Abbott s'entend avec la directrice générale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en vue d'élargir l'accès au médicament Kaletra/Aluvia (lopinavir/ritonavir)



    Abbott réduit le prix de Kaletra/Aluvia à 1 000 $ dans les pays à revenu
    faible et moyennement faible

    ABBOTT PARK, IL, le 10 avril /CNW/ - Abbott (NYSE : ABT) et la directrice
générale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Margaret Chan, se sont
entendus sur une approche équilibrée visant à fournir des gélules et des
comprimés Kaletra/Aluvia (lopinavir/ritonavir) à un plus grand nombre de
patients dans les pays en développement, tout en continuant de supporter la
recherche et le développement à long terme dans le secteur de la
biopharmaceutique. Au service de la santé publique internationale, Mme Chan a
ainsi pris contact avec la société Abbott afin de discuter des façons
d'améliorer l'abordabilité et l'accès tout en maintenant des mesures
incitatives pour favoriser la mise au point de nouveaux médicaments.
    Dans le but de répondre aux besoins des pays qui s'engagent à élargir les
traitements disponibles contre le VIH/Sida, Abbott proposera aux gouvernements
de plus de 40 pays à revenu faible et moyennement faible (tel que défini par
les critères de la Banque mondiale) ainsi qu'aux ONG un nouveau prix de
1 000 $ par patient par année. Ce tarif est plus bas que le prix de tout autre
générique offert présentement dans le monde pour ce médicament, et environ
55 pour cent moins élevé que le prix moyen actuellement fixé dans ces pays.
    Abbott s'entretiendra dès aujourd'hui avec les pays où ses brevets sont
respectés de manière à maximiser le nombre de patients qui recevront les
gélules et les comprimés Kaletra/Aluvia à ce nouveau prix.
    L'entreprise Abbott a décidé d'adopter cette démarche afin d'accroître
davantage l'accès aux médicaments contre le VIH et de mettre fin au débat
concernant l'établissement des prix. Pour ce faire, Abbott entend augmenter
l'abordabilité de ces médicaments tout en préservant le système qui permet la
découverte de nouvelles médications. En effet, les brevets des scientifiques
et des inventeurs doivent exister de manière à fournir des mesures incitatives
pour le soutien de la recherche et du développement. Sans ce système, les
médicaments miracles dont nous pouvons bénéficier aujourd'hui, y compris ceux
contre le VIH, n'existeraient pas.
    Dans le cas particulier de la Thailande, Abbott apprécie et respecte
entièrement la suggestion de la directrice générale, Mme Chan, selon laquelle
il est nécessaire de poursuivre les négociations avec le gouvernement
thailandais si l'on veut obtenir les résultats souhaités. Entre temps, les
gélules Kaletra demeureront disponibles dans l'ensemble du pays et seront
admissibles à la nouvelle tarification.
    A l'heure actuelle, les gélules Kaletra sont autorisées dans 118 pays, ce
qui en fait le médicament contre le VIH le plus prescrit dans le monde. Une
fois le processus d'enregistrement complété, les comprimés Kaletra/Aluvia
seront utilisés dans plus de 150 pays.

    A propos de Kaletra/Aluvia
    Kaletra (lopinavir/ritonavir) est indiqué pour le traitement des adultes
et des enfants âgés de deux ans et plus qui sont infectés par le VIH-1, en
association avec d'autres agents antirétroviraux.
    La plupart des expériences avec Kaletra résultent de l'utilisation du
produit chez les patients naifs de la thérapie antirétrovirale. Les données
concernant les patients prétraités par inhibiteurs de protéase sont limitées,
tout comme les données sur la thérapie de sauvetage chez les patients n'ayant
pas bien répondu à la thérapie par Kaletra.
    Le choix de Kaletra pour traiter les patients atteints du VIH-1 ayant
subi de multiples traitements par inhibiteurs de protéase devrait reposer sur
leurs antécédents en matière de traitement et de tests individuels de
résistance virale. Compte tenu du peu de renseignements disponibles sur
l'innocuité et l'efficacité de Kaletra, son utilisation n'est pas recommandée
chez les enfants de moins de deux ans.

