Assez, c'est assez! - Le public exprime son appui au programme de dépistage universel de la surdité chez le nouveau-né



    La Coalition québécoise pour le dépistage universel de la surdité chez le
    nouveau-né demande au ministre de la Santé de financer un tel programme
    dès maintenant!

    MONTREAL, le 18 juin /CNW Telbec/ - Grâce à une pétition et une campagne
épistolaire, des milliers de personnes, d'organisations, de fondations et
d'associations ont pu faire entendre leur voix et dire : Oui! Nous appuyons la
création d'un programme de dépistage universel de la surdité chez le
nouveau-né (DUSN) au Québec.
    La déficience auditive est l'une des plus fréquentes anomalies
congénitales, frappant de 1 à 3 nouveau-nés sur 1000. Mais, au Québec, on ne
fait pas de test d'audition chez les nouveau-nés. Pourtant, la détection et le
traitement précoces de la déficience auditive font une énorme différence dans
la vie d'une personne qui en souffre. C'est pourquoi la plupart des provinces
canadiennes ont déjà des programmes de dépistage universel de la surdité chez
le nouveau-né. C'est pourquoi la Pologne a un programme de dépistage universel
de la surdité chez le nouveau-né. C'est pourquoi l'Estonie a un programme de
dépistage universel de la surdité chez le nouveau-né.
    Quand une déficience auditive est détectée tardivement chez un enfant,
elle peut entraîner une incapacité à communiquer par la parole, mais elle peut
aussi causer un retard de développement qui aura un impact sur les capacités
de l'enfant à apprendre et à devenir un citoyen productif et épanoui. Au bout
du compte, il en coûtera plus cher à la société, parce que l'enfant aura
besoin d'un enseignement particulier et éventuellement d'un soutien au revenu
en raison de sa faible employabilité.
    En février, l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)
publiait un rapport de 200 pages qui recommandait vivement la mise en place
immédiate d'un programme DUSN. Ce rapport, qui ironiquement avait été commandé
par le ministère de la Santé, a été rédigé par un groupe d'experts spécialisés
dans les troubles de l'audition. Ils ont étudié la question durant plus de
trois ans avant de faire leurs recommandations. Ce rapport est si complet
qu'il peut pratiquement servir de plan directeur : expliquant pourquoi un
programme de dépistage universel est essentiel; évaluant le coût d'un tel
programme; et décrivant l'infrastructure à mettre en place et le personnel à
embaucher.
    La réticence apparente du gouvernement à mettre en oeuvre les
recommandations du rapport et l'appui du public pour un programme DUSN ont
suscité une collaboration sans précédent des défenseurs de l'enfant, qui a
donné lieu à la création de la Coalition québécoise pour le dépistage de la
surdité chez le nouveau-né.
    Des parents, des enfants, des professionnels de la santé, ainsi que des
groupes, des organisations et des associations représentant les personnes
malentendantes ont uni leurs forces pour inciter le gouvernement du Québec à
donner suite aux recommandations de ses experts et à respecter les droits de
l'enfant de l'ONU.
    "Au nom de ses membres, l'Association des Pédiatres du Québec appui
fortement la position de l'Institut de santé publique du Québec (INSPQ) dans
le dépistage universel de la surdité congénitale pour l'implantation d'un tel
programme au Québec", dits Dre Thérèse Côté-Boileau, présidente de
l'Association des pédiatres du Québec
    "Assez, c'est assez", déclare la docteure Hema Patel, pédiatre à
L'Hôpital de Montréal pour enfants du CUSM et mère d'un enfant atteint de
surdité profonde. "Nous devons agir maintenant, parce que si nous ne le
faisons pas, des enfants nés avec des problèmes auditifs pourraient ne jamais
apprendre à parler. En négligeant de mettre en place un programme de dépistage
universel de la surdité chez le nouveau-né, nous contrevenons effectivement à
la déclaration des droits de l'enfant des Nations Unies."
    Madame Hurteau, audiologiste et membre du groupe d'experts de l'INSPQ,
explique : "Détecter la surdité chez un nouveau-né est rapide, facile et peu
coûteux. Et les mesures de réadaptation sont efficaces. Les enfants
malentendants qui sont diagnostiqués dans les premiers mois de leur vie et qui
bénéficient des mesures de réadaptation en temps opportun apprennent à
entendre, à parler et à communiquer normalement. Avec un investissement de 5
millions de dollars par année, un programme de dépistage universel de la
surdité chez le nouveau-né permettrait aux contribuables d'économiser 1,6
million de dollars annuellement. Financièrement, c'est une affaire de gros bon
sens."
    "La Coaliton souhaite travailler avec le docteur Couillard, ministre de
la Santé, pour lancer un programme DUSN. Ensemble, nous pouvons faire une
différence", dit monsieur Claudio Bussandri, homme d'affaires sourd profond et
président de la Coalition québécoise pour le dépistage universel de la surdité
chez le nouveau-né. "Les enfants malentendants pourront se développer à leur
plein potentiel et prendre la place qui leur revient au sein de la société
québécoise."




Renseignements :

Renseignements: Lisa Dutton, (514) 412-4307, Lisa.Dutton@muhc.mcgill.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.