Avis aux médias: point de presse du STIJM-CSN à 11 heures au local du syndicat, 4503, rue Frontenac - Lock-out au Journal de Montréal - Quebecor met 253 familles sur le trottoir



    MONTREAL, le 24 janv. /CNW Telbec/ - Bien que le conflit semblait
inévitable depuis quelques semaines, c'est tout de même avec une grande
déception que les 253 travailleuses et travailleurs du Journal de Montréal et
les membres de leur famille ont appris la décision de Quebecor d'imposer le
lock-out au cours de la dernière nuit. Pour ces hommes et ces femmes qui
mettent tout leur coeur pour assurer un journal et une information de qualité
depuis, pour certains, plus d'une trentaine d'années, il s'agit d'un premier
conflit de travail.
    Fondé en 1964 par Pierre Péladeau, le Journal de Montréal vit en effet
aujourd'hui le premier conflit de travail de son histoire, impliquant le
personnel de bureau et de la rédaction. "C'est un jour sombre pour
l'information au Québec, a constaté le président du Syndicat des travailleurs
de l'information du Journal de Montréal (FNC-CSN), Raynald Leblanc. Mais
Pierre K. Péladeau et la direction de Quebecor Media, qui, par le geste
insensé qu'ils ont posé la nuit dernière, menacent la pérennité d'une
institution de l'information au Québec, trouveront devant lui 253 personnes
déterminées à sauvegarder les conditions qui assurent à la population une
information de qualité. En agissant de la sorte, le PDG de Quebecor a enterré
plus de 45 ans de paix industrielle qui a permis à un empire de se
constituer."
    Depuis le début des négociations, en octobre, le syndicat a tout mis en
oeuvre pour renouveler la convention collective sans conflit et en répondant à
des préoccupations patronales, dont le site Internet et les horaires de
travail. "Mais nous n'acceptons pas de diiminuer nos revenus, de sacrifier nos
emplois et d'éliminer les conditions qui assurent le respect du code de
déontologie journalistique en acceptant ce que Quebecor tente de nous imposer,
a averti Raynald Leblanc. Le Journal de Montréal est encore très rentable avec
des profits de plus de 50 millions $, sur un chiffre d'affaires de 200
millions l'an dernier. Pierre K. Péladeau s'est lui-même octroyé une hausse de
salaire de 29 % l'an dernier. Il demande aujourd'hui à des travailleuses de
réduire leurs revenus du quart et à tous les employés de diminuer les
avantages sociaux de 20 %, tout en allongeant d'autant la semaine de travail
de 25 % sans compensation. C'est carrément indécent !"
    Le STJIM lance un appel à la population, aux institutions, aux
entreprises et aux différentes organisations du Québec afin qu'elles cessent
d'acheter le quotidien, produit sans le travail des employé-es frappés d'un
conflit, et de la publicité, y compris les petites annonces. "Tant que le
Journal sera publié, on étire indûment le conflit, a poursuivi le président du
syndicat. C'est pourquoi nous demandons l'appui de toutes et tous à la
bataille que nous menons contre le géant Quebecor pour que le conflit soit le
moins long possible. Nous déplorons le fait que Quebecor n'ait pas tiré les
leçons de la décision de la Commission des relations du travail dans le
dossier du Journal de Québec qui a clairement établi à l'embauche de scabs
durant les 16 longs mois qu'a duré le lock-out dans la Capitale. Pour nous,
toutes personnes qui accompli nos tâches sont des scabs et c'est inacceptable.
Nous agirons en conséquence."
    Dès 6 heures ce matin, une pyramide téléphonique s'est mise en branle
pour rejoindre les membres du syndicat. Le piquetage a débuté à 10 heures et
les membres sont conviés à une assemblée générale spéciale le lundi 26 janvier
à midi pour discuter de la grève et des autres moyens mis en place pour
ramener l'employeur à la table de négociation. L'assemblée se tient au Centre
du Plateau, 2275, rue Saint-Joseph Est (angle Fullum).
    Un point de presse se tiendra aujourd'hui au local du syndicat à 11
heures.




Renseignements :

Renseignements: Louis-Serge Houle, Information-CSN, (514) 792-0795;
Source: CSN


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.