Afin d'éviter une véritable catastrophe alimentaire mondiale - La Coop fédérée et le momagri se positionnent sur les négociations actuelles du cycle de Doha à l'OMC



    MONTREAL, le 25 févr. /CNW Telbec/ - La Coop fédérée et le Mouvement pour
une Organisation Mondiale de l'Agriculture (momagri) conviennent que pour
éviter une véritable catastrophe alimentaire mondiale, il faut retirer la
question agricole des négociations actuelles du cycle de Doha à l'OMC. Telle
est la conclusion de la présentation de M. Jacques Carles, directeur général
du momagri, lequel était invité à présenter son organisation et ses
réalisations dans le cadre des assises annuelles de La Coop fédérée.
    "L'agriculture est le seul secteur économique dans lequel le dumping, à
savoir la vente à perte, est institutionnalisé. Les marchés des produits
agricoles ne suivent pas les mêmes lois que ceux des produits manufacturés ou
des services. Ils sont soumis à une extrême volatilité des prix qui menace la
viabilité de toutes les économies agricoles. Les agriculteurs ne peuvent pas
remplir leur mission nourricière dans un marché devenu totalement chaotique.
Ils ont besoin de prévisibilité que seule une politique agricole
internationale régulant les marchés pourra leur apporter", d'ajouter M.
Carles.
    "La Coop fédérée a toujours considéré que l'agriculture et l'alimentation
ne devraient pas être traitées comme de simples marchandises. Au même titre
que l'eau et la culture, l'agriculture et l'alimentation font partie du
patrimoine mondial et des fondements de la vie et devraient à notre avis
bénéficier d'un traitement d'exception aux négociations en cours pour la
libéralisation du commerce à l'OMC", de souligner M. Denis Richard, président
de La Coop fédérée.
    "Il faut préciser que La Coop fédérée et le momagri ne sont pas contre la
libéralisation du commerce agricole. Cette libéralisation doit cependant
s'effectuer en tenant compte du caractère spécifique et stratégique de
l'agriculture. Une dérèglementation du commerce des denrées agricoles qui ne
tiendrait pas compte de ces éléments pourrait effectivement engendrer des
crises alimentaires s'ajoutant à la crise économique actuelle", précise M.
Claude Lafleur, chef de la direction de La Coop fédérée.

    momagri

    Le momagri, est un "think tank" qui rassemble des responsables du monde
agricole et des personnalités d'horizons extérieurs (santé, développement,
stratégie et défense, etc.). Son objectif est de promouvoir une régulation des
marchés agricoles en créant de nouveaux outils d'évaluation (modèle
économique, indicateurs, etc.) et en formulant des propositions pour une
politique agricole et alimentaire internationale.
    S'inspirant des modèles économiques officiels, momagri s'est notamment
attelé à la lourde tâche de développer un modèle qui réponde aux
particularités de l'agriculture. Ce nouveau modèle a fourni ses premiers
résultats en mars 2008. Contrairement à la plupart des experts et décideurs
internationaux qui pensaient que les prix des matières premières agricoles
allaient continuer à croître lentement, il a démontré que des retournements
brutaux des prix pourraient survenir à très court terme. L'actualité lui a
donné raison : quelques mois plus tard, la plupart des cours des matières
premières agricoles enregistraient des chutes importantes, supérieures à 50 %
pour certaines. Par la justesse de ses anticipations, et la formalisation de
facteurs jusqu'alors négligés comme la spéculation, le modèle mis au point par
momagri a suscité un intérêt certain, aussi bien en France qu'à
l'international. Le momagri a ainsi été récemment invité par la FAO, l'OCDE,
le FMI, et l'OMC pour présenter ses travaux et les résultats de son modèle.
    Le momagri a d'ailleurs été récemment invité, à la demande du rapporteur
spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation, M Olivier De Schutter, à
faire partie d'un groupe de réflexion d'urgence sur la situation de
l'agriculture mondiale avec d'autres intervenants connus des milieux
économiques dont le prix Nobel d'économie, M. Joseph Stiglitz.

    La Coop fédérée

    Fondée en 1922, La Coop fédérée représente aujourd'hui plus de 58 000
membres regroupés dans 92 coopératives. Disposant de plusieurs dizaines
d'établissements répartis au Québec, en Ontario et en Alberta, La Coop fédérée
emploie 11 175 personnes et cumule un chiffre d'affaires de plus de 3,6
milliards de dollars.




Renseignements :

Renseignements: Martin Scallon, directeur, Communications, affaires
publiques et relations médias, La Coop fédérée, (514) 247-8509,
martin.scallon@lacoop.coop


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.