A quand l'abolition du ministère de l'Education pour l'ADQ?



    MONTREAL, le 27 nov. /CNW Telbec/ - "Est-ce que l'ADQ est en panne d'idée
pour ramener une vieille proposition concernant l'abolition des programmes
préuniversitaires au cégep ? Nous les invitons à revoir les conclusions du
Forum sur l'avenir des cégeps de 2004 qui ont clairement démontré
l'inefficacité et les dangers d'une telle alternative", de souligner le
président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Réjean Parent. Il
réagissait à un article paru ce matin dans Le Soleil concernant l'intention de
l'Action démocratique du Québec (ADQ) d'abolir les programmes
préuniversitaires des cégeps et des collèges et de permettre une seule année
transitoire vers l'université aux élèves qui terminent leur formation
secondaire.

    Attention aux comparaisons

    La Centrale rappelle qu'une étude rendue publique en 2004 concernant
L'apport des cégeps à la société québécoise effectuée par des chercheurs de
l'Université du Québec à Montréal et de l'Université Laval démontre clairement
que, depuis quarante ans, les cégeps ont joué pleinement leur rôle et ont
grandement contribué à la hausse du taux de scolarisation. Selon l'étude, "le
Québec exerce une domination absolue sur le paysage canadien en matière
d'obtention de diplôme postsecondaire". Environ 85 % des jeunes diplômés du
secondaire poursuivent des études postsecondaires au Québec et plusieurs
croient que les cégeps sont en partie responsables.

    L'accessibilité aux études supérieures

    La proposition de l'ADQ semble s'inspirer de celle de l'Ontario.
Pourtant, la comparaison est boiteuse puisque le modèle des cégeps est unique
au monde. D'autre part, le modèle ontarien s'adresse davantage aux élèves
adultes, son taux de réussite est moins élevé et fait peu de place à la
formation générale alors qu'au Québec elle est considérée comme un atout.
D'ailleurs, l'étude de 2004 démontre que le modèle des cégeps atténue de façon
importante les obstacles à la persévérance qui sont le manque d'argent,
l'indécision sur l'orientation et l'éloignement de l'établissement
d'enseignement. "Les cégeps ont permis une réelle démocratisation de
l'enseignement supérieur par leur gratuité et leur présence dans toutes les
régions du Québec. Ils ont assuré l'accessibilité à des études supérieures de
qualité à des milliers de jeunes et d'adultes depuis leur création", de
mentionner Réjean Parent.

    Une étape transitoire

    D'autre part, en 2003, selon les données du Conseil supérieur de
l'éducation, 30 % des étudiantes et des étudiants changeront d'idée durant
leur parcours. Faut-il rappeler que la majorité des jeunes qui entrent au
cégep sont âgés de 16 à 18 ans ? L'avantage des cégeps tels que nous les
connaissons est d'offrir une étape transitoire entre le secondaire et
l'université autant pour ceux qui se préparent à l'université que pour ceux
qui choisissent le marché du travail. La cohabitation de la formation
préuniversitaire et de la formation technique dans un même collège peut
influencer les choix de parcours.

    Une économie ? Plutôt un investissement !

    Plusieurs autres facteurs militent en faveur des cégeps tels que l'impact
des cégeps sur la vitalité des économies régionales, le maintien des jeunes
dans les régions éloignées. De plus, les cégeps sont en général très fortement
impliqués dans leur milieu, d'où la possibilité de partenariats et de
maillages entre les entreprises, la communauté locale et régionale.
    "Après l'abolition des commissions scolaires, l'ADQ propose maintenant
l'abolition des cégeps. A quand l'abolition du ministère de l'Education, du
Loisir et du Sport ? L'ADQ veut se positionner comme un nouveau parti.
Pourtant, ses interventions démontrent tout le contraire en éducation
puisqu'il ne cesse de ruminer de vieilles idées. Il doit cesser de faire
preuve d'amateurisme, mieux documenter ses dossiers et arrêter de dire des
sottises", de conclure Réjean Parent.
    L'apport des cégeps à la société québécoise est une étude publiée en
avril 2004 par Pierre Fortin de l'Université du Québec à Montréal, par
Nathalie Havet du Groupe d'analyse-conseil en économie, finance et stratégie
et par Marc Van Audenrode de l'Université Laval.

    Profil de la CSQ

    La CSQ représente quelque 155 000 membres, dont plus de 100 000 dans le
secteur public, la grande majorité dans le secteur de l'éducation. Elle est
présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services
de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des
communications.




Renseignements :

Renseignements: Marjolaine Perreault, Attachée de presse CSQ, cell.:
(514) 235-5082, Perreault.marjolaine@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.