290 $ et plus pour contourner les listes d'attente en santé - "Il faut oser arrêter les capitalistes de la santé avant qu'il ne soit trop tard !" - Mme Louise Chabot, vice-présidente de la CSQ



    MONTREAL, le 15 mars /CNW Telbec/ - "La loi 33 n'est même pas encore en
vigueur mais déjà nous voyons surgir les nouveaux capitalistes de la santé qui
n'hésiteront pas à profiter de la porte ouverte à la privatisation par le
gouvernement Charest pour sauter sur une occasion de s'enrichir en exploitant
l'inquiétude des personnes malades et souffrantes. Le ministre de la Santé et
des services sociaux, M. Philippe Couillard, a ouvert une dangereuse boîte de
Pandore avec l'adoption sous le bâillon de la loi 33 et cette erreur
monumentale devra être réparée par un prochain gouvernement avant qu'il ne
soit trop tard."
    La vice-présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Mme
Louise Chabot, réagit avec virulence à l'information diffusée dans les médias
révélant qu'une entreprise de Montréal, la société Medecina, offre à ses
clients d'obtenir un rendez-vous avec un médecin spécialiste en 72 heures,
moyennant des frais de 290 $ et plus.
    "Ce qui se passe confirme que le gouvernement Charest et le ministre
Philippe Couillard, avec l'adoption de la loi 33, viennent de paver la voie à
un retour en douce et hypocrite à un système de santé à deux vitesses au
Québec. C'est extrêmement dangereux ce qui se passe parce qu'un système de
santé à deux vitesses, c'est également une société où l'on accepte qu'il y ait
deux sortes de citoyens au Québec, ceux qui ont de l'argent et ceux qui en ont
moins, et c'est ce qui détermine leur droit de se faire soigner plus
rapidement", dénonce la vice-présidente de la CSQ.

    Une publicité mensongère et trompeuse

    Mme Chabot tient également à mettre en évidence l'incongruité de ce qu'on
peut lire sur la page d'accueil du site Web de la firme Medecina où il est
écrit : "Fatigués d'attendre pour un rendez-vous chez un spécialiste de la
santé ? Le temps c'est de l'argent et la santé n'a pas de prix !"
    "Cette publicité est mensongère et trompeuse puisque Medecina fait
exactement le contraire de ce qu'elle dit en monnayant ses services pour
permettre aux gens de se faire soigner plus rapidement. S'il est vrai que
l'argent n'a pas de prix, alors pourquoi Medecina offre-t-elle à ses clients
de payer 290 $ et plus pour contourner les listes d'attente ? Ce qu'il
faudrait plutôt dire, c'est que la santé qui n'a pas de prix, on ne la trouve
pas chez Medecina mais bien plutôt dans notre réseau public. Chez Medecina,
elle a bel et bien un prix et ils ont su le fixer", mentionne Mme Chabot.

    Des propos scandaleux du ministre de la Santé

    D'autre part, la dirigeante syndicale se dit renversée d'entendre le
ministre de la Santé avouer publiquement qu'il est faux de croire que le
recours aux médecins spécialistes dans le secteur privé va avoir pour effet de
désengorger les listes d'attente.
    "M. Couillard a tout qu'un culot de venir dire cela aujourd'hui alors
qu'il a soutenu exactement le contraire pour justifier l'adoption de la loi 33
sous le bâillon, permettant de souscrire à des assurances privées pour obtenir
des soins privées. C'est le seul argument qu'il a servi à la population pour
essayer de lui vendre les bienfaits d'un système de santé à deux vitesses.
C'est scandaleux de l'entendre aujourd'hui oser venir nous dire le contraire",
soutient Mme Louise Chabot.

    Un ministre qui a trompé sciemment la population

    La vice-présidente de la CSQ accuse le ministre de la Santé d'avoir donc
sciemment trompé la population du Québec et se demande quels intérêts il
servait alors en ouvrant ainsi la porte au secteur privé.
    "Le dérapage que laisse déjà présager le cas de Medecina avec la mise en
application de la loi 33 risque d'avoir de trop graves conséquences sur notre
système public de santé, qui souffre d'une grave pénurie de personnel et de
ressources financières, pour que le ministre de la Santé et le gouvernement
Charest n'aient pas à rendre de comptes à la population. Il ne suffit plus
seulement d'exiger le retrait de la loi 33. Il faut maintenant aller plus loin
et demander au prochain gouvernement qu'il adopte une loi pour interdire
carrément tout recours au privé en santé au Québec et confirmer qu'en santé au
Québec, la population est sur un même pied d'égalité lorsqu'il s'agit de
recevoir des soins de santé", termine Mme Louise Chabot.

    Profil de la CSQ

    La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) représente plus de 175 000
membres, dont plus de 120 000 dans le secteur public, la grande majorité
travaillant dans le domaine de l'éducation. Elle est présente dans les
secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, des
loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.




Renseignements :

Renseignements: Claude Girard, Attaché de presse CSQ, cell.: (514)
237-4432


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.