« Course au diagnostic » d'élèves en difficulté - Le ministre Bolduc erre complètement

QUÉBEC, le 19 févr. 2015 /CNW Telbec/ - C'est avec consternation que la Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ) et la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ) ont pris connaissance des allégations complètement erronées du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) dans le quotidien La Presse de ce matin. Il y laisse entendre que les commissions scolaires se livrent à une course au diagnostic d'élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA), pour obtenir davantage de financement.

D'entrée de jeu, il est important de préciser que les élèves HDAA, au nombre de 179 656, ne génèrent pas tous un financement supplémentaire particulier. Seuls les élèves handicapés sont financés à la déclaration, ce qui fait que les 143 000 élèves en difficulté d'apprentissage ou ayant un trouble du comportement ne procurent aucun financement supplémentaire à une commission scolaire, étant entendu que chacune d'entre elles reçoit une aide globale pour les élèves DAA qui ne tient pas compte de leur nombre ou de leur reconnaissance. Il est donc complètement faux de prétendre qu'il peut être payant de les reconnaître.

Au Québec, trois conditions sont nécessaires pour identifier un élève handicapé. La première est que les parents de l'élève aient obtenu un diagnostic d'une équipe multidisciplinaire comprenant généralement un médecin spécialiste. La deuxième est que cet élève ait des limitations fonctionnelles. La troisième spécifie que l'élève a absolument besoin de soutien, physique ou humain, pour fonctionner en milieu scolaire. Pour obtenir du financement particulier, toutes les commissions scolaires doivent prouver l'existence de ces trois conditions, ce qui représente une charge bureaucratique impressionnante pour le personnel professionnel qui ne suffit plus à la tâche.

Se concentrer sur le besoin réel des élèves

Renier l'identification de 37 000 élèves handicapés pour faire des compressions est loin d'être la solution. « Avant même d'être diagnostiqués, ces élèves éprouvent des difficultés bien réelles, qui nécessitent qu'on les aide. Ce qui importe, c'est que le bon diagnostic et l'identification des limitations fonctionnelles leur permettent d'obtenir le service approprié et que les professionnelles et professionnels soient en nombre suffisant pour apporter cette aide indispensable à la réussite », déclare Johanne Pomerleau, présidente de la FPPE-CSQ.

C'est pourquoi la FPPE-CSQ demande l'ajout de 600 postes professionnels à temps plein dans le cadre des négociations pour le renouvellement de ses conventions collectives. Dans ses interventions auprès du MELS, elle demande aussi qu'on allège le processus administratif  de validation des clientèles HDAA pour que les professionnelles et professionnels puissent se concentrer sur le suivi des élèves et non seulement sur leur diagnostic.

« Est-ce que les services directs aux élèves vont encore une fois être les victimes des prochaines compressions au ministère de l'Éducation ? Est-ce que le MELS propose de laisser tomber les plus vulnérables des enfants du Québec ? L'austérité aveugle du gouvernement n'a pas sa place en éducation », se questionne Josée Scalabrini, présidente de la FSE-CSQ.

La FSE-CSQ, quant à elle, revendique l'obligation de fournir un service à chaque élève HDAA, le maintien des ressources enseignantes existantes ainsi que l'ajout de nouvelles ressources.

Profil de la CSQ

La CSQ représente plus de 200 000 membres, dont près de 130 000 font partie du personnel de l'éducation. Elle est l'organisation syndicale la plus importante en éducation et en petite enfance au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

Profil de la FSE-CSQ

La Fédération des syndicats de l'enseignement regroupe 35 syndicats représentant plus de 62 000 enseignantes et enseignants de commissions scolaires, partout au Québec. Elle compte parmi ses membres des enseignantes et enseignants de tous les secteurs : préscolaire, primaire, secondaire, formation professionnelle et formation générale des adultes. Elle est affiliée à la Centrale des syndicats du Québec.

Profil de la FPPE-CSQ

La Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ) représente 19 syndicats regroupant 7 300 membres répartis dans la quasi-totalité des commissions scolaires du Québec, francophones, anglophones, Crie et Kativik. Elle compte parmi ses membres différentes catégories de personnel dans les secteurs administratif, pédagogique et dans les services directs aux élèves.

 

SOURCE Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ)

Renseignements : Karine Lapierre, Conseillère en communication, FPPE-CSQ, Téléphone : 514 213-4412, Courriel : fppe.lapierre.karine@csq.qc.net; Sylvie Lemieux, Attachée de presse de la FSE, Téléphone : 418 563-7193, Courriel : lemieux.sylvie@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.