Agglomération de Longueuil - Les élus de Longueuil, Boucherville et Brossard demandent au gouvernement Charest de respecter leur consensus et de mettre en application leur demande d'amendements législatifs



    LONGUEUIL, QC, le 15 juin /CNW Telbec/ - Le maire de Longueuil et
président du conseil d'agglomération, M. Claude Gladu, la mairesse de
Boucherville, Mme Francine Gadbois et le représentant de la majorité élue de
la Ville de Brossard, M. Serge Séguin doutent sérieusement de la cohérence du
cheminement de la ministre des Affaires municipales et des Régions à l'égard
du dossier de l'agglomération de Longueuil à la suite de la rencontre tenue à
sa demande hier à Québec avec les maires des villes liées au sein de la
structure d'agglomération.
    "Plutôt que de nous faire progresser collectivement vers des solutions
viables pour nos concitoyens, cette rencontre nous replonge dans un contexte
de tiraillement de structure et de gouvernance. Les hypothèses évoquées par
les maires dissidents vont à l'encontre des voeux du gouvernement de préserver
la structure d'agglomération et auraient pour effet d'alourdir encore
davantage le compte de taxe de tous les contribuables des villes liées", a
déclaré le maire et président du conseil d'agglomération, M. Claude Gladu.
    "Depuis l'imposition par Québec de la structure d'agglomération en
janvier 2006, la ministre des Affaires municipales insiste pour que nous
fassions preuve d'ouverture et que nous trouvions localement des solutions
adaptées à nos réalités municipales, poursuit le maire Gladu. Or, c'est
précisément ce que nous avons fait avec ouverture et bonne volonté. Jamais
aucun maire de l'agglomération n'a été exclu de nos travaux", s'insurge-t-il.
    Bien au contraire, le maire de Longueuil et président du conseil de
l'agglomération n'a jamais cessé depuis 2006 d'inviter les villes partenaires
à la collaboration et au dialogue. Il est utile de rappeler que les maires de
Brossard, de Saint-Bruno-de-Montarville et de Saint-Lambert ont
systématiquement refusé de participer à cet exercice, préférant créer leur
propre groupe de réflexion à l'extérieur de la structure légitime qui les lie
au sein de l'agglomération selon la loi.
    "Les maires dissidents proposent aujourd'hui la création d'une nouvelle
structure qui ne viendrait tout compte fait que chapeauter la structure
existante, c'est-à-dire, une Conférence des maires dotée d'un secrétariat qui
coûterait selon leur propre évaluation sept millions de dollars additionnels
par année aux contribuables. A titre d'élue responsable et de gestionnaire de
fonds publics, cela m'apparaît totalement inacceptable", soutient pour sa part
la mairesse de Boucherville, Francine Gadbois.
    Contrairement à la prétention des trois maires dissidents, les coûts de
cette structure ne seraient pas récupérés par des économies au sein du conseil
d'agglomération. Ce sont des coûts supplémentaires et parfaitement inutiles
selon elle. "Nous avons prouvé depuis l'automne que le dialogue était possible
entre nous au sein de l'actuelle structure. J'ai défendu les intérêts de mes
concitoyens et nous nous entendons sur l'importance de la plus grande
autonomie possible de chacune de nos villes. C'est une question de volonté de
négociation", dit Mme Gadbois.
    De son côté, le représentant de la majorité de Brossard, M. Serge Séguin
indique à la ministre que le maire Pelletier n'est pas représentatif de la
volonté des élus de la municipalité. "Il n'agit pas en notre nom et son
comportement au sein du conseil d'agglomération est dénoncé à chacune de nos
rencontres".
    Les maires de Longueuil et de Boucherville ainsi que le représentant de
Brossard rappellent à la ministre, qu'ensemble, ils représentent 88 % de la
population et 83 % de la valeur foncière de l'agglomération et que leur
démarche s'est déroulée en toute légitimité, dans le respect de la loi
constituante et dans le meilleur intérêt des villes liées.
    Dans les circonstances, ils lui demandent formellement de mettre en
oeuvre intégralement leur consensus et leur demande d'amendements législatifs
déposée dans le cadre de la loi 6, dont le maintien du coefficient de 0,48
relatif au potentiel fiscal. Les élus majoritaires de l'agglomération estiment
également que la ministre doit cesser de tergiverser sur des demandes de
création d'une nouvelle structure coûteuse provenant de deux villes dont l'une
demande son retrait pur et simple de l'agglomération.
    "C'est un appel à la constance et à la cohérence que nous lançons au
gouvernement Charest" concluent Mme Gadbois ainsi que MM. Gladu et Séguin.




Renseignements :

Renseignements: François Laramée, Directeur des communications, (450)
463-7005


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.