Accréditation syndicale: un vote obligatoire au scrutin secret serait plus respectueux de la volonté des travailleurs - un nouveau sondage révèle qu'une forte majorité de Québécois appuie une telle réforme



    MONTREAL, le 10 sept. /CNW Telbec/ - Plus de sept Québécois sur dix
estiment que le gouvernement devrait modifier la loi actuelle pour rendre
obligatoire la tenue d'un vote au scrutin secret auprès des employés visés par
une demande d'accréditation syndicale. L'appui à une telle modification est
encore plus fort chez les travailleurs syndiqués, à 80 %.
    C'est ce que révèle un sondage mené en août 2009 par la firme Léger
Marketing, commandé à l'occasion de la publication par l'Institut économique
de Montréal (IEDM) d'un Cahier de recherche portant sur le processus
d'accréditation syndicale. L'étude a été préparée par Marcel Boyer, économiste
principal à l'IEDM et professeur émérite de sciences économiques à
l'Université de Montréal.
    Selon M. Boyer, le Québec doit mettre à niveau son cadre juridique en
matière de relations de travail, notamment par l'instauration d'un vote
obligatoire au scrutin secret lors d'une demande d'accréditation syndicale.
"Cette réforme garantirait que les travailleurs expriment leur véritable
opinion et permettrait aux entreprises québécoises de concurrencer à armes
égales celles de l'étranger afin d'attirer les investissements et de favoriser
la création d'emplois", souligne-t-il.
    Michel Kelly-Gagnon, président de l'IEDM, ajoute que "les résultats du
sondage à eux seuls devraient nous amener à nous poser de sérieuses questions
sur la légitimité du régime d'accréditation par signature de cartes
d'adhésion. Ils montrent que le discours des dirigeants syndicaux n'est pas
toujours aussi représentatif de l'opinion des travailleurs qu'ils le
prétendent".
    Le texte intégral du Cahier de recherche dévoilé aujourd'hui, qui
s'intitule Accréditation syndicale : la nécessité d'une mise à niveau en
matière de relations de travail au Québec, et le rapport de sondage sont
disponibles sans frais au www.iedm.org.
    Rappelons que le Québec est la seule des quatre grandes provinces
canadiennes où un vote au scrutin secret n'est pas obligatoire pour accréditer
un syndicat.

    L'auteur

    Marcel Boyer, économiste principal à l'IEDM, est l'un des économistes les
plus réputés au Canada. Titulaire d'un doctorat en économie de l'Université
Carnegie-Mellon, il est professeur émérite de sciences économiques à
l'Université de Montréal. Il est aussi Fellow du Centre interuniversitaire de
recherche en analyse des organisations (CIRANO) et de l'Institut C.D. Howe. Il
a notamment obtenu en 2002 le prix Marcel-Vincent de l'Association francophone
pour le savoir (ACFAS) pour la qualité exceptionnelle de ses travaux en
sciences sociales.

    L'Institut économique de Montréal est un organisme de recherche et
d'éducation indépendant, non partisan et sans but lucratif. Par ses études et
ses conférences, l'IEDM alimente les débats sur les politiques publiques au
Québec et au Canada en proposant des réformes créatrices de richesse et
fondées sur des mécanismes de marché.




Renseignements :

Renseignements: et demandes d'entrevues: David Descôteaux, Institut
économique de Montréal, (514) 273-0969 p. 2224, Cell.: (514) 993-4450,
ddescoteaux@iedm.org


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.