Avis aux médias - Assemblée clinique annuelle de la SOGC, Ottawa, 21 au 26 juin 2007 - Des professionnels de la santé du Canada et de l'étranger se réunissent pour discuter des raisons pour lesquelles un demi-million de femmes meurent encore chaque année



    
    QUOI :   Le Colloque du programme international pour la santé des femmes
             2007

    QUAND :  Le jeudi 21 juin 2007 / 8 h à 17 h

    OU :     L'Hôtel Westin Ottawa - Salle de bal Confederation
             11, promenade Colonel By,
             Ottawa (Ont.)
             K1N 9H4
    

    OTTAWA, le 20 juin /CNW Telbec/ - Des centaines
d'obstétriciens-gynécologues, de professionnels de la santé, de chefs de file
de la santé à l'échelle mondiale et de représentants d'ONG du Canada et de
l'étranger se rassembleront demain à Ottawa pour s'interroger sur les raisons
pour lesquelles vingt ans d'efforts à l'échelle mondiale ne sont pas arrivés à
réduire le nombre de mères et de nouveau-nés mourant inutilement pendant
l'accouchement.
    Il y a exactement vingt ans que les principales organisations mondiales
en matière de santé et de développement faisaient le serment de réduire de
moitié le nombre de femmes et de nouveau-nés mourant inutilement pendant
l'accouchement. A ce jour, les chiffres restent inchangés; en 2007 seulement,
un demi-million de femmes mourront pendant l'accouchement, malgré le fait que
la quasi-totalité de ces décès pourraient être évités. Des améliorations ont
été constatées dans certaines parties du monde; toutefois, pour chaque gain
réalisé, on constate des reculs et, dans certains cas, une augmentation des
décès maternels, dont 90 % surviennent dans les pays en développement.
    "Il va sans dire que des progrès ont été réalisés dans bon nombre de
secteurs," affirme le Dr Dorothy Shaw, présidente de la Fédération
internationale de gynécologie et d'obstétrique. "Cependant, il est dégrisant
de constater que, vingt ans plus tard, un demi-million de femmes meurent
toujours chaque année."
    Demain, des spécialistes de la santé se réuniront à Ottawa pour le
Colloque du programme international pour la santé des femmes, qui se déroulera
dans le cadre de la 63e assemblée clinique annuelle de la Société des
obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC). Le colloque se penchera sur
les progrès et les échecs des vingt années qui se sont écoulées depuis que la
communauté mondiale des soins de santé a adopté des objectifs lors d'une
conférence charnière au Kenya. En effet, en 1987, la Banque mondiale,
l'Organisation mondiale de la Santé et le Fonds des Nations Unies pour la
population ont rassemblé, à Nairobi, des leaders de la politique et de la
santé du monde entier dans le cadre d'une conférence repère. L'objectif de
cette conférence était d'élaborer un plan en vue de sauver les mères des
quatre coins du monde, en faisant en sorte que le nombre de décès pendant
l'accouchement soit réduit de moitié en 2000.
    A Ottawa, les participants au colloque passeront les progrès en revue,
surtout dans des pays comme l'Afrique, et se pencheront sur le rôle que jouent
des associations professionnelles comme la SOGC quant à la promotion du
changement et à l'offre d'aide.
    "Il est trop simple de se dire que le problème est trop difficile à
régler à la vue de ces chiffres," affirme le Dr André Lalonde, vice-président
administratif de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada
(SOGC). "Il n'y a toutefois pas de mystère quant à la façon de prévenir ces
décès. Nous savons ce qui fonctionne; il suffit maintenant d'établir des
partenariats et d'obtenir un engagement à l'échelle mondiale en vue d'amener
un changement durable."
    De leur côté, la SOGC et ses membres oeuvrent de façon significative
depuis de nombreuses années à l'échelle internationale, en vue d'améliorer la
santé de la mère et de l'enfant. Depuis 1999, la SOGC met en oeuvre des
initiatives de formation médicale et de renforcement de la capacité à
l'échelle mondiale, afin de réduire le nombre de femmes mourant pendant
l'accouchement dans les pays aux ressources restreintes. En mai, par exemple,
la Société a mis sur pied le projet Quarité, initiative de près de cinq
millions de dollars d'une durée de quatre ans, dont l'objectif est de former
des professionnels de la santé au Sénégal et au Mali. En collaboration avec
l'Université de Montréal, la SOGC offrira une formation en soins obstétricaux
d'urgence, de manière à permettre la prise en charge des causes de décès les
plus courantes en ce qui a trait à l'accouchement. Le projet Quarité, qui est
financé par les Instituts de recherche en santé du Canada, comprendra
également une importante composante d'évaluation, de manière à mesurer la
réussite du programme en ce qui a trait à la tragédie que représente la
mortalité maternelle. Cette évaluation s'effectuera par rapport à un groupe
témoin d'hôpitaux de la région. Le programme mettra l'accent sur l'offre d'une
formation insistant sur l'importance des droits sexuels et génésiques des
femmes.
    Dans le cadre de cet important événement de calibre mondial, les médias
pourront rencontrer certains des spécialistes et des intervenants, du Canada
et d'ailleurs, qui préconisent l'amélioration des conditions d'accouchement à
l'échelle mondiale.

