Aspirations et habitudes de vie des jeunes de la région de la Capitale-Nationale - De grandes ambitions scolaires et un intérêt marqué pour les carrières en science et en technologie



    QUEBEC, le 30 avr. /CNW Telbec/ - Les jeunes de la région de la
Capitale-Nationale nourrissent de grandes ambitions à l'égard de leur
cheminement scolaire et démontrent un intérêt marqué pour les sciences et la
technologie, toutes choses qu'il faudrait chercher à encourager et à exploiter
davantage. Ce faisant, la région agirait de façon positive sur la persévérance
scolaire et pourrait accroître son taux de diplomation après sept ans, taux
qui se situait à 75,3 % en 2007.
    Tel est le constat que dressent la Conférence régionale des élus de la
Capitale-Nationale et la Direction de santé publique de l'Agence de la santé
et des services sociaux de la Capitale-Nationale qui ont rendu public, ce
matin, le portrait Etre jeune aujourd'hui : habitudes de vie et aspirations
des jeunes des régions de la Capitale-Nationale, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et
des Laurentides. Ce document présente les premiers résultats d'une vaste
enquête réalisée au printemps 2008 à la demande d'organismes qui ont entrepris
de se mobiliser et d'agir en faveur de la persévérance scolaire dans l'une ou
l'autre des trois régions concernées. Dans la Capitale-Nationale, 1 420 élèves
âgés de 12 à 18 ans et fréquentant un établissement de niveau secondaire,
qu'il soit public ou privé, francophone ou anglophone, ont été interrogés.

    Une situation encourageante

    L'un des premiers constats qui se dégage, c'est qu'environ huit jeunes
sur dix souhaitent continuer leurs études au-delà du secondaire. Fait plus
intéressant à souligner encore, la proportion des garçons qui désirent se
rendre jusqu'à l'université s'élève à 52,1 %, ce qui représente presque 10
points de pourcentage de plus qu'au Saguenay-Lac-Saint-Jean (42,9 %). Du côté
des filles, chez qui l'on observe généralement des aspirations scolaires plus
élevées que chez leurs camarades masculins, cette proportion atteint 63,8 %.
Retenons, enfin, que trois jeunes sur cinq (60,2 %) envisagent poursuivre
leurs études dans un domaine lié aux sciences et aux technologies, proportion
qui s'avère significativement plus élevée que dans les Laurentides (52,0 %).
    L'intérêt que manifestent les jeunes de la région à l'égard de leur vécu
scolaire est confirmé par d'autres données. Ainsi, l'enquête révèle que les
résultats académiques (38,8 %) et le choix de programme scolaire (24,7 %)
arrivent en tête de liste de leurs sujets de préoccupation, bien avant les
peines d'amour (13,7 %) et la solitude (9,0 %). Par ailleurs, une majorité de
jeunes (61,8 %) ne démontrent pas de comportement négatif envers l'école.
    Du côté des habitudes de vie, les résultats montrent qu'une proportion
relativement importante de jeunes adoptent des comportements sains qui sont
favorables à leur épanouissement personnel, à leur santé, à leur réussite
scolaire et à leur insertion sociale. A titre d'exemple, la grande majorité
d'entre eux ne fument pas (85,8 %) et ne présentent aucun problème lié à la
consommation d'alcool et de drogues (84,5 %).

