33e congrès du Conseil central du Montréal métropolitain (CSN) - Responsables et solidaires pour une nouvelle démocratie



    MONTREAL, le 4 juin /CNW Telbec/ - C'est sur le thème Responsables et
solidaires pour une nouvelle démocratie que s'ouvre ce lundi 4 juin, au Palais
des congrès de Montréal, le 33e congrès du Conseil central du Montréal
métropolitain en présence de la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau.
Quelque 400 délégué-es de Montréal, de Laval et du Grand nord québécois,
oeuvrant dans le secteur public et le secteur privé, sont inscrits à ce
congrès qui se terminera le vendredi 8 juin.
    "Après trois années de résistance aux politiques antisociales et
antisyndicales du gouvernement libéral de Jean Charest, nous voulons exprimer,
en ce 33e Congrès, notre volonté de ne plus être subordonnés à une vision
néolibérale qui va à l'encontre des valeurs collectives, soit une vision
autoritaire, antisyndicale, antisociale et antidémocratique. Nous sommes
résolus à la combattre et à opposer notre projet de société axé sur une
nouvelle forme de démocratie qui confirme le droit à la libre expression, à la
libre négociation et qui donne la parole à ceux et celles qui ne l'ont pas", a
déclaré la présidente par intérim du conseil central, Véronique De Sève, dans
son allocution d'ouverture.
    "Avec la présence d'un gouvernement libéral à Québec, qu'il soit
minoritaire ou non, et avec une opposition officielle adéquiste, il est plus
que jamais nécessaire d'opposer notre vision de la démocratie à ce courant de
droite. Au cours du dernier mandat, le gouvernement libéral a adopté une
stratégie brutale à l'égard des représentants de la société civile en refusant
de reconnaître comme interlocuteurs crédibles les représentantes et
représentants des mouvements syndical, populaire et étudiant. En agissant
ainsi, il a changé les règles du jeu et imposer sa vision de la démocratie", a
ajouté Véronique De Sève.

    Secteur public : retrouver le droit de négocier

    Depuis son arrivée au pouvoir en 2003, le gouvernement libéral n'a pas
épargné les travailleuses et les travailleurs. Après avoir adopté une panoplie
de lois antisyndicales sous le bâillon, il décrétait, le 15 décembre 2005, les
conditions de travail de plus de 500 000 salarié-es de l'Etat en adoptant la
loi 142.
    La présidente de la CSN, Claudette Carbonneau a profité de sa présence au
33e Congrès du conseil central pour réitérer son appel au gouvernement du
Québec en vue qu'il se conforme à la décision rendue par le Bureau
international du travail (BIT) concernant le décret imposé aux travailleuses
et travailleurs du secteur public québécois. Dans une décision d'une rare
clarté, le BIT demande au gouvernement d'amender la loi 142 pour en retirer
les mesures répressives, revoir avec les parties concernées le régime de
négociation de manière à prévoir un véritable mode de solution des différents
et finalement revoir, sans plus attendre, avec les parties concernées, la
question salariale en s'appuyant au besoin sur une étude indépendante.
    "Le gouvernement et les partis d'opposition doivent donner suite à cette
décision. Nous vivons dans une société de droit et le coup de force du
gouvernement lors des dernières négociations du secteur public est tout à fait
inacceptable", a déclaré la présidente de la CSN.
    "J'ajouterais à cette réalité qui touche les services publics, les
événements survenus à la Société de transport de Montréal. Je voudrais
dénoncer à nouveau l'intervention inappropriée, injustifiée et prématurée du
gouvernement pour mettre fin à une grève exercée en toute légalité dans le
respect des dispositions des services essentiels par le Syndicat des employés
d'entretien de la Société de transport de Montréal. A peine 36 heures après le
début de la grève, en menaçant d'avoir recours à une loi spéciale pour forcer
le retour au travail comme il l'a fait, le gouvernement a brisé l'équilibre du
rapport de force entre les parties en favorisant nettement l'employeur. De
plus, il a contribué à semer la confusion chez les utilisateurs des services
publics entre le droit légitime aux services essentiels liés à la sécurité ou
à la santé de la population et les inconvénients causés par l'exercice tout
aussi légitime du droit de grève dans une société démocratique", a-t-elle
renchéri.

    Les droits syndicaux et les droits sociaux

    Au cours de la semaine, le Conseil central du Montréal métropolitain
soumettra pour adoption au congrès quatorze propositions inspirées par le
thème Responsables et solidaires pour une nouvelle démocratie. Ces
propositions portent sur le droit à la syndicalisation, à la santé, à
l'éducation et au logement, de même que sur les droits des minorités
culturelles, des autochtones, des gais et lesbiennes. Il sera également
question de la guerre dans le monde et de la sécurité nationale, de la place
des femmes dans les instances décisionnelles, de l'action syndicale et
politique, ainsi que de la création d'un nouveau front de lutte "environnement
et développement durable" confirmant le souci des dirigeants du conseil
central à l'égard de cette question préoccupante pour la grande région de
Montréal.

    Elections au comité exécutif

    Les délégué-es procèderont par scrutin secret, le vendredi 8 juin, au
choix d'un nouveau comité exécutif pour assumer les tâches à la direction du
conseil central pour les trois prochaines années. Des élections se tiendront
également aux postes de responsables politiques au conseil syndical.

    Organisme affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), le
Conseil central du Montréal métropolitain regroupe 90 405 membres du secteur
public et du secteur privé, répartis au sein de 400 syndicats sur le
territoire de Montréal, de Laval et du Grand nord québécois.




Renseignements :

Renseignements: et entrevues: Diane Lapointe, (514) 219-7022, (514)
789-3431; Source: Conseil central du Montréal métropolitain (CSN)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.