Argentine - Un journaliste harcelé et menacé de mort après avoir mis en cause des fonctionnaires



    MONTREAL, le 23 sept. /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières exprime
son inquiétude concernant la situation de Juan Carlos Parada, collaborateur du
quotidien régional Rio Negro et de la station de radio FM Patagonia, à Chos
Malal (province de Neuquén, Sud-Ouest), victime depuis mai 2008 de menaces de
mort répétées. Celles-ci pourraient être liées à ses révélations concernant
des affaires de corruption mettant en cause des fonctionnaires locaux ainsi
que des abus policiers.
    "Juan Carlos Parada aurait-il survécu à un ultimatum d'assassinat lancé
contre lui s'il n'avait pas été placé sous protection policière ? Cette
lumière est nécessaire mais elle ne suffit pas. Les révélations qui pourraient
être à l'origine de cette campagne de terreur contre le journaliste doivent
être exploitées comme autant de pistes possibles dans l'enquête. Nous
demandons aux autorités de confondre et de punir rapidement le ou les auteurs
de ces menaces", a déclaré Reporters sans frontières.
    Juan Carlos Parada a confié à l'organisation avoir, le 3 mai 2008, reçu
trois appels à son domicile, l'avertissant notamment de renoncer à toute
enquête à caractère politique, s'il ne voulait pas voir "le sang couler". En
juillet, il s'est vu intimer l'ordre d'arrêter ses activités professionnelles.
Il a également été menacé de "payer" lors d'autres appels anonymes. Quelques
jours auparavant, des annonceurs avaient, eux aussi, été victimes
d'intimidations visant à la suspension de leur collaboration avec la radio
employant le journaliste. La voiture de Juan Carlos Parada a ensuite été
trafiquée et endommagée. Les menaces ont atteint leur paroxysme le
5 septembre, avec un ultimatum, fixant la date de l'assassinat de Juan Carlos
Parada au 15 septembre.
    Le journaliste vit aujourd'hui sous protection de la police provinciale.
Il dit être certain que son domicile est sous surveillance. Selon lui, un
député venu discrètement lui rendre visite en témoignage de soutien a été
menacé aussitôt après. Ses craintes portent également sur la sécurité de son
épouse, employée de l'administration judiciaire, et de sa fille, mentionnées
dans un appel anonyme.
    Juan Carlos Parada a été à l'origine de révélations sur des affaires de
violences policières et d'irrégularités au sein de la justice locale et de la
municipalité. Il avait notamment témoigné contre l'ancien directeur de la
station LRA 52 Radio Nacional, mis en cause pour des faits de corruption. Le
journaliste s'est dit convaincu de l'existence d'un lien entre ces
dénonciations et et les menaces dont il est la cible.
    Juan Carlos Parada n'est pas le seul journaliste dans cette situation.
Reporters sans frontières espère également que toute la lumière sera faite sur
le récent attentat perpétré contre le domicile du correspondant de la chaîne
latino-américaine Telesur, Edgardo Esteban, le 11 septembre 2008 à Buenos
Aires (voir la brève du 12 septembre 2008), ainsi que sur les actes de
sabotage contre la station LRA 29 Radio Nacional San Luis (dans le province du
même nom, Ouest).




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières Canada, (514) 521-4111, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.