Agence des infrastructures - Le gouvernement Charest fait marche arrière



    QUEBEC, le 2 juin /CNW Telbec/ - Le Syndicat de la fonction publique du
Québec (SFPQ) se réjouit de constater que le gouvernement Charest ne veut plus
aller de l'avant avec son idée controversée de créer une agence hors fonction
publique, chargée d'assumer la gestion des structures routières du Québec.
Selon un article publié hier dans le journal La Presse, le gouvernement
n'aurait plus l'intention de créer une équipe entièrement dédiée à l'entretien
des structures routières, comme le lui suggérait la Commission Johnson. Le
SFPQ a toujours insisté sur la nécessité de rassembler cette équipe au sein
d'une seule et même direction du ministère des Transports du Québec (MTQ).
    Selon la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau, la création de
cette structure gouvernementale supplémentaire n'aurait été qu'une tactique du
gouvernement Charest pour réduire artificiellement la taille de la fonction
publique et pour soustraire une nouvelle partie de l'activité gouvernementale
du périmètre d'application de la Loi sur la fonction publique.
    D'ailleurs, contrairement à ce qu'a laissé croire le gouvernement, le
rapport de la Commission Johnson ne se prononce d'aucune façon sur la
nécessité de créer une agence hors fonction publique. Le rapport recommandait
plutôt de préciser les responsabilités, les fonctions et les rôles respectifs
des divers intervenants responsables de l'entretien des structures routières
et de créer une équipe qui y soit dédiée, tout en évitant l'éparpillement. Or,
de l'avis de Lucie Martineau, le transfert de la gestion des structures
routières à une éventuelle agence hors fonction publique compliquerait
davantage la situation plutôt que de l'améliorer, et ce, en ajoutant un nouvel
intervenant au dossier.

    Loi sur la fonction publique

    Le SFPQ rappelle que soustraire la gestion des structures routières de
l'application de la Loi sur la fonction publique amène plusieurs questions
fondamentales. En effet, cette loi offre aux citoyennes et aux citoyens de
nombreuses garanties, notamment en ce qui concerne l'imputabilité de la
fonction publique, le développement optimal des ressources humaines, l'égalité
d'accès de tous les citoyens aux emplois de la fonction publique et le
caractère impartial et équitable de celle-ci. "De plus, la création d'une
telle agence aurait engendré une déresponsabilisation des décideurs politiques
au profit d'un conseil d'administration oeuvrant dans l'ombre et dont les
membres seraient la plupart du temps nommés en fonction de leurs allégeances
politiques", ajoute Lucie Martineau.
    "Cette agence des structures routières, telle que proposée par le
gouvernement Charest, n'aurait pas été soumise au Règlement sur les contrats
d'approvisionnement des organismes publics, soutient la leader syndicale.
L'Agence aurait décidé elle-même des règles de gestion contractuelles
entraînant également un affaiblissement des mécanismes de reddition de compte
par rapport à la situation actuelle".
    Pour toutes ces raisons, le SFPQ se réjouit de constater l'abandon du
controversé projet d'agence de gestion des structures routières. "Le
gouvernement Charest doit plutôt s'assurer de redonner au ministère des
Transports les moyens et les ressources humaines qui lui permettraient de
s'acquitter adéquatement de ses responsabilités", conclut Lucie Martineau.




Renseignements :

Renseignements: Eric Lévesque, Responsable des relations avec les
médias, (418) 623-2424, poste 338, Cell.: (418) 564-4150


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.