Afghanistan - Des soldats américains menacent et censurent des journalistes après une bavure



    MONTREAL, le 5 mars /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières demande des
explications à l'armée américaine suite à des actes de censure et des menaces
contre des reporters afghans travaillant notamment pour l'agence
Associated Press (AP). Ces derniers couvraient la mort de civils, tués par des
soldats des forces spéciales, le long de la route entre Kaboul et Djalalabad
(Est).
    "Il est urgent que la commission d'enquête afghane, formée par le
président Hamid Karzai à l'issue de ces événements, fasse la lumière sur ce
qui s'est passé près de Djalalabad, et notamment les actes de censure commis
par l'armée américaine. Si les soldats américains n'avaient rien à cacher,
pourquoi ont-ils tout fait pour empêcher la presse de couvrir cette bavure ?",
a affirmé l'organisation.
    Les journalistes afghans et étrangers se voient régulièrement interdire
par des soldats de la Coalition internationale en Afghanistan le droit de
prendre des images de leurs activités.
    Le 4 mars 2007, des membres des forces spéciales des "marines" américains
ont tué une dizaine de civils et blessé une trentaine d'autres le long d'une
route, après avoir été victimes d'un attentat suicide qui a fait plusieurs
victimes à l'est de Djalalabad, dans la province de Nangarhar (Est).
    Une demi-heure après les faits, un groupe de journalistes, incluant un
photographe et un caméraman freelance d'AP, et des reporters des chaînes
afghanes Ariana TV et Tolo TV, sont arrivés sur les lieux.
    Un soldat américain, accompagné d'un traducteur afghan, s'est approché
des journalistes pour leur demander d'arrêter de prendre des images d'un
véhicule dans lequel trois civils ont été tués. Le militaire a ensuite pris
leur matériel et effacé tous les clichés. Les journalistes, munis
d'accréditations, ont demandé à un autre officier une autorisation qui leur a
été accordée. Mais le premier soldat les a de nouveau empêchés de travailler
et a de nouveau effacé les clichés. Puis il les a menacés de représailles si
les images étaient diffusées.
    Les journalistes Rahmat Gul, Khanwali Kamran et Taqiullah Taqi ont
confirmé avoir été menacés. Associated Press a annoncé qu'elle allait déposer
une plainte auprès de l'armée américaine.
    L'armée américaine a affirmé que ses soldats ont riposté après avoir été
attaqués, elle n'a pas commenté les accusations des journalistes présents sur
place.

    Reporters sans frontières défend les journalistes emprisonnés et la
liberté de la presse dans le monde. L'organisation compte neuf sections
nationales (Allemagne, Autriche, Belgique, Canada, Espagne, France, Italie,
Suède et Suisse), des représentations à Bangkok, Londres, New York, Tokyo et
Washington, et plus de 120 correspondants dans le monde.




Renseignements :

Renseignements: Emily Jacquard, Directrice générale, Reporters sans
frontières, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4208, Fax: (514)521-7771,
rsfcanada@rsf.org; www.rsf.org

Profil de l'entreprise

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.