -           2
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie
     disponibles                   647         651       1 689       1 960
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    

    Supplément d'information financière

    Des renseignements additionnels sur les résultats du quatrième trimestre
de 2008 de BCE se trouvent dans le Supplément d'information financière de BCE
du quatrième trimestre de 2008, disponible à
http://www.bce.ca/fr/investors/financialperformance/quarterlyresults/, déposé
par BCE auprès de la Securities and Exchange Commission des Etats-Unis, sur
formule 6-K, et auprès des commissions canadiennes des valeurs mobilières.

    Mise en garde concernant les déclarations prospectives

    Certaines déclarations faites dans le présent communiqué, notamment les
déclarations reliées à notre orientation financière et à nos perspectives pour
2009, ainsi que d'autres déclarations qui ne sont pas des faits historiques,
sont des déclarations prospectives et sont assujetties à d'importants risques,
incertitudes et hypothèses.
    Les résultats ou événements dont il est question dans ces déclarations
pourraient différer sensiblement des résultats ou événements réels. En
conséquence, nous ne pouvons garantir que les déclarations prospectives se
réaliseront, et vous êtes mis en garde contre le risque d'accorder une
crédibilité excessive à ces déclarations prospectives. Ces déclarations
prospectives supposent, en particulier, que bon nombre de nos secteurs
d'activité seront résilients face au ralentissement économique actuel.
Toutefois, nous soulignons que la conjoncture économique négative actuelle
rend nos déclarations prospectives et les hypothèses sous-jacentes davantage
incertaines et que, par conséquent, elles pourraient ne pas se réaliser. Il
est impossible de prédire avec certitude l'incidence que le ralentissement
économique et la crise du crédit actuels auront sur les profils d'achat futurs
de nos clients d'affaires ou résidentiels. Les déclarations prospectives
contenues dans le présent communiqué sont faites à la date du communiqué et,
par conséquent, pourraient changer après cette date. Sauf conformément à une
exigence des lois canadiennes sur les valeurs mobilières, nous n'assumons pas
l'obligation de mettre à jour ou de réviser l'une ou l'autre des déclarations
prospectives contenues dans le présent communiqué, que ce soit à la lumière de
nouvelles informations, d'événements futurs ou autrement. Sauf indication
contraire de BCE, ces déclarations ne tiennent pas compte de l'effet potentiel
d'éventuels éléments non récurrents ou d'autres éléments exceptionnels ni des
cessions, monétisations, fusions, acquisitions, regroupements d'entreprises ou
autres transactions qui pourraient être annoncés ou survenir après la date des
présentes. Les déclarations prospectives sont présentées dans le but de
fournir de l'information sur les attentes et les plans actuels de la direction
concernant 2009. Les lecteurs sont prévenus qu'il pourrait être inapproprié
d'utiliser une telle information à toutes autres fins.

