Ascension bénéfice du mont Acotango en Bolivie au profit des tout-petits de la DPJ : 6 056 mètres d'espoir !



    
                             Objectif : 75 000 $
    

    MONTREAL, le 8 avr. /CNW Telbec/ - Du 12 au 25 septembre 2009, vingt
personnes, préoccupées par le sort des tout-petits de la DPJ, graviront le
Mont Acotango en Bolivie, sous la supervision du groupe les Karavaniers. Ces
grimpeurs lancent un appel à la population pour les soutenir dans leur
démarche pour récolter 75 000$. Ce montant financera divers projets pour
améliorer le bien-être des enfants et pour aider leurs parents. Les personnes
qui veulent faire un don peuvent contacter directement la Fondation du Centre
jeunesse de Montréal au 514 593-2676.

    Charles Tisseyre se lance un nouveau défi

    Le journaliste scientifique et animateur de l'émission Découverte à
Radio-Canada, M. Charles Tisseyre, fera l'ascension de l'Acotango avec
l'équipe de grimpeurs. On se souviendra que sa tentative de gravir le mont
Mera s'était soldée par un abandon en raison d'un problème de santé. Après une
mise en forme, M. Tisseyre se dit confiant de relever ce nouveau défi. Le fait
d'endosser la cause des tout-petits de la DPJ et de jouer le rôle de
porte-parole lui donne une double raison de s'engager dans cette nouvelle
aventure.
    M. Tisseyre est convaincu de la nécessité que chaque enfant puisse
évoluer dans un milieu sain, stimulant et stable. D'ailleurs, les recherches
sur la théorie de l'attachement le confirment. M. Tisseyre affirme que "la
tendre enfance est la période la plus importante de la vie. C'est à cet âge
que se construisent l'estime de soi et la confiance envers les autres, bases
d'un sain équilibre. S'il y a de graves lacunes durant ces premières années,
l'enfant pourra en être affecté, entraînant de sérieux problèmes à
l'adolescence et à l'âge adulte. Quand des enfants traversent des eaux
troubles, il faut tout faire pour les aider. Je me sens donc privilégié de
participer avec mes camarades à cette ascension."

    Pourquoi cette implication ?

    Chaque année, à Montréal, plus de 1 200 nouveaux signalements pour des
enfants de 0 à 5 ans sont retenus par la DPJ. Ils sont près de 3 500 petits à
recevoir annuellement des services du Centre jeunesse de Montréal - Institut
universitaire (CMJ-IU). Des bébés arrivent au CJM-IU en état grave de
déshydratation, ils n'ont pas bu ni mangé à leur faim. Certains présentent des
ecchymoses sur leur corps ou ont un membre brisé. Des poupons ont des traces
de cocaine dans leur urine. Des enfants n'ont pas appris à parler. D'autres
ont peur des adultes ou ne leur font plus confiance car ils ont trop vécu de
rejets. Ils ne sourient pas, ne pleurent pas.
    Les professionnels du CJM-IU interviennent auprès des tout-petits et de
leurs parents. Ils soutiennent ces derniers afin qu'ils puissent se reprendre
en main et développer ou retrouver leurs capacités à bien prendre soin de leur
enfant. Si cela s'avère impossible, les enfants sont alors confiés à un membre
de la famille élargie, à une personne significative pour l'enfant ou à une
famille d'accueil.

    Un appel à la solidarité : un objectif de 75 000 $

    La direction de la protection de la jeunesse et les intervenants ne
peuvent, à eux seuls, guérir tous les maux des familles. Ils ont besoin du
soutien de toutes les personnes qui ont à coeur le sort des enfants et qui
veulent leur donner de l'espoir. Chacun de nous peut faire une différence dans
le parcours d'un enfant et contrer ainsi la maltraitance.
    Les grimpeurs font appel à la générosité des Montréalais et des
Montréalaises. Ils se lancent le défi de l'Acotango et attendent vos dons qui
seront recueillis par la Fondation du Centre jeunesse de Montréal.
    Déjà, plusieurs commanditaires ont répondu à l'appel : Sanofi-Aventis,
commanditaire principal, Energie-Cardio, la Banque Scotia, les agents
immobiliers de La Capitale, Tremblay & Falduty, Le Journal de Montréal ainsi
que Telus.

    Le CJM-IU offre des services aux enfants et aux jeunes qui ont vécu de
graves traumatismes. Certains ont été négligés, abandonnés, victimes de
violence psychologique, physique ou sexuele. Des enfants ont été confrontés à
des difficultés familiales majeures : pauvreté, violence conjugale, problème
de santé mentale, toxicomanie, etc. Des jeunes présentent des troubles de
comportement graves et, malgré les efforts de leurs parents, ils ne
réussissent pas à se reprendre en main. Notre établissement offre également
tout le soutien aux parents. La fondation du Centre jeunesse de Montréal
recueil e des fonds pour développer des projets complémentaires mais combien
nécessaires au développement des enfants et jeunes de la DJP.




Renseignements :

Renseignements: Jocelyne Boudreault, Centre jeunesse de Montréal -
Institut universitaire, (514) 593-2730, (514) 209-9943

Profil de l'entreprise

Centre jeunesse de Montréal - Institut universitaire (CJM-IU)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.