Au moins 24 journalistes et cyberdissidents arrêtés ou condamnés depuis le début de l'année 2008 : "A l'approche des Jeux olympiques, la répression s'accélère."



    MONTREAL, le 27 juin /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières a recensé
24 cas de journalistes, cyberdissidents et militants de la liberté
d'expression arrêtés ou condamnés à des peines de prison depuis le 1er janvier
2008. Par ailleurs, au moins 80 journalistes étrangers ont été entravés dans
leur travail, principalement dans les régions tibétaines et au Sichuan.
    "Où est l'ouverture tant promise par les organisateurs des Jeux
olympiques de Pékin et le Comité international olympique (CIO) ? Au contraire,
les JO sont plus que jamais un prétexte pour arrêter, condamner, harceler et
censurer. C'est une situation inadmissible qui traduit l'incapacité du CIO à
garantir un environnement favorable à un déroulement des JO conforme à la
Charte olympique", a affirmé l'organisation.
    L'année 2007 c'était terminée durement avec l'arrestation du célèbre
militant des droits de l'homme Hu Jia. Sa condamnation, début avril, à trois
ans et demi de prison a marqué le début de l'année 2008. Mais ils sont au
moins 23 autres journalistes, écrivains en ligne et militants de la liberté
d'expression à avoir été arrêtés par les forces de sécurité ou condamnés à des
peines de prison au cours des six derniers mois. Si les autorités ont fait des
gestes, en libérant notamment Ching Cheong et Yu Huafeng, elles n'ont pas pris
en compte la détérioration de l'état de santé en prison des écrivains Zhang
Jianhong, plus connu sous son nom de plume Li Hong, et Yang Maodong, plus
connu sous le nom de Guo Feixiong.
    Le terrible tremblement de terre du Sichuan n'aura pas non plus aidé à
freiner la répression. Le lendemain du séisme, le journaliste Qi Chonghuai
était condamné à quatre ans de prison. Et, en juin, Huang Qi, célèbre
responsable d'un site Internet dédié aux droits de l'homme, a été arrêté pour
avoir révélé l'arrestation de l'auteur de récits sur le tremblement de terre.
    On constate une répression accrue à l'encontre des militants témoignant
auprès des médias étrangers ou adressant des articles aux médias en chinois
basés à l'étranger. Il s'agit d'une campagne orchestrée par la Sécurité
publique et la Sécurité d'Etat pour intimider les militants des droits de
l'homme qui tenteraient de s'exprimer avant et pendant les JO.
    Reporters sans frontières a toujours fait de la libération des
journalistes, cyberdissidents et militants de la liberté d'expression
emprisonnés sa première revendication, avant même l'attribution des Jeux
olympiques à Pékin.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters Sans
Frontières Canada, (514) 521-4111, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.