Le Bureau de la sécurité des transports rappelle au milieu aéronautique de toujours tenir compte de la sécurité

GATINEAU, QC, le 5 avril 2012 /CNW/ - Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié aujourd'hui son rapport d'enquête (A10Q0117) sur la perte de contrôle et la collision avec le relief, du De Havilland DHC-2 exploité par Nordair Québec 2000 Inc., survenues à La Grande Rivière (Québec).

Le 24 juillet 2010, le De Havilland DHC-2 décolle de l'aéroport de La Grande Rivière à destination du lac à l'Eau Claire (Québec). Lorsque l'appareil quitte le sol, il éprouve de la difficulté à prendre de l'altitude. En bout de piste, à une hauteur d'environ 50 pieds, l'appareil se cabre et s'incline sur la gauche pour ensuite piquer du nez et s'écraser dans un petit lac peu profond. Le pilote et le passager avant subissent des blessures mortelles alors que les 3 autres passagers subissent des blessures graves.

« Nous avons constaté que l'appareil était surchargé et que le centre de gravité se trouvait à l'extérieur des limites de l'appareil. L'appareil s'est cabré et a décroché à une altitude qui ne permettait pas au pilote de reprendre la maitrise » a déclaré Denis Deroy, enquêteur désigné du BST. « Il est évident que l'exploitation d'un aéronef en dehors des limites et des conditions dans lesquelles un permis est émis augmente les risques d'un accident ».

Le jour de l'accident, le pilote avait fait le plein de carburant de l'appareil qui transportait les passagers, des bagages, des contenants de carburant et un canot qui était attaché directement aux supports du flotteur droit. Le manuel d'exploitation de la compagnie stipule que le poids de l'appareil au décollage devait être réduit à 5160 livres lorsqu'il transporte un canot en charge externe. En utilisant le poids réel des passagers en plus du poids de tous les autres articles à transporter, le poids total de l'appareil a été évalué à 6162 livres, soit une surcharge de 1002 livres. En ce qui a trait au centre de gravité, celui-ci se trouvait à 111,80 pouces, soit 5,69 pouces hors de la limite du centre de gravité.

Lors de l'impact, les bagages n'étaient pas arrimés et ils ont été projetés vers l'avant, ce qui a forcé le siège triple à pivoter et à projeter les trois passagers arrière contre le pilote et le passager avant. Bien que la conception du siège triple réponde aux normes aériennes, il s'est détaché du plancher, principalement en raison du poids excessif des bagages projetés. Depuis les débuts de l'exploitation de Nordair Québec 2000 Inc., les inspections de Transports Canada ont révélé des manquements à la sécurité, notamment à quatre reprises que le système d'arrimage des bagages n'était pas installé ou n'était pas utilisé.

Les mesures prises par Transports Canada n'ont pas produit les résultats escomptés en vue du respect de la réglementation. Par conséquent, des pratiques non sécuritaires persistent. Il s'agit là d'une des six conclusions que le BST a tirées lors de son enquête relative à cet accident. On peut connaître les autres conclusions en lisant le rapport à www.bst.gc.ca.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Renseignements :

Relations avec les médias du BST
819-994-8053

Le BST est en ligne à www.bst-tsb.gc.ca. Consultez-y le rapport en entier. Restez au fait des dernières nouvelles du BST par l'entremise des fils RSS et de Twitter @BSTCanada).