    Des problématiques à documenter

    Malgré les données encourageantes recueillies dans le cadre de l'enquête,
les organismes impliqués dans l'Entente spécifique pour la persévérance et la
réussite scolaires et les cheminements en science et en technologie dans la
région de la Capitale-Nationale demeurent perplexes à l'endroit de certains
résultats. Ils s'étonnent, notamment, de l'écart considérable observé entre
les intentions et la réalité en matière de carrières scientifiques. En effet,
malgré l'intérêt manifesté par les jeunes envers celles-ci, seulement 30 % des
diplômes décernés au collégial et à l'université sont reliés aux sciences et à
la santé dans la région. Les partenaires de l'entente estiment par ailleurs
que la région pourrait améliorer son taux de diplomation après sept ans, même
s'il est déjà le 2e meilleur au Québec.
    Voilà pourquoi ils ont demandé aux chercheurs d'ECOBES, qui ont réalisé
l'enquête, de mener des analyses plus approfondies sur certaines
problématiques bien précises, soit l'engagement scolaire comportemental et le
soutien affectif parental - qui constituent deux variables importantes
associées au succès dans les études -, ainsi que la poursuite d'une carrière
en science et en technologie. Trois monographies seront produites sur ces
sujets d'ici l'hiver prochain et permettront de bien identifier les actions à
mener en priorité dans ces domaines au cours des prochaines années.

    Mieux comprendre pour agir plus efficacement

    Comme le rapporte la directrice générale de la Conférence régionale des
élus de la Capitale-Nationale, l'enquête vient répondre à l'un des objectifs
formulés dans l'entente spécifique qui consiste à mieux comprendre la
situation des jeunes. "Ce que nous souhaitons faire, grâce à cette enquête,
c'est permettre aux 27 signataires de l'entente de se doter d'une vision
commune de ce que vivent et ressentent les jeunes de notre région, explique
Mme Josée Tremblay. Il faut se rappeler que notre démarche s'inscrit dans un
effort visant à mobiliser les acteurs de tous les milieux, i.e. scolaire,
sociosanitaire, municipal et communautaire, afin qu'ils interviennent de façon
plus efficace auprès des jeunes. Ultimement, nous voulons réduire, voire
prévenir la fréquence de divers comportements et habitudes de vie qui
présentent un risque pour leur réussite éducative, leur santé et leur
épanouissement."
    "Puisque nous savons qu'une action concertée est porteuse et que les
secteurs de l'éducation et de la santé s'unissent aujourd'hui pour mieux
connaître le portrait des jeunes de la région, nous sommes fort heureux de
cette initiative. Nous avons enrichi notre savoir et, bientôt, nous pourrons
agir avec plus de données scientifiques, ce qui renforcera l'efficacité de nos
actions, les secteurs de la santé et de l'éducation étant intimement liés en
ce qui a trait aux jeunes", estime pour sa part le Docteur François Desbiens,
directeur régional de santé publique à l'Agence de la santé et des services
sociaux de la Capitale-Nationale.

    Méthodologie

    Quelques précisions, en terminant, sur l'enquête interrégionale dont est
issu le portrait Etre jeune aujourd'hui. Dans la région de la
Capitale-Nationale, le taux de réponse se situe à 51,9 %, 1 420 élèves sur les
2 817 échantillonnés au départ ayant complété le questionnaire. Les
participants disposaient de deux périodes de cours pour répondre aux 157
questions qui leur étaient posées. La marge d'erreur est estimée à +/- 2,3 %
pour une proportion de 30 %.
    Il est possible de consulter le portrait en ligne en se rendant sur le
site La persévérance ... c'est capital ! à l'adresse
www.perseverancecapitale.ning.com.

    Une <a href="http://files.newswire.ca/801/Faits_saillants_CRECN.pdf">fiche d'information</a> présentant les faits saillants du portrait est
jointe au communiqué.




Renseignements :

Renseignements: Josée Tremblay, Directrice générale, Conférence
régionale des élus de la Capitale-Nationale, (418) 529-8475; Marco Gaudreault,
Chercheur ECOBES, (418) 881-3895; Sources: Hélène Lapointe, Conseillère en
communication, Conférence régionale des élus de la Capitale-Nationale, (418)
529-8475; Pierre Lafleur, Directeur des affaires corporatives et des
communications, Agence de la santé et des services sociaux de la
Capitale-Nationale, (418) 525-1452

Profil de l'entreprise

Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Capitale-Nationale

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.