Autorisation de La Romaine - Un projet cul-de-sac



    MONTREAL, le 13 mai /CNW Telbec/ - "Investir dans l'hydroélectricité,
c'est investir, en pleine crise économique, dans des papiers commerciaux.
Cette énergie coûte plus cher, crée moins d'emplois et les acheteurs la
dédaignent au profit d'énergies vertes. Pourtant, le Québec, possède le plus
grand entrepôt d'énergies vertes au monde. Malgré tout, notre gouvernement
s'obstine dans un cul-de sac. Pourquoi?", demande Anne-Marie Saint-Cerny,
directrice de la Fondation Rivières.
    La Fondation Rivières dénonce l'autorisation du projet La Romaine, une
décision irresponsable. L'organisme rappelle que le lancement immédiat d'un
vaste chantier d'efficacité énergétique permettrait de récupérer beaucoup plus
d'énergie exportable que les projets Romaine et Rupert conjugués, créerait des
emplois et des PME partout au Québec, en plus de donner la chance aux
Québécois d'être concurrentiels dans l'économie du 21e siècle. C'est
d'ailleurs l'option qu'on choisit les Etats-Unis, l'Ontario et le Manitoba.
Fondation Rivières souligne également que tous les acheteurs visés par
l'exportation d'hydroélectricité de La Romaine et la Rupert auront réduit leur
consommation et relancé leur économie grâce aux énergies vertes, d'ici 5 ans.
Sauf le Québec
    "Nos voisins ont bien compris que 1 million de projets à 8 000 dollars
est beaucoup plus rentables socialement qu'une destruction de 8 milliards de
dollars."
    Par ailleurs, le scénario de production nationalisée d'électricité
éolienne proposé par Fondation Rivières en Minganie créerait 40% plus
d'emplois, laisserait 460 emplois permanents dans la région au lieu de 100
pour les 4 barrages de La Romaine et produirait une électricité moins coûteuse
pour les marchés d'exportation.
    Enfin, la filière hydroélectrique, considérée comme non verte par les
acheteurs américains, détruit des écosystèmes entiers et les Québécois auront
à assumer les coûts de leurs problèmes environnementaux. Au même moment, le
reste du nord-est américain engrangera les profits des économies d'énergie et
de l'éolien.
    "Le 21e siècle sera celui des énergies vertes et de l'efficacité
énergétique, c'est inéluctable. Nous sommes déjà en retard. Si nos futurs
acheteurs d'hydroélectricité chère ne sont pas preneurs, le Québec n'a aucun
Plan B. Nous serons réduits à implorer les compagnies étrangères d'installer
leurs usines de pompes géothermiques et de panneaux solaires ici. C'est
carrément irresponsable, sinon pire", a conclu Anne-Marie Saint-Cerny.




Renseignements :

Renseignements: Anne-Marie Saint-Cerny, Fondation Rivières, (514)
272-2666

Profil de l'entreprise

Fondation Rivières

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.