    Renseignements importants en matière d'innocuité
    Kaletra ne devrait pas être administré aux patients ayant déjà eu une
réaction allergique aux substances actives du médicament ou à l'un de ses
excipients, ou aux patients souffrant d'insuffisance hépatique aigue.
    Kaletra est contre-indiqué en association avec l'astémizole, la
terfénadine, le midazolam, le triazolam, le cisapride, le pimozide,
l'amiodarone, les alcaloides de l'ergot (p. ex. l'ergotamine, la
dihydroergotamine, l'ergonovine et la méthylergonovine), les produits
renfermant du millepertuis commun (Hypericum perforatum) et le vardénafil. De
plus, il ne faut pas prendre Kaletra avec de la lovastatine, de la
simvastatine, de la rifampicine, de la fluticasone ou d'autres
glucocorticoides.
    La prise concomitante d'éfavirenz, de névirapine, de nelfinavir ou
d'amprénavir avec les comprimés Kaletra (400/100 mg) n'est pas recommandée. Si
la prise concomitante de ces produits et de Kaletra est cliniquement indiquée,
il est recommandé d'accroître la dose des comprimés Kaletra à 600/150 mg deux
fois par jour. Cependant, étant donné que l'innocuité des doses élevées de
Kaletra n'a toujours pas été établie, il est nécessaire de suivre étroitement
l'évolution de l'état de santé du patient qui sera traité au moyen de cette
approche.
    Des précautions particulières s'imposent lors de la prescription de
sildénafil ou de tadalafil chez les patients traités par Kaletra. En effet, la
prise concomitante de ces médicaments peut entraîner une augmentation
importante des effets indésirables associés aux inhibiteurs de la PDE5,
notamment hypotension, syncope, troubles de la vision et érection prolongée.
    D'autres précautions doivent être prises lorsque l'on prend Kaletra avec
des produits médicaux reconnus pour allonger l'espace QT, notamment la
chlorphéniramine, la quinidine, l'érythromycin ou la clarithromycine.
    Le fait d'administrer conjointement un contraceptif oral à base
d'estrogène et Kaletra a pour effet de réduire le taux d'éthinyloestradiol;
des mesures contraceptives additionnelles ou de rechange doivent alors être
utilisées.
    Veuillez consulter votre bureau local de prescription pour obtenir de
plus amples renseignements au sujet des recommandations spécifiques à votre
pays.
    A noter que des cas de pancréatite ont été signalés chez des patients
traités au moyen de Kaletra, y compris ceux ayant développé une
hypertriglycéridémie.
    Kaletra est contre-indiqué chez les patients qui souffrent de troubles
hépatiques graves. Les personnes atteintes d'hépatite B ou C chronique qui
sont traitées par thérapie antirétrovirale combinée sont plus susceptibles de
développer des réactions hépatiques graves et potentiellement mortelles. Il
est donc recommandé de suivre ces patients et, si l'on constate chez eux une
aggravation des troubles hépatiques, d'interrompre ou d'abandonner
complètement le traitement. Par ailleurs, on a observé chez les patients
recevant des inhibiteurs de protéase une augmentation des saignements
(patients atteints d'hémophilie) ainsi que l'apparition ou l'exacerbation de
cas de diabète sucré et d'hyperglycémie.
    La polythérapie antirétrovirale a été associée à une redistribution de la
graisse corporelle (lipodystrophie) chez les patients infectés par le VIH.
Toutefois, les conséquences de ces effets à long terme sont actuellement
inconnues.
    Le traitement par Kaletra a entraîné une augmentation, parfois
importante, des taux de triglycérides et de cholestérol, lesquels devraient
être mesurés avant et pendant la thérapie. On a également signalé un syndrome
de réactivation immunitaire chez les patients atteints du VIH aux prises avec
de sérieux problèmes de déficience immunitaire au moment de l'établissement de
la thérapie antirétrovirale combinée. Bien que l'étiologie soit considérée
multifactorielle (utilisation des corticostéroides, niveau de consommation
d'alcool, immunosuppression sévère, indice de masse corporelle élevé), des cas
d'ostéonécrose ont été notamment observés chez les patients infectés depuis
longtemps au VIH et/ou soumis à une exposition prolongée à la polythérapie
antirétrovirale.
    A ce jour, on dispose de peu d'information sur la résistance croisée des
virus qui ont été sélectionnés au cours de la thérapie par Kaletra.
    Dans le cadre des essais cliniques, les effets secondaires d'intensité
modérée à grave possiblement associés à la prise de Kaletra étaient les
suivants : diarrhée, nausées, vomissements, douleurs abdominales, selles
anormales, dyspepsie, flatulences, troubles gastrointestinaux, insomnie, maux
de tête, éruptions cutanées, lipodystrophie et asthénie. Chez les enfants âgés
de 2 ans et plus, la nature du profil d'innocuité est semblable à celle
observée chez les adultes.

    A propos d'Abbott
    Abbott est une entreprise de soins de santé mondiale et diversifiée qui
se consacre à la recherche, à la mise au point, à la fabrication et à la
commercialisation de produits pharmaceutiques, nutritionnels et médicaux, y
compris des appareils médicaux et des produits diagnostiques. La société
compte 65 000 employés et commercialise ses produits dans plus de 130 pays.

    Pour de plus amples renseignements ou pour consulter les communiqués de
presse d'Abbott, veuillez visiter le site http://www.abbott.com.





Renseignements :

Renseignements: Melissa Brotz, bureau: (847) 935-3456, cellulaire: (847)
772-2761, ou Jennifer Smoter, bureau: (847) 935-8865, cellulaire: (847)
772-4631, ou communauté financière, Larry Peepo, (847) 935-6722, tous
d'Abbott

Profil de l'entreprise

Abbott

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.