Amélioration de l'accès aux tribunaux - Le Barreau du Québec estime que la simplification des procédures et la réduction des coûts s'imposent



    QUEBEC, le 20 fév. /CNW Telbec/ - "Les citoyens doivent avoir les moyens
de recourir aux tribunaux et doivent satisfaire leurs attentes légitimes
d'efficacité. Fini le temps des procédures interminables. Bienvenue au langage
clair et concis. Dans certains cas et à certaines étapes, l'oralité plutôt que
l'écrit permettrait d'économiser beaucoup de temps. Les règles de procédure
civile des tribunaux doivent être au service des droits des citoyens, et ne
pas constituer des embûches. Les enjeux doivent être circonscrits et la
longueur des débats proportionnels aux montants en litige. En somme, quand une
cause est simple, la procédure doit être simple alors qu'actuellement, elle
est souvent la même que pour une cause très complexe. En simplifiant les
procédures, il en résultera nécessairement une réduction des coûts". C'est en
ces termes que le bâtonnier du Québec, Me J. Michel Doyon résume les
recommandations du Barreau du Québec, suite à la réforme du Code de procédure
civile du Québec, présentement évaluée en commission parlementaire.

    Pour une justice humaine, accessible à la classe moyenne, dans toutes les
régions

    Au cours des dernières années, les modes amiables de règlement de litiges
ont pris de l'ampleur au Québec. Les intervenants du système judiciaire
assistent à l'émergence d'une nouvelle réalité sociale. Les conférences de
règlement à l'amiable, offertes sans frais, et menées par les juges, répondent
parfaitement à cette nouvelle réalité. Cela fonctionne déjà très bien à Québec
et à Montréal. Par ailleurs, force est de constater que ce service est
inégalement offert dans les autres districts judiciaires.
    Le Barreau suggère d'intégrer la conférence de règlement à l'amiable dès
le début du processus judiciaire, bien que les parties pourraient aussi y
avoir recours à deux autres stades du déroulement d'une cause.
    Les citoyens pourraient également avoir le choix de recourir aux services
d'un médiateur privé accrédité ou ceux déjà offerts par la cour. Les frais
d'une telle médiation privée seraient payés à parts égales par les parties. A
cet égard, le Barreau préconise d'ailleurs l'adoption d'un tarif raisonnable.

    Des moyens concrets plus expéditifs pour gérer les causes

    Le Barreau du Québec tient à souligner les excellentes initiatives du
ministère de la Justice du Québec et de la Cour supérieure mises en place
récemment pour permettre un accès à la justice à moindre coût, notamment les
façons concrètes de gérer les ententes des parties sur le déroulement de la
cause.
    Par exemple, un des grands succès de la Réforme du Code de procédure
civile de 2003 a été la formation des avocats et des juges sur l'utilisation
des ententes dans le déroulement d'une cause, ce qui implique de préciser
davantage le contenu des ententes en termes de durée, de nombre, d'objet, de
coût, de conditions générales des interrogatoires préalables et des
expertises.
    Le Barreau déplore toutefois que ces pratiques plus efficaces soient
actuellement difficiles à implanter en région, dû au manque de ressources :
celles-ci devraient en effet bénéficier d'un juge assigné à la gestion des
causes à une fréquence régulière, selon les différents besoins des régions.
    Comme les rôles d'audition sont surchargés, les conférences téléphoniques
et les vidéoconférences pourraient s'avérer des solutions fort intéressantes
pour réduire à la fois les coûts et les délais.

    L'expert unique

    Dans les causes simples, le juge peut proposer qu'un expert unique
suffira plutôt qu'une kyrielle d'experts, sans pour autant sacrifier la
justice à l'autel de la rapidité. Le Barreau du Québec est donc favorable à
l'utilisation accrue de "l'expert commun de consentement entre les parties" et
salue l'initiative de la magistrature et des avocats qui s'engagent dans
l'élaboration d'un projet pilote à ce sujet.

    La justice sur rendez-vous

    D'autres mesures de facilitation consistent à ne plus convoquer toutes
les causes à la même heure, ou à réserver certains jours et certaines plages
horaires à certaines procédures ou stades du déroulement d'une cause. Le
Barreau félicite d'ailleurs les juges qui ont commencé à appliquer ces
mesures.

    Inscription et déroulement d'une cause : se dépêcher pour attendre...

    Le Barreau du Québec insiste pour modifier la règle actuelle dite "des
180 jours" qui impose aux parties en cause de se préparer complètement dans ce
délai, mais qui doivent ensuite attendre parfois plus d'une année avant que la
cause soit entendue par un juge.
    Par ailleurs, lorsque des rapports d'experts sont requis, ce délai de  
180 jours s'avère parfois trop court et des reports doivent être demandés, ce
qui entraîne d'autres coûts. Ces demandes de prolongation pourraient toutefois
devenir moins coûteuses si, dans les cas où elles ne sont pas contestées,
elles étaient entendues par un greffier spécial plutôt que par un juge.