    Les membres des médias sont invités à prendre part à ce colloque :

    
    Points saillants

    8 h 15 :
    - Initiatives de maternité sans risques : Déjà 20 ans!
      Ann Starrs, MD / Vice-présidente administrative, Family Care
      International

    15 h 15 :
    - Mobilisation de la volonté politique pour assurer la maternité sans
      risques en Ouganda
      Sylvia Ssinabulya / Députée, Kampala, Ouganda
      et
    - Pourquoi certaines initiatives sanitaires mises en oeuvre à
l'échelle
      mondiale sont-elles couronnées de succès, alors que d'autres échouent?
      Leçons à tirer du domaine de la maternité sans risques
      Jeremy Shiffman, PhD, Syracuse, NY
    

    L'horaire complet du colloque peut être consulté à l'adresse suivante :
    http://www.sogc.org/acm2007/francais/sci_21_f.aspx

    A propos du programme international pour la santé des femmes

    Chaque minute dans le monde, une femme meurt pendant le travail ou
l'accouchement.
    Le programme international pour la santé des femmes est une initiative de
la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC). Depuis 1999,
des interventions portant sur la formation médicale et le renforcement de la
capacité sont menées à l'échelle mondiale dans le cadre de ce programme, grâce
à la participation bénévole de médecins, d'infirmières, de sages-femmes et
d'autres professionnels de la santé canadiens.
    Le but premier de ces interventions est de renforcer la capacité des
centres de santé et des professionnels de la santé en ce qui a trait aux soins
obstétricaux d'urgence, ainsi que d'offrir du soutien quant au renforcement
des associations professionnelles. Le programme international pour la santé
des femmes cherche à promouvoir la grossesse et l'accouchement sûrs partout
dans le monde grâce à la conclusion de partenariats visant à favoriser la
maternité sans risques et la santé néonatale. Pour ce faire, il a recours,
entre autres, à GESTA International, outil de mobilisation et de formation
destiné aux professionnels de la santé, qui aborde les principales causes de
mortalité maternelle et néonatale.
    Le programme GESTA International a déjà été offert dans 17 pays, dont le
Bénin, le Congo, l'Ethiopie, le Gabon, le Guatemala, Haiti, l'Inde,
l'Indonésie, le Kosovo, le Mali, le Mexique, les Philippines, l'Ouganda,
l'Ukraine, la Zambie, le Zimbabwe et le Yémen. On prévoit aussi l'offrir dans
cinq autres pays. Par l'entremise de son programme de partenariat, la SOGC
fournit de l'appui aux sociétés d'obstétrique-gynécologie de l'Ouganda, de
l'Ukraine, du Guatemala, d'Haiti, du Kosovo et du Burkina Faso, afin qu'elles
puissent améliorer leur capacité organisationnelle et, ainsi, devenir des
chefs de file dans le domaine de la santé maternelle et néonatale.




Renseignements :

Renseignements: ou pour organiser des entrevues sur ces sujets ou
d'autres sujets liés à la santé des femmes, les représentants des médias sont
conviés à communiquer avec: Andrée Paige, (613) 745-2312, Cell.: (613)
863-1828

Profil de l'entreprise

Société des obstétriciens et gynécologues du Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.