Avis aux plaisanciers: soyez prudents lorsque vous naviguez en eau froide



    OTTAWA, le 23 oct. /CNW Telbec/ - Le Bureau de la sécurité nautique de
Transports Canada, en partenariat avec le Camp de survie en eau froide, une
campagne de sensibilisation, informe les plaisanciers canadiens des effets
mortels qu'entraîne l'immersion en eau froide à l'automne. De plus, il
rappelle aux plaisanciers les règles de sécurité importantes à suivre
lorsqu'ils naviguent en eau froide.
    Le Bureau de la sécurité nautique travaille de concert avec le Conseil
canadien de la sécurité nautique, un des principaux partenaires appuyant cette
nouvelle initiative, et avec d'autres organisations, afin de mettre sur pied
le Camp de survie en eau froide, qui a été approuvé en 2007 pour une période
de trois ans. Le gouvernement du Canada verse à ce programme un montant total
de 424 700 $ dans le cadre du Fonds des nouvelles initiatives de recherche et
de sauvetage géré par le Secrétariat national de recherche et de sauvetage.
    "Le gouvernement du Canada est préoccupé par les statistiques révélant
que 149 décès en moyenne surviennent chaque année à la suite d'immersion en
eau froide", a déclaré l'honorable Lawrence Cannon, ministre des Transports,
de l'Infrastructure et des Collectivités. "Cette nouvelle initiative offre aux
Canadiens un programme de sensibilisation visant à les informer, à les motiver
et à les inciter à changer leurs comportements, ainsi qu'à accroître les
chances de survie des plaisanciers lorsqu'ils naviguent en eau froide."
    Le meilleur conseil à suivre en ce qui concerne l'immersion en eau froide
est de réduire ou de prévenir le risque de tomber à l'eau ou de voir
l'embarcation chavirer. Cela pourrait être aussi simple que de ne pas
surcharger son embarcation ou de ne pas naviguer sur de l'eau très agitée.
Assurez-vous que tous à bord portent un gilet de sauvetage homologué au
Canada, car un accident est vite arrivé, et une fois à l'eau, il est difficile
d'enfiler un gilet de sauvetage.
    "Plusieurs pensent à tort qu'il n'est pas nécessaire de porter un gilet
de sauvetage parce qu'ils savent nager. L'immersion soudaine d'une personne en
eau froide peut la mettre en état de choc dû au froid, l'amener à avoir le
souffle coupé et provoquer chez elle une grave hyperventilation. S'ensuit une
perte de motricité provoquée par le froid, et peu de temps après, le
refroidissement des muscles et des nerfs des membres qui empêchent la personne
de se sauver elle-même ou de nager", a dit M. Ted Rankine, directeur du
Conseil canadien de la sécurité nautique. "Il y a encore trop de gens qui
meurent à une courte distance de nage d'un bateau, d'un quai ou du rivage
après avoir subi les effets initiaux de l'immersion en eau froide."
    Il est important de savoir que la perte de chaleur corporelle se produit
25 fois plus rapidement dans l'eau qu'à l'air libre à la même température, et
que ce facteur peut être augmenté de façon considérable en effectuant des
mouvements comme pour nager si l'on ne porte pas de vêtements qui procurent
une protection thermique. Le meilleur choix de dispositifs de flottaison pour
combattre les effets de l'immersion en eau froide est celui qui offre le
maximum de protection thermique, telles une veste ou des salopettes flottantes
ou une combinaison de survie. Si vous tombez en eau froide et que vous portez
un vêtement de flottaison approprié, vous pouvez prendre certaines mesures
pour retarder l'hypothermie. La technique de la position foetale vous aidera à
conserver votre chaleur corporelle. Si vous êtes seul dans l'eau, ramenez vos
jambes contre votre poitrine et tenez-les avec vos bras, ce qui aura pour
effet de ralentir la perte de chaleur corporelle. Si plusieurs personnes sont
à l'eau, le fait de se serrer les unes contre les autres aidera à conserver le
maximum de chaleur corporelle.
    Dans le cadre de la campagne de sensibilisation, neuf volontaires ont
offert de démontrer les effets dangereux que comporte l'immersion en eau
froide en sautant dans de l'eau à 6 :C et en subissant les effets que provoque
l'exposition à l'eau froide. Pour plus de renseignements ou pour savoir quels
sont les effets de l'immersion en eau froide, visitez le
www.coldwaterbootcamp.com.

