86 % des Canadiens croient que le jour du Souvenir devrait être un congé férié national



    
    - Un sondage national révèle également que les cérémonies du souvenir
    dans les écoles primaires et secondaires devraient être obligatoires -
    

    WINNIPEG, le 30 oct. /CNW/ - Alors que six villes du Canada mettent la
dernière main à leurs préparatifs du projet Vigil 1914-1918 Vigile, un
événement d'une semaine en l'honneur de ceux qui sont morts pendant la
Première Guerre mondiale, un nouveau sondage Pollara Strategic Insights, mené
au nom de la Société d'histoire nationale du Canada, révèle que 86 % des
répondants sont d'accord pour faire du jour du Souvenir un congé férié
national dans toutes les provinces et tous les territoires.
    "Des projets de recherche antérieurs nous ont montré que les Canadiens
n'approuvent pas systématiquement toute proposition de nouveau congé férié
national. Le congé doit être pertinent, affirme Craig Worden, vice-président
principal, Affaires publiques. Le niveau, et plus particulièrement l'intensité
du soutien à l'égard de ce congé est important et mérite notre attention."
    Même si une forte majorité de répondants (88 %) conviennent que le jour
du Souvenir est une journée importante pour les Canadiens, moins d'un
cinquième (17 %) ont réussi à dire correctement quel était le but original de
cette journée, qui vise en fait à souligner la fin de la Première Guerre
mondiale. Le projet Vigile est une initiative spéciale de la Société
d'histoire créée en association avec R.H. Thomson et Martin Conboy pour
marquer le 90e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Dans le
cadre de cet événement, on projettera le nom de chacun des soldats morts au
combat sur le Monument commémoratif de guerre du Canada et on diffusera
simultanément cette projection dans six autres villes et dans le cadre d'une
webémission en direct.
    Le sondage révèle également que même si la majorité des Canadiens
reconnaît l'importance du jour du Souvenir, seulement 22 % affirment avoir
personnellement participé à des cérémonies du souvenir l'an dernier, et ils
sont encore moins nombreux, soit 20 %, à prévoir le faire cette année.
    Cinquante p. cent des répondants croient que les Canadiens devraient
faire davantage pour souligner et observer le jour du Souvenir, et ont
également mentionné que les trois paliers de gouvernement avaient un rôle à
jouer à cet égard. Quatre répondants sur dix indiquent que le gouvernement
fédéral (44 %), le gouvernement provincial (43 %) et les autorités locales ou
municipales (42 %) devraient faire davantage pour souligner le jour du
Souvenir en 2008.
    La majorité des répondants (75 %) dit avoir porté un coquelicot l'an
dernier pour honorer la mémoire des soldats, et 63 % ont l'intention d'en
porter un cette année.
    Les répondants plus âgés (de 75 % à 89 % des personnes âgées de 35 ans et
plus) sont plus susceptibles d'avoir porté un coquelicot ou un autre symbole
l'an dernier que les répondants plus jeunes (61 % des personnes âgées de 18 à
34 ans). Egalement, les répondants plus âgés (de 59 % à 79 % des personnes
âgées de 35 ans et plus) sont plus susceptibles d'avoir l'intention d'en
porter un le jour du Souvenir de 2008 (par rapport à 49 % chez les répondants
âgés de 18 à 34 ans).
    "Alors que nous nous éloignons de plus en plus de la Première Guerre
mondiale, et que disparaissent ceux qui peuvent encore nous raconter cette
expérience, il devient de plus en plus difficile d'intéresser les générations
plus jeunes à cette période importante de notre passé. Cependant, je crois que
ces résultats témoignent d'un grand intérêt parmi les Canadiens et indiquent
que le jour du Souvenir devrait jouer un rôle plus important dans la vie
quotidienne des Canadiens, affirme Deborah Morrison, présidente et directrice
générale de la Société d'histoire nationale du Canada. Ces résultats révèlent
que lorsqu'on les incite à prendre l'initiative, notamment en portant le
coquelicot, les Canadiens sont heureux de souligner l'événement. Ils
souhaitent que leurs leaders les inspirent à poser des gestes de souvenir plus
directs et plus concrets. Mais honnêtement, il est difficile de se souvenir
lorsque la journée est considérée comme un jour de travail ordinaire."
    Dans ce sondage, on posait aux répondants une série de questions sur la
façon dont ils ont passé le jour du Souvenir l'an dernier, et comment ils
avaient l'intention de souligner l'événement cette année.

