Avant-projet de loi sur l'aménagement durable du territoire et l'urbanisme : Le projet de zones franches : gage de tensions sociales et d'immobilisme

MONTRÉAL, le 15 sept. 2011 /CNW Telbec/ - « Les consultations publiques menées par l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) favorisent la délibération entre les différentes composantes de la société et permettent de mieux adapter les projets aux milieux de vie. Restreindre cette possibilité par l'identification de zones franches qui échapperaient au processus de consultation ralentirait le développement économique de Montréal et pourraient être source de tensions sociales, car les citoyens se sentiront exclus de la gestion de leur ville », a déclaré la conseillère municipale du district de Saint-Henri-Petite-Bourgogne-Pointe-Saint-Charles, Véronique Fournier, également présidente du Comité consultatif d'urbanisme de l'arrondissement du Sud-Ouest. « L'immobilisme n'est pas causé par la consultation, mais plutôt par son absence. L'îlot Voyageur et le projet Cité Nature en constituent des exemples », a-t-elle ajouté.

Un chapitre spécifique sur Montréal
« La révision de la loi aura des impacts majeurs sur la métropole pour les décennies à venir et il est essentiel qu'un chapitre spécifique portant sur Montréal y soit inclus. Considérant que la métropole du Québec a une dynamique politique et sociale particulière - pensons seulement aux nombreux organismes et tables de quartier, aux comités consultatifs d'urbanisme, à l'Office de consultation publique de Montréal -, elle ne peut être considérée comme une ville au même titre que toutes les autres », a plaidé la conseillère Fournier.

L'acceptabilité sociale pour lutter contre l'immobilisme
Donnant suite aux recommandations du rapport de la commission chargé d'élaborer une politique de consultation publique présidée par Gérald Tremblay, futur candidat à la mairie, le gouvernement du Québec a adopté, en décembre 2000, la loi 170 portant sur les réorganisations territoriales des grandes municipalités du Québec, loi qui assure la mise en place du processus référendaire à Montréal et crée l��Office de consultation publique de Montréal (OCPM). Rappelons-nous également qu'en 2002, à la suite du Sommet de Montréal, organisé par le nouveau maire Gérald Tremblay, un large consensus parmi l'ensemble des principaux acteurs de la ville fut établi en faveur de la participation active des citoyens dans le développement de Montréal.

Le maire Tremblay fait marche arrière
« L'administration Tremblay souhaite maintenant faire marche arrière et milite en faveur de l'instauration de zones franches qui seraient soustraites à la consultation publique et au processus référendaire. Gérald Tremblay renie sa propre recommandation en appuyant la possibilité des zones franches d'approbation référendaire, privant les citoyens d'exercer leur droit de regard et d'être partie prenant des projets qu'ils souhaitent bonifier pour les adapter à la réalité de leur milieu de vie », a expliqué Véronique Fournier.

Du logement abordable et accessible pour tous
« L'accessibilité à un logement à prix abordable est l'un des principaux défis auxquels Montréal est confronté, autant pour les groupes les plus défavorisées que pour les familles de la classe moyenne qui, par milliers, quittent chaque année la métropole vers la banlieue où les prix sont davantage raisonnables, fragilisant ainsi son équilibre démographique, son tissu social et sa force économique. Cet exode provoque l'étalement urbain et a des conséquences sur le plan urbanistique et environnemental : dépendance à l'automobile; pollution et effets néfastes sur la santé; coûts de la congestion (1,4G$/an); difficulté d'implanter un service de transport en commun efficace; hausse des coûts en service public, etc. Il est donc urgent de renverser cette tendance », a soutenu madame Fournier.

« Considérant les besoins criants en termes d'accessibilité au logement pour les ménages à faible revenu et les familles et l'application facultative de la Stratégie d'inclusion de Montréal, nous demandons que les objectifs, stratégies et cibles identifiés aient un caractère obligatoire afin de répondre aux besoins en logement social et communautaire et aux objectifs de mixité sociale », a-t-elle poursuivi.

Protéger le patrimoine du milieu bâti
Les autorités municipales des villes comme Montréal contribuent aussi au développement, notamment par l'adoption de règlements encadrant les projets immobiliers, industriels, d'infrastructures, etc., mais aussi par l'élaboration de programmes particuliers d'urbanisme (PPU). L'article 84 de l'avant-projet énonce les dispositions que doit contenir un PPU. Cependant, il n'inclut pas de critères patrimoniaux. « Nous proposons donc qu'une disposition à l'effet que les PPU doivent contenir une évaluation du patrimoine accompagnée d'un plan pour sa mise en valeur soit insérée dans la nouvelle loi », a indiqué la conseillère de Vision Montréal

« Montréal et la région métropolitaine font face à des défis de taille, notamment celui de stimuler le développement économique tout en favorisant l'inclusion sociale, en maintenant l'équilibre démographique, en luttant contre les changements climatiques, la pollution, l'étalement urbain, la congestion routière, et en favorisant le transport en commun. Nous sommes d'avis que la refonte de la loi sur l'aménagement et l'urbanisme, adoptée en 1979, doit donner à la Ville de Montréal les outils pour réussir son développement économique et urbain, et ce, de façon durable », a conclu Véronique Fournier, en marge de la consultation de la Commission sur l'aménagement du territoire sur l'avant-projet de loi sur l'aménagement durable du territoire et l'urbanisme qui se tient aujourd'hui à l'Assemblée nationale du Québec.

Pour consulter le mémoire de Vision Montréal, cliquer sur le lien suivant :
http://www.visionmtl.com/userImgs/documents/communiques/Memoire_Opposition_officielle_Vision_Mtl_LAU.pdf

SOURCE VILLE DE MONTREAL - CABINET DE LA CHEF DE L'OPPOSITION OFFICIELLE

Renseignements :

Marie-Hélène d'Entremont,
Attachée de presse
Cabinet de la chef de l'Opposition officielle
mh.dentremont-sauve@ville.montreal.qc.ca
Bureau : 514-872-2934
Cell. : 514-247-0446

Profil de l'entreprise

VILLE DE MONTREAL - CABINET DE LA CHEF DE L'OPPOSITION OFFICIELLE

Renseignements sur cet organisme

COMMUNIQUES MONTREAL

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.