    Hypothèses importantes

    Un certain nombre d'hypothèses sur l'économie et les marchés canadiens
ont été faites par BCE dans la préparation des déclarations prospectives pour
2009 contenues dans le présent communiqué, notamment les suivantes : (i) le
PIB du Canada diminuera d'environ 1 % en 2009, une hypothèse conforme aux
estimations des six principales banques canadiennes, (ii) le taux cible du
financement à un jour de la Banque du Canada demeurera relativement stable à
environ 1 %, (iii) l'indice des prix à la consommation estimé par Statistique
Canada fléchira par rapport aux niveaux de 2008, se situant dans la gamme de
1,0 % à 1,5 % en 2009, (iv) les produits d'exploitation provenant du marché
des télécommunications vocales résidentielles au Canada continueront de
diminuer en 2009 en raison de la substitution de services sans fil aux
services sur fil et d'autres facteurs comme l'usage croissant du courriel et
de la messagerie instantanée, (v) la concurrence dans les services de
télécommunications sur fil, à la fois dans le marché résidentiel et le marché
d'affaires au Canada, se poursuivra en 2009, en provenance surtout des
câblodistributeurs, (vi) les dépenses des consommateurs pour nos services de
téléphonie d'accès local ne seront pas sensiblement touchées par le
ralentissement économique, étant donné l'importance de ces services aussi bien
pour les clients résidentiels que les clients d'affaires, (vii) le
ralentissement du marché de l'habitation devrait contribuer à la fidélisation
des clients des lignes locales résidentielles, (viii) la plupart des
consommateurs sont peu susceptibles d'abandonner leurs connexions Internet à
domicile, leur divertissement télévisuel ou leurs téléphones sans fil durant
un ralentissement économique, car ces services sont considérés comme des
commodités essentielles, (ix) croissance de la pénétration de l'industrie du
sans-fil en 2009 semblable à celle de 2008 et pression à la baisse sur le PMU
pondéré due aux stratégies de tarification des marques économiques de nos
concurrents, (*) possibilité que de nouveaux concurrents entrent dans le marché
du sans-fil au deuxième semestre de 2009, (xi) croissance plus lente du marché
des services Internet et des services vidéo en 2009 que depuis quelques années
en raison des taux de pénétration relativement élevés de ces services et d'une
moins grande concentration de nos détaillants indirects sur la vente active de
ces services et le soutien de cette catégorie de produits, (xii) des
investissements plus prudents de la clientèle grandes entreprises pourraient
entraîner une réduction des besoins de dépenses en immobilisations pour
soutenir les clients d'affaires, et (xiii) un ralentissement du marché des PME
en Ontario et au Québec aura pour effet d'accroitre l'érosion des SAR
d'affaires.
    En outre, l'orientation de 2009 de BCE et de Bell Canada se fonde sur
diverses hypothèses financières et opérationnelles internes. Notre orientation
relative à Bell (excluant Bell Aliant) est basée sur certaines hypothèses
concernant Bell, notamment les suivantes : (i) les pertes de SAR résidentiels
diminueront en 2009, (ii) l'orientation relative aux produits d'exploitation a
été établie dans le contexte d'une détérioration de la conjoncture économique,
(iii) la charge nette totale au titre des régimes d'avantages sociaux de Bell,
qui se fonde sur un taux d'actualisation de 7,0 % et un rendement de l'actif
des régimes de retraite d'environ (19,5 %), devrait être d'environ 260
millions $ en 2009, (iv) le financement des régimes de retraite par Bell en
2009 devrait être d'environ 500 millions $, sur la base d'un amortissement sur
10 ans des déficits de solvabilité des régimes de retraite qui sont survenus
durant 2008, (v) l'intensité du capital de Bell en 2009 devrait être de
l'ordre de 15 % à 16 %, (vi) Bell continuera d'investir dans l'expansion de
son réseau optique pour desservir des foyers additionnels, afin de renforcer
sa position concurrentielle par rapport aux câblodistributeurs, et (vii) les
réductions de coûts annualisées résultant du plan de 100 jours de Bell et
d'autres possibilités de réduction des coûts devraient représenter environ 400
millions $.
    Notre orientation relative à BCE se fonde sur certaines hypothèses pour
2009, notamment les suivantes : (i) des frais de restructuration et autres de
l'ordre de 250 millions $ à 300 millions $, (ii) un amortissement
essentiellement inchangé comparativement à 2008, (iii) un taux d'imposition
effectif d'environ 20 %, tandis que le taux d'imposition prévu par la loi est
d'environ 32 %, (iv) des impôts en espèces relativement stables pour 2009 à
2011 avec l'utilisation accélérée des reports de crédits d'impôt à
l'investissement, (v) une incidence positive sur le BPA en 2009 du rachat
planifié d'un nombre pouvant aller jusqu'à 40 millions d'actions ordinaires en
vertu de l'offre publique de rachat d'actions ordinaires dans le cours normal
des activités de BCE qui a commencé en décembre 2008, et (vi) le remboursement
permanent de titres de créance à long terme venant à échéance en 2009.
    Les déclarations prospectives de BCE visant des périodes postérieures à
2009 reposent sur des hypothèses et des estimations à plus long terme que les
déclarations prospectives relatives à 2009 et, par conséquent, comportent une
plus grande incertitude. Vous êtes donc particulièrement mis en garde contre
le risque d'accorder une crédibilité excessive à de telles déclarations
prospectives à long terme. La déclaration prospective concernant les impôts en
espèces de BCE pour 2009 à 2011 ne suppose aucune augmentation importante des
impôts en espèces, étant donné l'utilisation accélérée des reports de crédits
d'impôt à l'investissement de Bell.
    Les hypothèses qui précèdent, bien qu'elles soient considérées comme
raisonnables par BCE au moment de la préparation de son orientation financière
et de ses perspectives, et d'autres déclarations prospectives, peuvent se
révéler inexactes. En conséquence, nos résultats réels pourraient différer de
façon importante de nos attentes, telles qu'elles sont énoncées dans le
présent communiqué.

