Audiences au CRTC - Les employés de TVA plaident pour un nouveau modèle économique



    GATINEAU, QC, le 8 mai /CNW Telbec/ - Les grandes stations de télévision
généraliste au pays ont frappé un mur. Le mur des stations spécialisées qui
grugent année après année des parts de marché, donc des parts publicitaires,
au dépens des généralistes, tout en profitant -seuls - des redevances. C'est
le constat des syndicats des employés du réseau TVA venus aujourd'hui plaider
devant le CRTC en faveur d'une évolution de la structure économique des
télévisions au pays.
    Les syndicats de TVA-Montréal, de TVA-Québec et des stations régionales,
tous membres du Conseil provincial du secteur des communications du SCFP, ont
présenté leurs commentaires dans le cadre des audiences pour le renouvellement
de licence de leur employeur. En premier lieu, les artisans de TVA
revendiquent l'accès pour les télévisions généralistes aux redevances. "Si
l'exclusivité des tarifs d'abonnement aux stations spécialisées pouvait se
justifier au moment de leur naissance, aujourd'hui, le déséquilibre est trop
grand et ce sont les télévisions généralistes qui ont besoin d'aide. Si tout
le monde peut vendre de la publicité, tout le monde doit profiter des
redevances. Sinon, nous risquons de voir les stations généralistes, dans les
grands centres comme dans les régions, disparaître à petit feu", a lancé
Richard Labelle, président du syndicat de TVA Sherbrooke.
    D'autre part, les représentants du SCFP trouvent exagéré le quota de 75 %
fixé pour la diffusion d'émissions prioritaires réalisées par des producteurs
indépendants, et veulent voir plus de productions internes de la part des
télés généralistes. "Encore une fois, il s'agit d'atteindre un point
d'équilibre qui profite à tous, affirme Michel Bibeault, directeur-adjoint du
SCFP au Québec. Les producteurs indépendants ont leur place, mais on doit
aussi soutenir les artisans des stations de télévision et mettre en valeur
leur créativité et leurs compétences. De plus, davantage de production interne
signifie la possibilité pour les titulaires de licences d'améliorer leur
rentabilité grâce aux droits de suite de ces productions qui seront ensuite
diffusées sur diverses plateformes."
    Les employés du plus important réseau au Québec s'opposent à la demande
de dérèglementation présentée par le Groupe TVA. Pour ces centaines
d'artisans, les objectifs sociaux mis de l'avant dans la Loi sur la
radiodiffusion, soit la présentation de contenu canadien, de programmation
locale et d'émissions d'information de qualité, sont toujours valides et
nécessitent un cadre règlementaire strict et cohérent. A propos des salles de
nouvelles, le syndicat de TVA-Montréal s'est dit déçu de l'abandon par le CRTC
du Code de déontologie qui avait été imposé à Quebecor. Ils ont également
dénoncé la diffusion en direct sur TVA, des nouvelles réalisées par LCN, ou
l'inverse. Une situation qui réduit la diversité des voix en information et
qui mélange la production d'une chaîne payante pour les téléspectateurs,
diffusée sur les ondes d'une télévision généraliste dont l'accès est...
gratuit.
    Enfin, concernant la programmation locale, les représentants de
TVA-Québec ont exigé le maintien d'une véritable production de 21 heures par
semaine pour leur station. Les journalistes Martin Everell et Carl Langelier
ont démontré, cotes d'écoute et sondage à l'appui, combien les téléspectateurs
de la Vieille Capitale apprécient l'information locale et les émissions qui
parlent de ce qui se passe dans leur région. En plus de répondre aux besoins
de la population, cela correspond aux objectifs élaborés par la législation.
Ces deux représentants sont venus demander au CRTC de prendre les mesures
nécessaires afin de s'assurer que la programmation régionale survivra et que
les journalistes auront les moyens d'exercer leur profession sans devenir des
hommes orchestres qui alimentent à toute vitesse toutes les plateformes de
l'empire Quebecor.

    Comptant 7000 membres dans les communications au Québec, le SCFP est
présent dans plusieurs autres secteurs, notamment la santé et les services
sociaux, l'éducation, les transports urbain et aérien, les sociétés d'Etat et
organismes publics québécois, l'énergie et les municipalités. Avec plus de 105
000 membres, le SCFP est le plus important affilié de la FTQ.

    Ce communiqué et d'autres infos sur le site scfp.qc.ca




Renseignements :

Renseignements: Alexandre Boulerice, (514) 384-9681, poste 270, cell.
(514) 668-7148; SOURCE: SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.