    Vous trouverez ci-joint un document d'information comprenant plus de
renseignements sur les effets de l'immersion en eau froide et de
l'hypothermie.

    Pour en connaître davantage sur la technique de la position foetale,
veuillez consulter le site
www.tc.gc.ca/securitemaritime/TP/tp10038/88-urgen-hypothermie.htm.

    Pour des conseils en matière de sécurité maritime ou pour obtenir
gratuitement un exemplaire du Guide de la sécurité nautique, consultez le
www.securitemaritime.gc.ca.

    
    Information

    RAPPELEZ-VOUS LES TROIS CONSEILS SUIVANTS SI VOUS VOUS RETROUVEZ EN EAU
    FROIDE. IL FAUT :

    1- Garder les voies respiratoires dégagées pour éviter la noyade. Le choc
       dû au froid, qui coupe le souffle, s'estompe en une seule minute
       environ. Pendant ce temps, il faut tout faire pour éviter de paniquer
       et pour reprendre le contrôle de sa respiration. Durant cette phase,
       le port du gilet de sauvetage est un atout essentiel pour rester à la
       surface de l'eau et pour reprendre le contrôle de sa respiration.

    2- Essayer de se sauver soi-même. Vous devez savoir que vous perdrez
       votre motricité et serez incapable de nager. Le port du gilet de
       sauvetage vous aidera à garder votre tête hors de l'eau et les voies
       respiratoires dégagées en attendant les secours.

    3- Retarder l'hypothermie. Même dans de l'eau glacée, sans protection
       thermique adéquate, il est fort possible que cela prenne environ une
       heure avant que vous ne perdiez connaissance à cause de l'hypothermie.
       Si vous connaissez les signes associés à l'hypothermie et les
       techniques permettant de la ralentir, de se sauver soi-même et comment
       appeler à l'aide, les chances de survie et de sauvetage seront
       nettement plus grandes.

                          L'HYPOTHERMIE DEMYSTIFIEE
                          -------------------------

    L'hypothermie comprend trois phases : légère, modérée et sévère.(1) Le
tableau ci-dessous décrit les signes et les symptômes utilisés pour classifier
chacune de ces trois phases.

    -------------------------------------------------------------------------
    Phases         Température  Capacité de la   Présentation clinique d'un
    d'hypothermie  corporelle   victime à se     patient hypothermique
                   centrale     réchauffer sans
                                source de
                                chaleur externe
    -------------------------------------------------------------------------
    Normale        Au-dessus    S/O              Sensation de froid, frissons
                   de  95 :F
                   35 :C
    -------------------------------------------------------------------------
    Légère         95 à 90 :F   Bonne            Troubles      Troubles
                   35 à 32 :C                    physiques     mentaux
                                                 - Gestes      - Tâches
                                                   précis        complexes
                                                 - Gestes      - Tâches
                                                   généraux      simples
    -------------------------------------------------------------------------
    Modérée        90 à 82 :F                    Moins de 90 :F (32 :C) :
                   32 à 28 :C   Limitée          arrêt des frissons
                                                 Moins de 86 :F (30 :C) :
                                                 perte de connaissance
    -------------------------------------------------------------------------
                   Moins de                      Rigidité
                   82 :F        Aucune           Signes vitaux réduits ou
                   Moins de                      inexistants
                   28 :C                         Risque aigu de fibrillation
                                                 ventriculaire d'origine
     Sévère                                      mécanique (manipulation
                                                 rude)
                   ----------------------------------------------------------
                   Moins de                      Fibrillation ventriculaire
                   77 :F        Aucune           spontanée
                   Moins de                      Arrêt cardiaque
                   25 :C
    -------------------------------------------------------------------------

                     TRAITEMENT D'UNE HYPOTHERMIE LEGERE
                     -----------------------------------

    S'il n'est pas possible d'atteindre un centre médical dans les 30 minutes,
il faut réchauffer une personne atteinte d'hypothermie légère de la façon
suivante :

    - Les frissons sont un processus de réchauffement très efficace, surtout
      si la victime est bien isolée. Il faut remplacer les calories brûlées
      lors du frissonnement en donnant à la victime des liquides contenant
      du sucre. La teneur en sucre est d'ailleurs plus importante que la
      température même d'une boisson chaude. Assurez-vous que la personne est
      en mesure d'avaler du liquide sans risquer de s'étouffer. L'alcool et
      le tabac sont à proscrire, car ils restreignent la circulation
      sanguine.

