A l'occasion de son 20e anniversaire - L'INO honore ses bâtisseurs



    QUEBEC, le 16 sept. /CNW Telbec/ - Dans le cadre d'une cérémonie marquant
le 20e anniversaire de fondation de l'Institut national d'optique (INO), son
président-directeur général, monsieur Jean-Yves Roy, a souligné l'apport
exceptionnel de personnalités dont la vision et le leadership ont contribué de
manière significative au développement de l'INO. L'activité à laquelle
participaient plusieurs acteurs politiques et socio-économiques de la région a
ainsi permis de saluer les contributions exceptionnelles de Jean Pelletier,
Daniel Johnson, Lawrence Cannon, Suzanne Duplessis, Paul Major, Charles E.
Beaulieu, John P. Manley, Bernard Landry, Martin Cauchon, Michel Audet et
Maxime Bernier qui ont joué un rôle majeur dans la croissance et le
rayonnement de l'INO, à un moment précis de son histoire.
    Un hommage tout particulier a aussi été consacré à monsieur Jean-Guy
Paquet, actuel président du conseil d'administration, un visionnaire à
l'origine même de la création de l'INO.
    "Vingt ans après sa fondation, l'INO tient à souligner l'apport de ses
bâtisseurs qui, par leur soutien et leur support remarquables, ont contribué à
faire de l'INO un centre de recherche en optique/photonique de renommée
internationale. Aujourd'hui, nous célébrons l'importance du développement
technologique. Nous célébrons avant tout vingt ans de vision, de recherches,
de collaborations et de partenariats entre les acteurs qui ont contribué à
faire de Québec une capitale technologique qui se démarque par le dynamisme de
ses chefs de file et de ses entrepreneurs de haute technologie", a indiqué
monsieur Jean-Yves Roy.

