Adoption partielle de la certification FSC par AbitibiBowater - "Du maquillage vert" - Greenpeace



    MONTREAL, le 3 sept. /CNW Telbec/ - En dépit de l'annonce faite par
AbitibiBowater de certifier certains de ses territoires de coupe à la norme
FSC, comme elle le lui demandait depuis plus d'un an, Greenpeace entend rester
sur ses gardes.
    L'annonce d'AbitibiBowater ne vise que trois unités d'aménagement au
Saguenay/Lac-Saint-Jean, en Ontario et en Nouvelle-Ecosse. "La certification
FSC pour une seule des 23 unités forestières en activité au Québec est sans
doute une avancée, mais c'est loin de suffire à changer les choses", juge
Mélissa Filion.
    "La décision d'AbitibiBowater relève davantage du maquillage vert (ou
greenwashing) que d'un changement véritable de culture au sein de
l'entreprise", affirme Mélissa Filion, de la campagne Forêt boréale de
Greenpeace. Greenpeace déplore en outre qu'AbitibiBowater omette de prendre en
considération la protection des forêts intactes.
    De l'avis de Greenpeace, AbitibiBowater utilise la certification FSC pour
redorer son image. La compagnie forestière possède des droits d'exploitation
sur plus de 15 millions d'hectares de forêt québécoise. En revanche, c'est
moins de 10 % de l'ensemble des forêts aménagées par AbitibiBowater au Canada
qui pourraient obtenir le logo FSC une fois le processus de certification
complété. De surcroît, c'est moins de 35 % des forêts exploitées par
AbitibiBowater au Québec et en Ontario qui demeurent encore intactes.
    "La dégradation des écosystèmes, la destruction de l'habitat du Caribou
forestier et les coupes en territoires intacts de hautes valeurs de
conservation se poursuivront dans la majorité des unités forestières
d'AbitibiBowater", estime Mélissa Filion. "Pour réduire son empreinte sur la
forêt boréale, AbitibiBowater n'a toujours pas de plan à long terme, ni aucun
objectif ou échéancier".
    La décision d'AbitibiBowater survient après que de nombreux clients sur
les marchés nationaux et internationaux eurent exprimé leur désapprobation
envers les activités forestières de la compagnie. Néanmoins, Greenpeace juge
que l'annonce d'AbitibiBowater ne répond ni aux attentes des consommateurs, ni
aux préférences de grands clients commerciaux qui sont de plus en plus enclins
à choisir des fournisseurs qui entreprennent des démarches crédibles pour une
plus grande protection de l'environnement.
    Depuis plus d'un an maintenant, Greenpeace demande à la forestière de
mettre en réserve ses droits de coupe en forêt intacte pour la création
d'aires protégées et de certifier l'ensemble de ses unités d'aménagement
forestier selon la norme du Forest Stewardship Council ou FSC. Cette dernière
tentative d'AbitibiBowater de sauver son image plutôt que de se concentrer sur
des solutions progressives et fermes confirme la nécessité de poursuivre la
mobilisation de ses clients et actionnaires.




Renseignements :

Renseignements: Jocelyn Desjardins, Relations publiques, Greenpeace,
(514) 212-5749; Mélissa Filion, Forêt boréale, Greenpeace, (514) 581-8216

Profil de l'entreprise

Greenpeace

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.