Accommodements raisonnables - Pauline Marois propose des balises claires fondées sur notre identité



    MONTREAL, le 14 déc. /CNW Telbec/ - "La culture québécoise s'appuie sur
le socle d'une communauté de langue française établie ici depuis 400 ans. Elle
a été enrichie par l'accueil de vagues d'immigration, par l'apport d'autres
cultures dans le respect des droits et des institutions de la minorité
historique de langue anglaise et par la reconnaissance des nations autochtones
qui cohabitent avec la nation québécoise. Or, la pérennité culturelle et
linguistique du peuple québécois reste un objet d'inquiétude. Le Québec devra
toujours défendre et promouvoir son identité".
    C'est ce qu'a déclaré la chef du Parti Québécois et députée de
Charlevoix, Pauline Marois, en présentant le mémoire du Parti Québécois à la
Commission de consultation sur les pratiques d'accommodement reliées aux
différences culturelles présidée par Gérard Bouchard et Charles Taylor.
    Elle a exprimé son point de vue sur les motifs entourant le débat qui a
cours au Québec depuis plusieurs mois. Selon elle, cela s'explique par
l'ambiguité du message que reçoivent les nouveaux arrivants lorsqu'ils
immigrent au Québec. "Les Québécois souhaitent les accueillir dans une société
de langue française et les intégrer dans la culture québécoise alors que dans
les faits, ils sont reçus dans un pays, le Canada, qui se définit et se
présente comme bilingue et multiculturel. C'est ça la réalité", a-t-elle fait
savoir à la Commission.

    UNE CLAUSE D'INTERPRETATION A LA CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA
    PERSONNE

    Pour la chef du Parti Québécois, il est impératif que les administrations
publiques disposent de balises claires pour orienter les décisions relatives
aux accommodements raisonnables. Ces balises doivent être dictées par nos
valeurs communes.
    C'est pourquoi, le Parti Québécois propose d'insérer dans la Charte des
droits et libertés de la personne une clause d'interprétation formulée ainsi :

    Dans l'interprétation et l'application de la Charte des droits et
    libertés de la personne, il doit être tenu compte du patrimoine
    historique et des valeurs fondamentales de la nation québécoise,
    notamment de l'importance d'assurer la prédominance de la langue
    française, de protéger et de promouvoir la culture québécoise, de
    garantir l'égalité entre les femmes et les hommes et de préserver la
    laicité des institutions publiques.

    "Cependant, la laicité de nos institutions ne doit pas s'exercer en
occultant notre histoire et notre culture dont la tradition chrétienne qui a
joué un rôle déterminant dans la construction de notre identité. Il existe des
symboles religieux qui font partie intégrante de notre patrimoine historique
et que nous ne voulons pas voir disparaître", a ajouté Mme Marois.

    LA LANGUE FRANCAISE DOIT ETRE AU COEUR DE L'INTEGRATION DES IMMIGRANTS

    La chef du Parti Québécois a également souligné l'importance qu'elle
accorde à l'intégration des immigrants pour l'avenir du Québec. "Je ne serai
pas satisfaite tant que tous les immigrants ne pourront apprendre le français.
Ils ne demandent qu'à s'intégrer, c'est à nous de leur en fournir les moyens.
Il est inadmissible que des listes d'attente pour les cours de francisation
existent encore!"
    Chaque année, environ 5000 personnes immigrantes qui arrivent au Québec
ne parlent pas le français et comme elles ne suivent pas de cours de
francisation à leur arrivée, elles s'intègrent difficilement à la culture
québécoise.
    "Voilà pourquoi nous proposons un amendement à la Charte des droits et
libertés de la personne établissant un droit nouveau, un droit à
l'apprentissage de la langue française", a-t-elle poursuivi.
    Tout en rappelant que le travail est un facteur déterminant
d'intégration, elle a réitéré sa position visant le renforcement de la loi
101, particulièrement en ce qui a trait à l'usage du français au travail dans
les entreprises de 25 à 50 employés. De plus, elle a souligné l'importance de
régler par des mesures énergiques le problème de la reconnaissance des acquis
pour que les nouveaux arrivants puissent participer pleinement à la société
québécoise.
    Pour conclure, la chef du Parti Québécois a interpellé les autres chefs
des partis politiques. "Depuis quatre siècles, les Québécoises et les
Québécois ont traversé l'histoire en refusant d'abandonner leur culture et
leur identité à l'adversité. Jean Charest et Mario Dumont ont l'obligation
d'expliquer comment le Québec pourra s'affranchir du multiculturalisme inscrit
dans la constitution canadienne et se donner véritablement les moyens d'un
modèle québécois d'intégration. Quant à nous, avec les Québécois de toutes
origines, nous voulons voir perdurer une certaine façon d'habiter le monde,
une certaine manière d'habiter l'Amérique, une manière qui reflète ce que
notre culture, notre langue et notre parcours historique ont dessiné", a
conclu Pauline Marois.




Renseignements :

Renseignements: Manuel Dionne, Attaché de presse, (514) 207-8303;
Source: Parti Québécois

Profil de l'entreprise

Parti Québécois

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.