    
    -   Trois cinquièmes des répondants ont affirmé qu'ils étaient demeurés à
        la maison le jour du Souvenir l'an dernier (58 %), alors que 36 % ont
        l'intention de demeurer à la maison cette année. Moins d'un répondant
        sur dix est allé magasiner le jour du Souvenir l'an dernier (8 %) ou
        a l'intention d'aller magasiner cette année (4 %). Egalement,
        seulement 3 % des répondants étaient en vacances le jour du Souvenir
        l'an dernier, alors que 2 % ont l'intention de prendre des vacances
        le jour du Souvenir de cette année.

    -   Notons, parmi les autres activités du jour du Souvenir auxquelles les
        répondants ont l'intention de participer cette année : passer la
        journée en famille (37 %), écouter la diffusion des cérémonies à la
        télévision, à la radio ou sur Internet (36 %), penser aux soldats
        canadiens morts au combat, ou apprendre à leur sujet (25 %), ou
        passer du temps avec des amis (20 %). Seulement un cinquième (19 %)
        des répondants ont l'intention de ne rien faire de spécial.

    -   Ceux qui ont participé à une cérémonie du souvenir par le passé
        (78 %) sont beaucoup plus susceptibles d'être d'accord pour rendre
        les cérémonies du jour du Souvenir obligatoires dans les écoles
        primaires et secondaires que ceux qui n'ont jamais assisté à de
        telles cérémonies (53 %). Les femmes (61 % par rapport à 53 % des
        hommes) et ceux qui sont nés au Canada (61 % par rapport à 42 % de
        ceux qui sont nés à l'étranger) sont plus susceptibles d'être
        d'accord avec cette proposition.

    -   Les répondants plus jeunes (67 % des répondants âgés de 18 à 24 ans)
        sont moins susceptibles d'être d'accord pour rendre les cérémonies du
        jour du Souvenir obligatoires pour les élèves du primaire et du
        secondaire (par rapport à 75 % à 89 % pour les répondants âgés de
        25 ans et plus).
    

    Même si le jour du Souvenir a été à l'origine instauré dans tout le
Commonwealth pour souligner la fin de la Première Guerre mondiale, il semble
que pour la plupart des Canadiens, la journée vise à honorer tous les soldats.
La plus grande proportion de répondants (36 %) croyait que le jour du Souvenir
avait été créé pour honorer tous les Canadiens qui avaient participé à des
conflits militaires, alors qu'un quart des répondants (25 %) croyait que cette
journée avait été instaurée pour honorer le souvenir des Canadiens qui ont
servi lors de la Première Guerre mondiale. Un nombre égal de répondants
croient que la journée a été établie pour souligner la fin de la Première
Guerre mondiale (17 %), et pour honorer les Canadiens qui ont servi lors de la
Première et de la Seconde Guerre mondiale, et lors de la guerre de Corée
(17 %).

    Au nom de la Société d'histoire nationale du Canada, du 8 au 16
octobre 2008, Pollara Strategic Insights a mené ce sondage en ligne auprès de
1 902 Canadiens. Les données ont été pondérées en fonction de caractéristiques
démographiques et régionales, selon les plus récentes données du recensement,
afin d'établir un échantillon aléatoire. Un échantillon aléatoire non pondéré
de cette taille, avec un taux de réponse de 100 %, aurait une marge d'erreur
estimée de +- 2,3 points de pourcentage, 19 fois sur 20. Pollara est la plus
grande firme de sondage et d'étude de marché au Canada, avec des bureaux à
Toronto, New York, Ottawa, Vancouver, Montréal, Bathurst et Caraquet, au N.-B.

    
    Document d'information
    -------------------------------------------------------------------------

                           Vigil 1914-1918 Vigile
                          Un projet sur le souvenir
    

    Du coucher du soleil le 4 novembre au lever du soleil le 11 novembre, les
Canadiens sont invités à participer à une veille publique nationale
commémorant les 68 000 Canadiens morts au combat lors de la Première Guerre
mondiale. Les noms de ces 68 000 combattants seront projetés toutes les nuits
d'une semaine sur le Monument commémoratif de guerre à Ottawa, sur Canada
House à Trafalgar Square, à Londres, en Angleterre, et dans les lieux publics
de cinq autres villes canadiennes, soit Halifax, Fredericton, Toronto, Regina
et Edmonton. Vigil 1914-1918 Vigile sera également présenté à Trafalgar Square
à Londres, en Angleterre, avec Sa Majesté, la Reine Elizabeth II, qui sera
présente aux cérémonies d'ouverture.
    Les écoles locales, les groupes communautaires et les Canadiens sont
invités à participer à cette veille. Les Canadiens peuvent visiter
www.1914-1918.ca pour retrouver les noms de leurs chers disparus et confirmer
le soir et le moment précis où ces noms seront projetés dans le cadre de cet
événement innovateur en l'honneur des hommes et des femmes qui ont perdu la
vie lors de la Première Guerre mondiale.
    Le site Web permettra aux Canadiens de participer à la Vigile, quel que
soit l'endroit où ils se trouvent, et de regarder la rediffusion en direct
d'Ottawa, ou la vigile virtuelle qui sera également coordonnée avec les
fuseaux horaires d'autres régions du pays. Ce site leur permettra également de
formuler leurs commentaires et réflexions sur leur expérience, ou de diffuser
des photographies d'autres sites participants partout au pays, pour le
bénéfice de tous les Canadiens.
    Le Fonds de partenariat d'action communautaire d'Anciens Combattants
Canada a alloué 340 000 $ à la production de la veille nationale au Monument
commémoratif de guerre à Ottawa, à la diffusion simultanée de l'événement par
webémission et au soutien à la coordination des veilles organisées dans
d'autres villes.
    Ceux qui souhaitent participer à la veille peuvent visiter
www.societehistoire.ca/vigile afin d'obtenir de l'information. On invite les
enseignants à explorer les ressources éducatives offertes sur le site Web.

