8e Congrès mondial du génie chimique à Montréal "Les défis d'un monde en changement" - Réchauffement global, technologies propres et efficacité énergétique au programme



    MONTREAL, le 21 août /CNW Telbec/ - Le réchauffement global a fait
l'objet de 414 articles et s'est retrouvé 15 fois en couverture du magazine
Time. Bjorn Lomborg écrivait dans la Gazette de Montréal le 18 août dernier
que notre fixation sur le carbone finira par nous coûter très cher. Chaque
jour on entend parler de réchauffement global, nombreuses menaces à
l'environnement, échange de droits d'émission de carbone, nourriture pour les
pauvres, plantes servant d'aliment ou de combustible, diminution des réserves
d'énergie, énergie de remplacement, gestion des déchets, durabilité, et plus
encore. Quelles sont les solutions au réchauffement global et à tous ces
autres problèmes?
    "Les défis d'un monde en changement" est justement le thème du Congrès
mondial du génie chimique, qui se tiendra au Palais des congrès de Montréal du
23 au 27 août. Cet événement a lieu tous les quatre ans - une seule fois
auparavant au Canada, en 1981, également à Montréal. Le congrès résulte d'une
étroite collaboration, dans une ville qui peut s'enorgueillir de deux
départements de génie chimique de classe mondiale - à l'Ecole Polytechnique et
à l'Université McGill - avec la Société canadienne de génie chimique (SCGCh).
    Les conférences plénières et les conférences principales seront données
par des ingénieurs chimistes de renommée mondiale, caractérisés par leur
vision bien particulière de l'avenir. Par exemple, l'allocution de Greg Lewin,
président de Shell Global Solutions International, portera sur "Le défi de
l'énergie dans un monde en changement". Gerhard Kreysa, PDG de DECHEMA (la
Société de génie chimique et de biotechnologie allemande), parlera du "Génie
climatique - un nouveau défi pour les ingénieurs chimistes". Les principaux
thèmes du congrès touchent plusieurs des problèmes auxquels nous faisons face
actuellement : l'énergie, l'intensification des processus écologiques, les
nouveaux matériaux et procédés, et la biotechnologie.
    Le président du congrès, professeur Philippe Tanguy de l'Ecole
Polytechnique de Montréal, ainsi que le vice-président, professeur Richard
Munz de l'Université McGill, ont uni leurs efforts à ceux d'un groupe
d'experts internationaux pour préparer le programme du congrès. "Les
technologies propres et l'efficacité énergétique sont aux premières lignes de
la recherche des ingénieurs chimistes, et ce congrès fera sûrement ressortir
les plus récents développements dans ces domaines", précise M. Tanguy.

    Pour de plus amples renseignements sur cet événement unique, veuillez
vous rendre à l'adresse http://www.wcce8.org/index.html. Pour toute question
ou demande de renseignements à jour sur le congrès, veuillez communiquer avec
Lucie Frigon par courriel à lfrigon@cheminst.ca ou par téléphone au numéro
819-329-4036.

    A propos de l'Ecole Polytechnique de Montréal

    Fondée en 1873, l'Ecole Polytechnique de Montréal est l'un des plus
importants établissements d'enseignement et de recherche en génie au Canada et
elle occupe le premier rang au Québec par le nombre de ses étudiants et
l'ampleur de ses activités de recherche. Polytechnique donne son enseignement
dans 12 spécialités de l'ingénierie et réalise près du quart de la recherche
universitaire en ingénierie au Québec. L'Ecole compte 230 professeurs et près
de 6000 étudiants. A son budget annuel de fonctionnement de 85 millions de
dollars s'ajoute un fonds d'opération et d'infrastructure de recherche de 68
millions de dollars, y inclus des subventions et contrats de 38 millions de
dollars.

    A propos de l'Université McGill

    Fondée à Montréal, au Québec, en 1821, l'Université McGill se classe
comme chef de file parmi les universités canadiennes. McGill compte deux
campus, 11 facultés, 10 écoles professionnelles, 300 programmes d'études et
au-delà de 34 000 étudiants, originaires de 160 pays. L'Université accueille
au-delà de 6 400 étudiants étrangers, qui composent près de 20 pour cent de sa
population étudiante. Près de la moitié de ses étudiants ont une langue
maternelle autre que l'anglais - dont 6 000 francophones.

    A propos de la Société canadienne de génie chimique

    La Société canadienne de génie chimique (SCGCh) est une association
technique nationale à but non lucratif qui réunit les professionnels en génie
chimique de l'industrie, du monde universitaire et des gouvernements. Elle est
l'une des trois sociétés de l'Institut de chimie du Canada (ICC), avec la
Société canadienne de chimie (SCC) et la Société canadienne de technologie
chimique (SCTC). La mission de la SCGCh est de rassembler la communauté
diversifiée de génie chimique pour échanger des connaissances, et de permettre
à ses membres d'offrir un leadership technique responsable pour le bien-être
de la société. La SCGSh est régie et financée par ses membres.




Renseignements :

Renseignements: Lucie Frigon, (819) 329-4036, lfrigon@cheminst.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.