    Payer avant... plutôt que pendant et après ?

    Le Barreau déplore vivement le fait que la règle des 180 jours ait pour
effet que le citoyen doit payer, dans ce court délai, tous les frais liés à sa
cause (avocat, procédures, expert, coûts de la cour, etc.) plutôt que de les
étaler durant la période entière du déroulement de sa cause.

    Recours collectif :
    un outil essentiel pour la justice sociale, mais attention aux recours
frivoles

    Depuis 2005, soit depuis la création de la Chambre des recours collectifs
et depuis que le juge en chef de la Cour supérieure a décrété que tous les
recours collectifs seraient soumis à une gestion particulière des causes dès
le dépôt de la requête pour autorisation d'exercer un recours collectif, le
déroulement d'un recours collectif s'est amélioré de façon considérable.
    Le Barreau du Québec a cependant des recommandations à faire pour
améliorer le système en place dans le cadre et l'esprit de la réforme, tout en
tenant compte des intérêts des justiciables et des impératifs d'une saine
administration de la justice.
    Le Barreau considère qu'il serait souhaitable d'encadrer davantage la
présentation d'une preuve appropriée afin de répondre aux soucis exprimés
quant aux coûts, et ce par le biais d'ententes entre les parties pour procéder
à l'interrogatoire du requérant, sans la nécessité d'obtenir chaque fois la
permission du juge de gestion de la cause et ainsi mobiliser inutilement les
ressources judiciaires. De plus, cette mesure ferait en sorte que ces demandes
soient davantage entendues et tranchées avant l'audition de la requête pour
autorisation d'exercer un recours collectif.
    D'autre part, le Barreau recommande de rendre le requérant d'un recours
collectif un peu plus imputable. Il faut en effet éviter qu'un recours soit
autorisé sur la foi d'éléments qui s'avèreraient inexacts en cours de route et
qui auraient pu être découverts au stade de l'autorisation par le biais d'un
interrogatoire, et non pas quelques années plus tard alors que les parties
auraient déjà engagé inutilement des frais importants, sans parler des
ressources judiciaires mobilisées indûment.
    A cet égard, le Barreau est d'avis que la tenue d'interrogatoires hors
cour peut, dans certains dossiers, permettre de mieux filtrer les recours
frivoles. La tenue d'interrogatoires, ou le dépôt de l'affidavit d'un intimé,
peut être compatible avec les objectifs de la réforme dans la mesure où ils
sont limités aux conditions de l'autorisation et encadrés au besoin quant à
leur nombre et leur durée. Dans certains cas, cette mesure pourrait même
favoriser un règlement hors cour avant l'audition de la cause.

    Droit d'appel concernant le rejet ou l'autorisation d'un recours
collectif

    Actuellement, l'article 1010 du Code de procédure civile, donne un droit
d'appel lorsqu'un juge refuse d'autoriser un recours collectif, mais ne donne
pas de droit d'appel lorsque le recours collectif est autorisé. Cette
situation a suscité et continue de susciter une vive controverse, bien que
l'objectif était de favoriser la rapidité et l'accès à la justice.
    Le Barreau propose de conserver le droit d'appel lorsqu'il y a refus,
mais dans une forme atténuée, c'est-à-dire en permettant qu'il y ait aussi
possibilité d'en appeler, sur permission, d'une autorisation de recours
collectif. Il n'y aurait pas lieu de craindre les délais indus occasionnés par
des avocats de la défense qui tenteraient d'en user systématiquement puisque
si un appel sur permission était rejeté, la position des avocats en demande
serait renforcée d'autant sur le plan symbolique.

    Conclusion

    Et le bâtonnier de conclure : "Cinq ans après l'implantation de la
réforme du Code de procédure civile, la mentalité des avocats a évolué. La
nouvelle culture judiciaire s'installe et les avocats doivent continuer à
modifier leur façon traditionnelle de faire les choses. Il est par ailleurs
évident que le Québec manque de juges, dans toutes les régions. Combler cette
lacune serait déjà un important pas à faire pour réduire les délais. Cela dit,
le Barreau du Québec félicite de nombreux juges qui ont déjà déployé beaucoup
d'efforts pour mettre en place des mesures concrètes d'amélioration. Enfin, le
Barreau insiste sur l'importance de compléter la réforme du Code de procédure
civile dans son ensemble, et ce, le plus tôt possible."




Renseignements :

Renseignements: Sylvie Berthiaume, Coordonnatrice des communications,
(514) 831-7811


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.