    Au sujet des créateurs de Vigil 1914-1918 Vigile

    Martin Conboy est un concepteur de renom dans le domaine de l'éclairage.
Il a touché à la réalisation, à la production, à la scène et au design. Il a
signé l'éclairage de plus de 150 spectacles de danse, de théâtre et autres
événements spéciaux, ainsi que des spectacles de lumière et de nombreuses
installations artistiques. Dans le domaine de l'éclairage architectural, il a
travaillé à des projets avec des sociétés de design partout au Canada et dans
le cadre de projets gouvernementaux au Canada et à l'étranger. Son dernier
projet a d'ailleurs été réalisé au Monument commémoratif de guerre à Ottawa et
au Monument commémoratif du Canada à Vimy, en France.

    RH Thomson est un de nos grands acteurs et réalisateurs canadiens, qui a
reçu de nombreux prix au cours de ses 30 années de carrière. En 2001, RH
Thomson a écrit une pièce très personnelle dans laquelle il a joué, The Lost
Boys. Elle est inspirée par des lettres écrites par cinq de ses grands-oncles
qui ont combattu lors de la Première Guerre mondiale. Il a remporté son second
Prix Gémeaux grâce à la version télévisée de cette pièce.

    La Société d'histoire nationale du Canada est un organisme de
bienfaisance de Winnipeg fondé en 1993 par la Compagnie de la baie d'Hudson
dans le but de populariser l'histoire canadienne, principalement grâce à ses
publications. La Société publie le deuxième plus ancien magazine du Canada,
The Beaver: Canada's History Magazine, ainsi que Kayak : Navigue dans
l'histoire du Canada. La Société décerne également des prix prestigieux dans
le domaine de l'histoire : le Prix Pierre-Berton et le Prix du Gouverneur
général pour l'excellence en enseignement de l'histoire canadienne.

    Ecentricarts Inc. est une entreprise de conception et de développement
sur Internet qui oeuvre principalement dans les domaines des arts, de la
culture et de l'éducation. Ce studio innovateur, situé à Toronto, compte de
nombreux clients à travers le Canada et ailleurs dans le monde. Ecentricarts
Inc. a conçu et bâti le site du projet Vigile et est particulièrement honoré
de travailler à cette entreprise. Visitez www.ecentricarts.com pour plus
d'information.

    Les organisateurs tiennent à remercier le Haut-commissariat du Canada à
Londres, la Commonwealth War Graves Commission, la Commission de la capitale
nationale et le Musée canadien de la guerre. Pour plus d'information sur les
Canadiens lors de la Première Guerre mondiale, veuillez visiter le Mémorial
virtuel de guerre à www.vac-acc.gc.ca ou visitez www.cwgc.org,
www.historysociety.ca/vigil ou encore www.museedelaguerre.ca.

    
    Pour plus d'information :

    Deborah Morrison                              RH Thomson
    Présidente et directrice générale             rhrh@sympatico.ca
    Société d'histoire nationale du Canada
    204 988 9300 poste 22 (bureau)
    204 293 1867 (cellulaire)
    dmorrison@historysociety.ca

    Martin Conboy
    Directeur, Martin Conboy Lighting Design
    (613) 569 4845
    principal@martinconboylighting.ca
    





Renseignements :

Renseignements: Deborah Morrison, Présidente et directrice générale,
Société d'histoire nationale du Canada, (204) 988-9300 poste 22 (b), (204)
293-1867 (c), dmorrison@historysociety.ca; Craig Worden, Vice-président,
Affaires publiques, Pollara Strategic Insights, (416) 921-0090,
craigworden@pollara.ca

Profil de l'entreprise

SOCIETE D'HISTOIRE NATIONALE DU CANADA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.