Autoroute 30 - LE GOUVERNEMENT DE JEAN CHAREST A PERDU LE NORD: IL EST ENCORE TEMPS POUR LUI DE LE RETROUVER!



    MONTREAL, le 28 oct. /CNW Telbec/ - Le député de Vachon et porte-parole
du Parti Québécois en matière d'environnement, Camil Bouchard, et le député de
Beauharnois et porte-parole en matière de transport, Serge Deslières,
dénoncent les contradictions du gouvernement Charest dans le projet de
l'autoroute 30. Au nom des citoyens concernés, le Parti Québécois réclame du
gouvernement qu'il complète l'autoroute 30 sur le tracé Nord dans l'axe de la
route 132.
    "Il ne reste que cinq kilomètres à compléter sur le tracé Nord. Après
quatre ans de gestion libérale, tout ce que nous avons, c'est un viaduc qui
donne dans la cour à bois de la compagnie Goodfellow ! Aucun des 13 kilomètres
n'a encore été amorcé sur le tracé Sud. Les négociations avec Ciments Lafarge
n'aboutissent pas, les expropriations des terres agricoles sont loin d'être
complétées, la communauté de Kahnawake s'oppose à la construction d'un
échangeur aux limites de son territoire et durant ce temps, il y a plus de
70 000 personnes de Saint-Constant, de Delson, de La Prairie, de
Sainte-Catherine qui subissent des interminables bouchons tous les jours.
C'est rire du monde", a fait savoir Serge Deslières.
    "Ce gouvernement, qui se drape de vert et qui se réclame du développement
durable, n'a aucun respect pour la Commission de protection du territoire
agricole du Québec. On l'a vu encore récemment dans le projet Rabaska. Dans le
cas de l'autoroute 30, il a passé outre à trois avis négatifs. Pourquoi
veut-il à tout prix saccager 600 hectares des plus belles terres agricoles du
Québec? En plus, chaque jour de retard à livrer l'autoroute contribue à
l'augmentation d'émissions de CO(2). Les embouteillages sur la route 132 y
contribuent, de même que ceux provoqués ailleurs sur le réseau routier de la
grande région métropolitaine, du fait de l'absence d'une autoroute de
contournement pour le trafic lourd", a souligné Camil Bouchard.
    "Les emprises de l'autoroute et des voies de service sur le tracé Nord
(route 132) sont déjà disponibles, les autorisations sont là, les propriétés
nécessaires ont été expropriées depuis longtemps, l'aqueduc pluvial de plus de
1,8 million $ est construit. Il y a plus de 72 millions $ déjà investis sur ce
tracé et les gens voient, avec les deux kilomètres complétés sur le tracé
Nord, à quel point leur qualité de vie serait améliorée si seulement le
gouvernement retrouvait sa boussole et le Nord. Nous demandons au gouvernement
de revenir à la raison. Qu'il fasse preuve de bon sens dans ce dossier, qu'il
complète les cinq kilomètres restants et qu'il abandonne le tracé Sud", a
poursuivi le député de Beauharnois.
    Pour sa part, le député de Vachon a tenu à rappeler les deux raisons
invoquées en 2003 par le gouvernement libéral pour son choix du tracé Sud : la
vitesse d'exécution des travaux et les coûts. "Pour la vitesse, on repassera !
Si le gouvernement Charest avait parachevé les travaux sur le tracé Nord, on
roulerait dessus depuis au moins un an. Et pour les coûts, c'est encore pire.
Le tracé Nord coûte 200 millions $ de moins au bas mot. Ca fait penser au
Mont-Orford. Qu'est-ce qui motive vraiment le gouvernement Charest ?", a
conclu Camil Bouchard.
    -%SU: CPN,TRN
    -%RE: 40,68




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 644-9318


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.