    - On peut appliquer de la chaleur externe aux parties du corps qui
      favorisent son transfert, comme la poitrine et les aisselles. Le
      réchauffement de la peau est également avantageux, car il accroît la
      sensation de confort, préserve les réserves d'énergies et réduit le
      stress cardiovasculaire.

    - De l'exercice léger comme la marche aide à produire de la chaleur, mais
      il est recommandé de le faire seulement après que la personne souffrant
      d'hypothermie légère soit au sec et qu'elle ait pu remplacer les
      calories perdues. Il faut que son état ait été stabilisé pendant au
      moins 30 minutes. Il ne faut jamais tenter de réchauffer la victime en
      lui faisant prendre une douche ou un bain.

               TRAITEMENT D'UNE HYPOTHERMIE MODEREE OU SEVERE
               ----------------------------------------------

    Il s'agit ici d'une urgence médicale à prendre au sérieux et elle requiert
une intervention et des soins appropriés et, dans les cas graves, le transport
immédiat de la victime vers un centre hospitalier. On peut prendre certaines
mesures spécifiques pour aider à stabiliser l'état de la victime en attendant
les secours ambulanciers.

    - Il faut faire preuve de beaucoup de soin en manipulant une personne
      atteinte d'hypothermie modérée ou sévère. Il faut la retirer de l'eau
      avec le plus de délicatesse possible pour éviter de provoquer la
      fibrillation ventriculaire. Ne frictionner aucune partie du corps.
      Etendre la personne en position horizontale et lui retirer ses
      vêtements mouillés avec grand soin. Ensuite, la protéger et l'isoler du
      froid le mieux possible à l'aide de couvertures ou de vêtements secs ou
      autres matériaux pouvant la protéger. Si l'on dispose d'un abri, y
      mettre la victime afin de la protéger des intempéries et de l'isoler du
      sol froid ou de la neige. On pourra couvrir le sol de sacs de couchage,
      de vêtements, de sacs à dos ou même de branches de conifères.

    - Si les signes vitaux sont présents chez la victime, la réchauffer de la
      manière décrite plus haut, mais ne pas lui permettre de s'asseoir ou de
      se tenir debout avant qu'elle soit réchauffée. Il ne faut pas tenter de
      la réchauffer en lui faisant prendre une douche ou un bain chaud, ni
      lui administrer des liquides ou de la nourriture. Enfin, il ne faut pas
      tenter de la réchauffer en lui faisant faire de l'exercice, comme la
      marche.

    Chez toute personne en état d'hypothermie, la température corporelle
centrale continue de baisser après qu'elle a été secourue. Ce phénomène, qu'on
appelle le collapsus de réchauffement, peut durer plusieurs heures chez une
personne qui souffre d'hypothermie modérée ou sévère, alors qu'il n'y a pas de
frissons et que la production métabolique de chaleur peut être moins de
50 p. 100 de la normale. Un réchauffement graduel du coeur contribue alors
à éviter un arrêt cardiaque et la fibrillation ventriculaire.

    ---------------------
    (1) Hypothermia, Frostbite and other Cold Injuries. G Giesbrecht et
        J.Wilkerson, deuxième édition, 2006, The Mountaineers
    




Renseignements :

Renseignements: Catherine Loubier, Directrice des communications,
Cabinet du ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités,
Ottawa, (613) 991-0700; Relations avec les médias, Transports Canada, Ottawa,
(613) 993-0055; Communications, Transports Canada, Région des Prairies et du
Nord, (204) 983-6315; Jillian Glover, Communications, Transports Canada,
Vancouver, (604) 666-1675; Marie-Anyk Côté, Communications, Transports Canada,
Québec, (514) 633-2742; Andrea Spitzer, Directrice des communications,
Transports Canada, Ontario, (416) 952-0156; Ted Rankine, Directeur, Conseil
canadien de la sécurité nautique, (905) 989-0664; Steve Bone, Communications,
Transports Canada, Nouvelle-Ecosse, (902) 426-7795; Transports Canada est en
ligne à www.tc.gc.ca. Abonnez-vous aux communiqués de presse et aux discours à
www.tc.gc.ca/nouvellesendirect et restez au fait des dernières nouvelles de
Transports Canada. Ce communiqué est disponible en formats substituts pour les
personnes ayant une déficience visuelle.


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.