    Risques importants

    Les facteurs susceptibles de causer des écarts importants entre les
résultats ou événements réels et ceux énoncés de façon expresse ou implicite
dans nos déclarations prospectives comprennent notamment ce qui suit :
situation générale de l'économie et des marchés du crédit, niveau de confiance
et de dépenses des consommateurs, et demande de nos produits et services et
leur prix; notre capacité de mettre en oeuvre nos stratégies et plans pour
produire les avantages escomptés; notre capacité de continuer de mettre en
oeuvre nos initiatives de réduction des coûts et de contrôler l'intensité du
capital tout en cherchant à améliorer le service à la clientèle; intensité de
la concurrence, y compris l'accroissement d'activité concurrentielle dans les
services sans fil pouvant résulter de l'octroi par Industrie Canada de
licences de spectre des services sans fil évolués, et effet résultant sur
notre capacité de conserver notre clientèle actuelle et d'attirer de nouveaux
clients, et sur nos stratégies tarifaires et nos résultats financiers;
contributions accrues aux régimes de retraite; notre capacité de répondre aux
changements technologiques et d'offrir rapidement de nouveaux produits et
services; événements influant sur la fonctionnalité de nos réseaux, systèmes
et applications de technologies de l'information et sur notre capacité de les
protéger, de les maintenir et de les remplacer; événements influant sur la
capacité des tiers fournisseurs de nous fournir des produits et services
essentiels; conflits de travail; possibles conséquences négatives sur nos
services Internet et sans fil de la croissance importante de la demande de
bande passante; événements influant sur l'exploitation de nos fournisseurs de
services exerçant leurs activités hors du Canada; notre capacité de nous
procurer les capitaux nécessaires à la mise en oeuvre de notre plan
d'affaires, y compris le programme de rachat d'actions de BCE et les
versements de dividendes, et au financement de nos dépenses en immobilisations
et d'autres dépenses; notre capacité de mettre fin à certains services
traditionnels, au besoin, pour améliorer l'efficacité du capital et de
l'exploitation; initiatives ou procédures réglementaires, litiges et
modifications aux lois ou règlements; risques liés au lancement et au
fonctionnement en orbite des satellites utilisés par Bell Télé; concurrence de
services de radiodiffusion directe par satellite américains non réglementés
vendus illégalement au Canada et vol de nos services de télévision par
satellite; dépendance de BCE à l'égard de la capacité de ses filiales de
verser des dividendes; volatilité des marchés boursiers; le fait que, compte
tenu notamment du contexte économique, concurrentiel et technologique existant
à tout moment et dans la mesure où le conseil d'administration déclare des
dividendes, il n'y a aucune certitude que la politique de dividende de BCE
sera maintenue; capacité de Bell Aliant de faire des distributions à BCE et à
Bell Canada; inquiétudes à propos des effets des émissions de fréquences radio
des téléphones sans fil; retards dans le déploiement de la superposition de
l'accès haute vitesse par paquets (HSPA) à notre réseau sans fil et mise en
oeuvre réussie de l'entente de construction et de partage du réseau avec Telus
pour réduire les coûts et diminuer les risques du déploiement; et perte de
hauts dirigeants clés.
    Pour plus de détails au sujet de certains de ces facteurs de risque et
hypothèses et d'autres éléments, voir les Dispositions refuge concernant les
déclarations prospectives de BCE datées du 11 février 2009, déposées par BCE
auprès des commissions canadiennes des valeurs mobilières (disponibles à
www.sedar.com) et de la Securities and Exchange Commission des Etats-Unis
(disponibles à www.sec.gov). Ce document est également disponible sur le site
Web de BCE à www.bce.ca. Pour plus d'information, voir les présentations
faites à la rencontre de 2009 de Bell avec les analystes, disponibles sur le
site Web de BCE.

    A propos de BCE

    BCE est la plus grande entreprise de communications du Canada et fournit
un ensemble de services de communications des plus complets et des plus
novateurs à ses clients de résidence et d'affaires au Canada. Assurés sous la
marque Bell, ils comprennent les services téléphoniques local, interurbain et
sans fil, l'accès Internet haute vitesse et sans fil, les services IP-large
bande, les services des technologies de l'information et des communications
(ou services à valeur ajoutée), ainsi que les services de télévision directe
par satellite et par VDSL. BCE a aussi une participation dans CTVglobemedia,
première société canadienne de médias. Les actions de BCE sont cotées en
Bourse au Canada et aux Etats-Unis. Pour plus d'information sur BCE, visitez
le site www.bce.ca.




Renseignements :

Renseignements: Questions des médias: Jacques Bouchard, Relations avec
les médias, Bell, (514) 391-2007, 1 877 391-2007, jacques.bouchard1@bell.ca;
Questions des investisseurs: Thane Fotopoulos, Relations avec les
investisseurs, BCE, (514) 870-4619, thane.fotopoulos@bell.ca

Profil de l'entreprise

BCE INC.

Renseignements sur cet organisme

BCE & BELL ENTREPRISE & FINANCES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.