Avis aux médias - Les groupes de femmes dénoncent le gouvernement Harper, réclament la tenue d'un débat des dirigeants nationaux en matière d'égalité



    OTTAWA, le 10 déc. /CNW Telbec/ - La Journée des droits de la personne a
été l'occasion pour des groupes de femmes de partout au Canada d'unir de
nouveau leurs efforts pour dénoncer vivement le bilan du gouvernement Harper
en ce qui a trait à l'égalité des femmes et des droits de la personne au pays
et pour réclamer la tenue d'un débat de nos dirigeantes et dirigeants
nationaux avant les prochaines élections fédérales.
    Il y a un an aujourd'hui, des milliers de femmes, d'hommes et d'enfants
participaient à la grandeur du pays à des manifestations pour protester contre
les compressions budgétaires et les changements d'envergure apportés par "le
nouveau gouvernement du Canada" à Condition féminine Canada (CFC) ainsi qu'à
d'autres programmes. "L'abolition des ententes pancanadiennes sur les services
de garde des enfants, le refus d'agir en ce qui concerne l'adoption d'une loi
proactive sur l'équité salariale et l'élimination du Programme de contestation
judiciaire illustrent bien l'attitude répressive de nos pouvoirs publics à
l'égard des femmes", a déclaré Paulette Senior de l'organisme YMCA Canada.
    Faute de pouvoir répondre aux nouveaux critères de financement de CFC,
bon nombre de groupes de femmes ont été contraints de mettre la clé sous la
porte de leurs locaux ou de réduire des services et des projets de très grande
importance. La recherche qu'ils effectuent et leur action militante les
rendent inadmissibles au Programme de la promotion de la femme de CFC.
    La Coalition spéciale pour l'égalité des femmes et les droits de la
personne réclame la tenue, avant les prochaines élections, d'un débat des
dirigeantes et dirigeants nationaux sur les principales questions d'importance
pour l'égalité des femmes. La Coalition regroupe des représentantes et des
représentants d'organismes militant pour l'égalité à l'échelon national,
provincial et communautaire. Des centaines de groupes et de personnes ont
signé la déclaration de la Campagne du 10 décembre pour l'égalité des femmes
et les droits de la personne, organisée par la Coalition, qui prie Stephen
Harper de respecter ses promesses électorales.
    Un débat sur l'égalité des femmes faciliterait l'examen prochain du bilan
du Canada en application de la Convention sur l'élimination de toutes les
formes de discrimination à l'égard des femmes. Avant les élections de 2006,
les chefs des principaux partis politiques, y compris M. Harper, ont signé une
promesse de respecter l'engagement du Canada à l'égard de l'égalité des femmes
dans le cadre de la Convention.
    La Coalition effectue actuellement un sondage pour savoir de quelle façon
les changements apportés à CFC font du tort aux groupes de femmes. "L'action,
d'ajouter Senior, doit pouvoir s'appuyer sur de la recherche et des analyses.
On n'a pas tendance à adopter des mesures en faveur de l'égalité des femmes
sans qu'il y ait eu action militante de la part de groupes de femmes. Or,
comment va-t-on éliminer la discrimination sans que des recherches aient
montré les répercussions de politiques discriminatoires sur les femmes et sans
critique des mauvaises décisions?"
    Les récents propos de Stephen Harper à l'occasion du 18e anniversaire du
massacre de Montréal ont mécontenté davantage les membres de la Coalition.
"Cela illustre parfaitement à quel point notre gouvernement est déconnecté de
la réalité des femmes. Les crédits consentis à Condition féminine ont
peut-être été accrus, mais les groupes qui peuvent s'en prévaloir sont moins
nombreux", a rétorqué Amanda Aziz de la Fédération canadienne des étudiantes
et étudiants en réponse aux dires de Harper selon lesquels le gouvernement
qu'il dirige s'attaque à la violence faite aux femmes. Au printemps de 2007,
CFC a fermé 14 de ses bureaux régionaux, si bien que les groupes de femmes ont
plus de difficultés à se prévaloir de services dans leurs localités. Les
résultats préliminaires du sondage révèlent que les politiques du gouvernement
conservateur ont frappé à plein fouet les maisons de refuge pour femmes
battues, les centres de crise et les maisons de transition.
    "Le bilan du gouvernement en ce qui a trait aux politiques qui
garantiront l'égalité réelle des femmes est catastrophique, a pour sa part
affirmé Lise Martin de l'Institut canadien de recherches sur les femmes. Les
Canadiennes méritent plus que des promesses vides et non tenues. Nous exigeons
de savoir ce que feront nos dirigeantes et dirigeants politiques pour que
l'égalité devienne une réalité et ne reste pas seulement un slogan."




Renseignements :

Renseignements: Pamela Cross, (416) 962-8881, poste 224; Gisèle Pageau,
(613) 558-1821; Aalya Ahmad, (819) 483-2684; info@womensequality.ca;
www.womensequality.ca

Profil de l'entreprise

COALITION POUR L'EGALITE DES FEMMES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.