    DES FAITS MARQUANTS

    Intimement lié à la création puis à l'essor de l'INO, pionnier du virage
technologique et de la reconversion de l'économie de la région de Québec,
monsieur Jean-Guy Paquet fut président-directeur général de l'INO de 1994 à
2004, et en est l'actuel président du conseil d'administration. C'est grâce à
lui que des centaines de chercheurs et de scientifiques de l'INO et d'autres
centres de recherche peuvent poursuivre des recherches et des travaux
d'innovations scientifiques, ici, dans la Capitale nationale.
    "Si l'INO rayonne aujourd'hui sur la scène internationale, si son modèle
unique est admiré dans plusieurs pays, si les entrepreneurs technologiques
peuvent rivaliser avec les meilleurs au monde, nous le devons, en grande
partie, à la vision de Jean-Guy Paquet. L'INO souhaite donc souligner de façon
toute particulière sa grande estime et son appréciation pour son dévouement et
sa détermination", a souligné le président-directeur général.
    Rappelons que l'idée de créer à Québec un institut d'optique fut d'abord
appuyée à l'unanimité par le Sommet socioéconomique de l'automne 1983, présidé
par le maire de Québec de l'époque, monsieur Jean Pelletier. Visionnaire, ce
dernier n'a ménagé aucun effort pour faire naître le Parc technologique et y
installer l'INO. Plus tard, au cours de sa carrière sur la scène fédérale, il
a fait la promotion du modèle d'affaires de l'INO, en plus de soutenir le
financement de son programme de recherche interne.
    Dès son élection comme députée fédérale de Louis-Hébert, en septembre
1984, madame Suzanne Duplessis a, pour sa part, soutenu sans relâche le projet
de création d'un centre de recherche spécialisé en optique/photonique. Elle a
joué un rôle de premier plan dans la signature de l'entente Canada-Québec et
l'annonce faite par les premiers ministres Robert Bourassa et Brian Mulroney
en 1988.
    En 1985, monsieur Paul Major a accepté la difficile mission de présider
et de réunir le premier conseil d'administration de l'histoire de l'INO,
devenu une corporation privée sans but lucratif en 1985. Dès lors, il a su
asseoir cette nouvelle organisation sur des bases solides.
    Monsieur Charles E. Beaulieu a, de son côté, cumulé les fonctions de
président du conseil et président-directeur général de l'INO de 1986 à 1994
pour poursuivre, de 1994 à 2005, son engagement à titre de président du
conseil d'administration. Cet ancien sous-ministre de l'Industrie et du
Commerce a piloté la construction du premier centre de recherche, de même que
l'embauche des premières équipes scientifiques, faisant alors de l'INO le
"navire amiral" du tout nouveau Parc technologique de Québec.
    L'honorable Lawrence Cannon, aujourd'hui ministre fédéral des Transports,
de l'Infrastructure et des Collectivités, mais à l'époque député de La Peltrie
et adjoint parlementaire à l'Assemblée nationale du Québec entre 1985 et 1994,
a également grandement contribué à l'établissement de l'INO dans la Parc
technologique. Son collègue Daniel Johnson a négocié et conclu avec le
gouvernement fédéral la première entente Canada-Québec qui accordait à l'INO
son financement de démarrage.
    Monsieur Bernard Landry, a ensuite octroyé, dans son premier Discours du
budget comme ministre des Finances, une aide exceptionnelle de 35 millions de
dollars qui a permis l'agrandissement de l'INO.
    Ardent promoteur de l'innovation au Canada, l'honorable John P. Manley,
en tant que ministre de l'Industrie puis ministre des Finances du Canada, a
toujours encouragé les projets de développement de l'INO. C'est à lui que l'on
doit le premier financement de l'INO à la fin de l'entente auxiliaire
Canada-Québec. Comme membre du cabinet, il fut également un supporteur dans le
dossier de financement du premier agrandissement de l'INO. Aujourd'hui, John
P. Manley est toujours associé à l'INO, puisqu'il préside le conseil
d'administration d'Optosecurity, une firme issue d'une innovation
technologique développée à l'INO.
    A la fin des années 1990, le ministre Martin Cauchon a accordé à l'INO un
financement récurrent de Développement économique Canada pour une période
initiale de trois ans. Il a également été l'artisan de l'obtention du
financement du premier agrandissement de l'INO, en 2000. Quelques années plus
tard, au moment où l'industrie des télécommunications connaissait un
ralentissement historique, l'honorable Martin Cauchon a permis à l'INO de
poursuivre sa croissance dans le domaine de l'agrophotonique en lui accordant
une aide spéciale de près de 4 millions de dollars.
    Caractérisé par son sens des affaires et sa détermination,
monsieur Michel Audet, d'abord comme ministre de l'Industrie, puis comme
ministre des Finances du Québec à compter de 2005, a joué un rôle clé dans le
développement de l'INO en confirmant un soutien financier de 50 millions de
dollars sur cinq ans du gouvernement Charest.
    Nommé ministre de l'Industrie du Canada dès l'arrivée au pouvoir du
gouvernement Harper, le député de Beauce Maxime Bernier s'est fait aussi un
ardent promoteur de l'INO. C'est à lui que l'INO doit son statut de Centre
canadien d'excellence en recherche et en commercialisation. Cette
reconnaissance s'est accompagnée d'une contribution spéciale de 15 millions de
dollars.
    Profitant de l'occasion pour paver la voie au développement futur de
l'organisation, le président-directeur général a enfin rappelé qu'au cours des
cinq prochaines années, l'INO s'est engagé, dans son plan stratégique, à
favoriser l'émergence de onze nouvelles entreprises technologiques. L'année
2007-2008 aura vu naître deux entreprises essaimées (spin-off) à partir de
technologies développées par des chercheurs de l'INO. Au plan de son capital
scientifique et technologique, le portefeuille de l'INO s'est enrichi cette
année de huit nouveaux titres, ce qui porte à 97 le nombre de brevets détenus
pour des innovations technologiques issues du travail de son personnel
scientifique et technique. Par ailleurs, 93 autres demandes de brevets sont
actuellement en attente d'approbation.
    "Nul doute que Québec constitue maintenant un lieu de convergence d'une
main-d'oeuvre de haut savoir où se côtoient recherches et innovations,
produits et services à haute valeur ajoutée et à fort potentiel commercial", a
rappelé monsieur Roy.

    A propos de l'INO

    Concepteur et développeur de technologies de premier plan, l'INO est le
plus important centre d'expertise en optique/photonique à vocation
industrielle au Canada. Chef de file international dans son domaine, il a
créé, à ce jour, plus de 4000 solutions sur mesure pour le compte
d'entreprises québécoises et canadiennes oeuvrant dans divers secteurs
d'activités. Il a réalisé 38 transferts technologiques vers l'industrie et est
à l'origine de 24 nouvelles entreprises en haute technologie. L'INO emploie
plus de 225 personnes, dont une majorité de chercheurs, scientifiques et
techniciens qui font sa renommée à l'échelle internationale. L'an dernier,
l'INO, à l'instar de six autres centres de recherche, a été reconnu par le
gouvernement canadien comme centre d'excellence en recherche et
commercialisation. Pour en savoir plus: www.ino.ca.

    
    (*) Des photos de la cérémonie seront disponibles à compter de 20 h à
        l'adresse suivante : www.ino.ca/fr/nouvelles
    




Renseignements :

Renseignements: Line-Sylvie Perron, Le Cabinet de relations publiques
NATIONAL, (418) 648-1233 poste 234, Cellulaire: (418) 569-1452


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.