Alors que Québec atteindra les objectifs de Kyoto en 2012 Ottawa fait trop peu, trop tard



    MONTREAL, le 6 déc. /CNW Telbec/ - Greenpeace accueille favorablement les
nouvelles cibles chiffrées de réduction de gaz à effet de serre (GES),
annoncées aujourd'hui par le gouvernement du Québec en préparation à la
Conférence de Bali, et qui ont pour but d'atteindre nos engagements envers le
protocole de Kyoto. En effet, Québec souhaite réduire ses émissions de GES de
6 % d'ici 2012 et ce, sous les niveaux enregistrés en 1990.
    "Le plan de Québec est aux antipodes de celui d'Ottawa", explique
Arthur Sandborn, responsable de la campagne Climat et Energie de Greenpeace.
"Trois ans après l'entrée en vigueur du Protocole de Kyoto, Ottawa refuse
toujours d'atteindre les cibles de réduction chiffrées prévues dans cette
entente internationale. Or, l'atteinte rapide de ses cibles conjuguées avec
les résultats éventuels de la taxe sur les hydrocarbures donne une chance
réelle à Québec d'atteindre les objectifs de Kyoto".
    Les nouvelles mesures annoncées par la ministre de l'Environnement,
Line Beauchamp, visent l'élimination de quelque 4,5 M de tonnes de plus de GES
d'ici 2012. Ces mesures couvrent autant l'efficacité énergétique que la
conversion du mazout lourd vers des sources d'énergie plus propres ou
renouvelables, la captation d'émissions produites par les matières
résiduelles, le transport, les nouvelles technologies, etc.
    "Le plan de Québec constitue sans l'ombre d'un doute un pas dans la bonne
direction", lance Arthur Sandborn. Cependant, Greenpeace rappelle au
gouvernement du Québec que la réduction de 6 % telle que projetée doit être
atteinte avant 2012 pour officiellement rencontrer les objectifs de Kyoto, ce
qui représente une réduction moyenne de 6 % entre 2008 et 2012. "Il faut
mettre les bouchées doubles et agir rapidement. Attendre à la dernière minute
pour la mise en place de ces mesures ne constitue tout simplement pas une
option".
    Greenpeace constate malheureusement que les efforts déployés par le
gouvernement du Québec ne permettront pas au Canada de respecter ses
engagements internationaux, car ces efforts se heurtent continuellement aux
tentatives de sabotage du protocole de Kyoto par le gouvernement conservateur
de Stephen Harper. "Le Canada doit changer de direction et tout faire pour
atteindre les objectifs tels que prescrits dans le Protocole de Kyoto", exige
Arthur Sandborn. "Le Canada figure au rang des pires pays en matière de lutte
aux changements climatiques.
    Avec des augmentations de GES de 25 % en 17 ans au Canada, en grande
partie en raison de l'utilisation du pétrole et du gaz naturel ainsi que
l'exploitation des sables bitumineux, les efforts des Québécois et de leur
gouvernement ainsi que ceux d'autres acteurs canadiens pour réduire les
émissions de GES se retrouvent complètement anéantis".
    Greenpeace invite Ottawa, lors de la Conférence des parties sur les
changements climatiques de Bali, à briser son isolement sur la scène
internationale et à rejoindre la vaste majorité des pays industrialisés dans
la lutte aux changements climatiques.




Renseignements :

Renseignements: Jocelyn Desjardins, Communication/relations publiques,
Greenpeace, (514) 212-5749; Arthur Sandborn, Campage Climat et Energie,
Greenpeace, (514) 235-5955

Profil de l'entreprise

Greenpeace

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.